Betty Ben Bassat, de la ville israélienne de Givatayim, près de Tel Aviv, adore la randonnée. Elle a traversé Israël et l’Europe et, il y a trois semaines, a entrepris une randonnée de quatre jours sur les magnifiques sentiers de l’Himalaya avec un groupe. Elle et les neuf autres personnes de son groupe ont profité d’une vue à couper le souffle et d’un air pur, au cœur de la région de l’Annapurna. Ils ont traversé des terrains difficiles, notamment des pentes abruptes, des ponts suspendus fragiles.

Cette expédition, typique pour de nombreux routards israéliens, était très différente pour ce groupe particulier. Betty, cinquante-six ans, a une déficience visuelle et le reste du groupe de randonneurs est aveugle ou malvoyant.

L’idée d’organiser une randonnée pour les aveugles et les malvoyants est venue de Rav Chezky et Chani Lifshitz du Beth Habad de Kathmandu, au Népal. “Nous avons beaucoup de visiteurs, mais nous voulions donner l’opportunité de faire l’expérience de la beauté et des sensations fortes du Népal, à ceux qui autrement ne l’auraient pas. C’était un rêve personnel depuis des années”, a déclaré Chani.

Le travail de Habad de Katmandou est bien connu. Souvent mentionné dans la culture et les médias israéliens, le centre accueille des milliers de touristes et de routards israéliens. Peu importe leur âge ou leur niveau d’affiliation, les randonneurs en visite se frayent un chemin aux portes de Habad où ils peuvent apprendre des informations essentielles en matière de sécurité, se joindre à l’une des célèbres présentations du Rav Lifshitz sur les différentes pistes ou se procurer des téléphones satellitaires d’urgence, le tout en plus de l’hospitalité de Habad et son approche chaleureuse du judaïsme sous la forme d’un salon ouvert, d’un restaurant casher et d’une synagogue.

La randonnée, qui a eu lieu il y a trois semaines, a été organisée en partenariat avec le Centre pour les aveugles en Israël. Tzafrir Pazi, un volontaire du centre, se souvient de sa première rencontre avec Lifshitz. “Il y avait de nombreux obstacles et une planification détaillée nécessaire pour une telle expédition. Il avait une vision claire qu’il était déterminé à concrétiser.”

Le groupe a donc atterri à Katmandou tôt vendredi matin  25 octobre. Ils ont d’abord apprécié un Chabbat édifiant ensemble au Beth Habad, puis ont passé une journée à Katmandou, préparant tous les détails de leur voyage à venir. Le Beth Habad a fourni les provisions nécessaires, des informations sur la navigation et la sécurité médicale, et a organisé la logistique du voyage.

Grâce à quatre volontaires, de jeunes routards israéliens en vacances au Népal recrutés par les Lifshitz, le groupe a pu mener à bien la randonnée de niveau intermédiaire. “Les volontaires étaient essentiellement les yeux des randonneurs, les guidant pour rester en bonne posture, pour s’avancer et pour décrire la vue et les environs, afin qu’ils puissent également en avoir une idée”, explique Pazi. Betty a déclaré qu’ils étaient «si gentils, sensibles et positifs, qu’ils ont créé une véritable expérience agréable».

Au sujet de la randonnée, elle a déclaré: “C’était un travail difficile, mais le son des rivières, le climat frais et la grande réussite de tout cela étaient incroyables et thérapeutiques.”

Bien qu’ils ne se soient rencontrés que quelques jours auparavant, les membres du groupe sont revenus du voyage avec un lien indéfectible de confiance et d’amitié. En tout un groupe de dix, il y avait une sensation chaleureuse et intime quand ils se sont réunis pour un deuxième dîner de Shabbat vendredi soir pour marquer la fin du voyage.

“À la fin du voyage, j’étais fatigué, mais enrichi par l’expérience et inspiré par les gens que j’ai rencontré. Dans le Rav et Chani, j’ai vu deux personnes qui se consacrent à être disponible pour un autre Juif, peu importe les différences, “ dit Betty.

“Nous voulions faire passer le message que tout est possible”, a déclaré Chani. “Nous élevons une enfant handicapée et c’est notre façon de lui dire qu’elle peut tout accomplir dans la vie. Nous voulons que toute personne handicapée sache que le ciel n’est pas limité.”

Betty dit qu’elle est prête pour son prochain trek. “S’il y a la volonté, tout est possible!”

 

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :