Le célèbre musicien Avi Piamenta raconte les débuts du groupe  “Piamenta Band” et les paroles du Rabbi qui l’ont profondément affecté au sujet de sa mission.

Avi Piamenta est un flûtiste et chanteur virtuose qui se produit dans le monde entier. Il vit en Israël, où il a été interviewé par le projet My Encounter de JEM en décembre 2018. Le texte intégral de la lettre du Rabbi se trouve dans le volume 38 de Likkutei Sichot, page 179.

Très jeune, j’ai découvert la musique, héritage de ma famille.

Mon oncle, Albert Piamenta, était un saxophoniste israélien devenu célèbre pour mélanger la musique judéo-arabe avec le jazz. Ma mère aimait aussi la musique, à tel point que le premier meuble qu’elle a acheté pour notre maison à Tel Aviv était un piano. Et mon frère aîné, Yossi, était un guitariste qui, au cours de sa carrière, a créé un tout nouveau style – un mélange de rock et de compositions israéliennes, qui a eu une influence majeure sur la musique juive.

J’ai grandi en jouant du piano mais, après un certain temps, j’ai découvert le son magique de la flûte et c’est devenu mon instrument de choix. À dix-sept ans, j’ai commencé à jouer avec Yossi, qui était alors soldat et qui jouait dans un groupe de Tsahal. Je me souviens très bien de l’avoir rejoint pour un concert juste au moment où la guerre de Yom Kippour a éclaté en 1973. Nous avons joué pour les soldats sur les lignes de front avec des bombes qui survolaient.

Un an après la guerre, nous avons formé un groupe – appelé le “Piamenta Band” – qui est devenu très populaire. À tel point que lorsque le célèbre saxophoniste Stan Getz – l’un des plus grands stylistes de jazz de tous les temps – est arrivé en Israël en 1976 et a entendu notre musique, il nous a invités à faire une tournée et à enregistrer avec lui. C’était la première fois dans l’histoire qu’un musicien d’un tel calibre collaborait avec des musiciens israéliens, et cela a fait sensation dans les médias.

Alors que notre renommée grandissait, nous avons été envoyés par le gouvernement israélien pour se produire à travers les États-Unis et le Canada lors des célébrations du 30e anniversaire de l’État d’Israël. Mais, à cette époque, j’étais devenu observateur de la Torah, et peu de temps après, j’ai été exposé aux enseignements de l’Alter Rebbe, fondateur du XVIIIe siècle du mouvement ‘Habad, et j’ai décidé de rester à New York pour apprendre la Torah et la ‘Hassidout. J’ai également formé une Yeshivah informelle d’autres musiciens que j’ai appelée Mitzvah Goreret Mitzvah («Une bonne action produit une bonne action»).

Pendant ce temps, mon frère Yossi est également devenu plus religieux, et finalement toute la famille a déménagé dans le quartier ‘Habad à Crown Heights. Cela a grandement affecté notre musique, car nous avons appris plus de chansons hassidiques et avons commencé à les inclure dans notre répertoire, développant un style unique.

Au fil du temps – je pense que c’était en 1980 – nous avons décidé d’écrire au Rabbi pour expliquer ce que nous faisions et le sentiment que nous avions que nous pouvions influencer positivement d’autres Juifs. Dans cette lettre de huit pages rédigée par Yossi – avec laquelle il a inclus un album photo de l’histoire de notre groupe – il a demandé au Rabbi s’il était digne de faire ce qu’il voulait faire, ce qui ramènerait les juifs éloignés au judaïsme par la musique . En réponse, le Rabbi a pris la lettre et a barré le mot “si” et ce qui restait de cette phrase était sa réponse à Yossi – “Je suis digne de faire ce que je veux faire …” Il a également écrit une longue réponse à l’autre des questions dans sa propre main, ce que j’ai appris plus tard était une chose assez rare.

Tout d’abord, le Rabbi a écrit que, d’une manière générale, notre projet d’utiliser la musique comme moyen de diffusion du judaïsme était une excellente idée. Il a cité le verset du Livre des Proverbes, «Connais-le [D.ieu] dans toutes tes voies», qui indique que les gens devraient utiliser tous leurs talents à des fins saintes.

Il a ensuite analysé l’état actuel du domaine de la musique: il a souligné qu’un groupe qui a autant de succès que le nôtre – «1) capable de conquérir les cœurs, 2) capable de fournir un moyen de subsistance suffisant aux personnes impliquées, 3 ) a déjà conquis le marché »- peut faire de grandes percées contre la mauvaise inclination du monde.

Mais le Rabbi a mis en garde: «Comment pouvez-vous vérifier que ceux que votre programme amènera dans le monde de la musique ne rejoindront pas également la grande majorité… qui n’a aucune restriction [morale] du tout? En effet, sa devise est: «tout vous est permis; il est idéal que vous essayiez tout par vous-même… et que vous décidiez plus tard par vous-même de la façon dont vous vous reliez à toutes choses sans aucune idée préconçue. »

C’est exactement là où nous pourrions jouer un rôle majeur, a déclaré le Rabbi. Il a poursuivi en expliquant que, d’une part, «des vies sont littéralement en jeu» et le genre de musique que les gens écoutaient signifiait qu’il y avait un grand besoin pour notre groupe. Mais d’un autre côté, l’état du monde de la musique signifiait que nous ferions face à de grands défis.

Il nous a avertis que nous devrons lutter contre le statu quo et nous distinguer des autres sur le terrain, «pour mettre fin aux appréhensions des éducateurs et des dirigeants attentifs, dont les préoccupations sont basées sur l’atmosphère répandue dans le monde de la musique».

Il nous a également donné des conseils spécifiques, recommandant que nous indiquions clairement par la publicité que nous nous étions engagés dans une nouvelle voie. (L’album photo lui a montré à quoi ressemblait notre groupe à travers toutes les années, y compris avant que nous ne soyons religieux.) Nous devions nous renommer, pour ainsi dire, et cela devrait être fait, écrit-il, «afin de dissiper les inquiétudes… que, par essence, le groupe, qui existe depuis de nombreuses années, n’a pas changé. »

Il a conclu en nous encourageant à sortir plus d’albums de chansons avec des messages positifs et à continuer de collaborer avec des organisations religieuses pour organiser des tournées de musique et des concerts. En même temps, il nous a dissuadé d’ouvrir un studio d’enregistrement et une station de radio – ce dont nous rêvions – puisque «nos Sages nous apprennent que« si vous saisissez trop, vous ne tiendrez rien ».

Bien sûr, nous avons pris son conseil à cœur et avons fait ce qu’il a dit.

Personnellement, j’ai été très affecté et partout où j’ai voyagé à travers le monde, j’ai cherché à transmettre les messages de la Torah à tous ceux qui viennent écouter ma musique. Que je joue dans une maison ‘Habad ou dans un festival de musique où les gens n’ont jamais vu un juif portant du tzitzit et une chapeau auparavant, je sais que j’ai une mission à accomplir. Je me souviens que «des vies sont littéralement en jeu» mais avec quelques mots de Torah, quelques mots de lumière et d’espoir face aux ténèbres et au désespoir, je peux avoir un impact durable.

 

 

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :