Dans l’Empire aux 127 provinces,
Un roi Perse de sa puissance aveuglé,
Convoqua des jours durant un infâme banquet,
Celui du grand peuple humilié,
Les joyaux du Saint Temple profanés,
Signèrent en Haut un terrible Arrêté,
Mais déjà les premiers jalons du secours se profilaient,
La reine de cruelle lignée de son orgueil fut châtiée,
Laissant place à l’innocence de noble destinée,
Son pieux parent chef des exilés,
Une fois du souverain le complot déjoué,
Confirma avec force la foi des aînés,
Et refusa la soumission aux vanités,
L’ennemi de tous temps aidé d’ennemis de tous lieux,
Fomenta son odieux dessin,
La destruction des sujets de la Tradition,
Jetant ses enfants dans la plus profonde affliction,
Dans les cendres et les pleurs,
Ils implorèrent de tout leur cœur,
Celui qui toujours montra Son affection,
Trois jours de prières et de privation,
La communion des cœurs et des esprits ainsi fut accueillie,
La déchéance de l’odieux ennemi accomplie,
L’honneur du vénéré Sage affermi,
La visite de l’Ange au souverain cette dernière nuit,
L’intercession d’une reine, la faveur d’un roi,
Le Secours du Roi des rois,
La tristesse changée en joie,
La fin qui devint Vie.

%d blogueurs aiment cette page :