Jonathan Pollard a terminé sa semaine de shiva en se rendant sur la tombe de sa femme Esther, décédée la semaine dernière après une longue bataille contre le cancer et contaminée par le coronavirus.

 

Jonathan Pollard a également visité la tombe de Yehuda Dimentman, l’étudiant de la yeshiva qui a été assassiné lors d’une fusillade terroriste à Samarie en décembre, et qui est également enterré au cimetière Har Hamenuhot à Jérusalem.

À la fin de la shiva, Jonathan Pollard a déclaré « Esther m’a emmené dans le quartier de Geoula et à Mea Shearim, puis à Tel-Aviv et m’a dit – dans les deux endroits, tu as vu des gens qui ne te ressemblent pas, mais ils sont tous tes frères. Ce n’est que dans l’unité que nous pouvons faire face à tous les défis qui nous attendent. S’il vous plaît, souvenez-vous d’Esther et souvenez-vous de ce message : unité, unité, unité! »

Dans une conversation avec Natan Sharansky et l’ancien ambassadeur Ron Dermer venu le réconforter, Jonathan Pollard a décrit les derniers mots de sa femme :
« Elle était en train de mourir. Tout d’un coup, ses yeux se sont ouverts… Je lui tenais la main. Je ne sais pas où elle était. Mais elle levait juste les yeux. Et elle a dit d’une toute petite voix : « Ma néchama [âme] s’est portée volontaire pour deux missions : l’une des missions était de te ramener à la maison. L’autre mission était de te ramener à la maison en tant que Juif et non en tant que goy ».

Elle a dit : ‘ »Ma première mission a été la plus facile de toutes ». Je ne savais pas si je devais rire ou pleurer, mais elle a dit : « Ma mission la plus difficile était de m’assurer que tu rentres chez toi en tant que Juif. »

« Puis elle a dit : « Maintenant que j’ai accompli ma mission, je peux rentrer chez moi. » Puis elle rendit son âme au Créateur.

« Je ne sais pas qui elle était. Je suppose que je ne le saurai jamais. Mais je sais une chose : elle avait autant d’amour pour vous tous et cette terre qu’elle en avait pour moi. »

 

%d blogueurs aiment cette page :