HaTamim III, p. 66. Traduit par Schlomoh Brodowicz
(Note extraite de : « De l’Essence de la ‘Hassidout », par Rabbi Menahem M. Schneerson, le Rabbi de Loubavitch)

Dans cet article, paru dans une revue publiée à Varsovie avant la seconde guerre mondiale, Rabbi Yossef Its’hak, décrit le processus de transformation de la nature même, du caractère de l’individu, à travers une évocation détaillée du concept ‘hassidique des trois âmes fondamentales qui habitent le juif : « l’Ame Divine », « l’Ame Intellectuelle », et « l’Âme Naturelle ».

Il y écrit que chacune de ces trois âmes procède d’une composition de facultés intellectuelles et émotionnelles, dont la teneur est fonction de la nature de l’âme.

1- Nefesh Habaamite – l’Âme animale

L’âme naturelle, est appelée l’âme «animale», car elle n’aspire qu’à des fins matérielles et instinctives, ainsi que l’explique longuement la ‘Hassidouth. La fonction intellectuelle de l’âme naturelle s’emploie à cautionner les actes en fonction de sa propre appréciation, et ne se soucie que de de justifier les attitudes de l’individu. La fonction émotionnelle quant à elle, constitue le « mauvais penchant » lui-même (Yétsère HaRah). Cela signifie en clair que la fonction intellectuelle constitue le moyen de justifier l’acte, et la fonction émotionnelle, la tendance à le commettre.

En premier lieu – et en attendant de disposer des moyens permettant de corriger les tendances de l’âme «animale» –, l’individu doit réprimer ses instincts.  Néanmoins, explique le Rabbi, servir D.ieu réellement, ne consiste pas à réprimer, mais à remédier, et à parfaire.

2- Nefesh Hassi’hlite – l’Âme intellectuelle, l’âme intermédiaire

Et l’on entreprend cette œuvre de perfection, avec l’âme intellectuelle, l’âme intermédiaire. L’instrument en est l’étude de la ‘Hassidouth, laquelle implique la méditation à des concepts qui correspondent au degré d’entendement de la personne, et à ce qui peut être compris par le cœur et est susceptible de l’ennoblir.

L’âme divine, et l’âme intellectuelle possèdent toutes deux des attributs émotionnels (Midoth). La nature de l’âme intellectuelle est de tendre vers tout ce qui est moins noble qu’elle, alors que celle de l’âme divine est d’aspirer à tout ce qui la transcende.

Ainsi, l’affirmation selon laquelle le propos essentiel de la ‘Hassidouth est de parvenir à modifier la nature des attributs de l’individu, fait allusion aux attributs des deux précédentes âmes.

Pour l’âme intellectuelle, cela implique d’admettre que l’on doit aspirer au bien, non pas parce qu’il est reconnu comme tel par la raison, mais parce que D.ieu en a ainsi donné l’injonction. En conséquence, l’individu doit rechercher le bien, par-delà son entendement.

3- Nefesh Elokite – l’Âme divine

Chez l’âme divine, la nature des attributs est de désirer se défaire de l’enveloppe corporelle pour se fondre en leur source, en D.ieu.

Transformer les Midoth de l’Ame divine, consiste à les contraindre à servir D.ieu dans le contexte du monde matériel, avec toutes les contingences imposées par le corps.

%d blogueurs aiment cette page :