Cette « Fédération galactique » est censée être en contact avec Israël et les États-Unis depuis des années, mais se tient secrète pour éviter l’hystérie jusqu’à ce que l’humanité soit prête.

L’État d’Israël a-t-il pris contact avec des extraterrestres ?
Selon le général israélien à la retraite et actuel professeur Haim Eshed, 87 ans, la réponse est oui, mais cela a été tenu secret car « l’humanité n’est pas prête ».

Dans une interview au Yediot Aharonot, Haim Eshed – qui a été à la tête du programme de sécurité spatiale israélien pendant près de 30 ans et qui a reçu trois fois le prix de la sécurité israélienne – a expliqué qu’Israël et les États-Unis ont tous deux eu affaire à des extras-terrestres pendant des années.

Et cela ne fait nullement référence aux immigrants, Haim Eshed précisant l’existence d’une « Fédération Galactique ».

L’ancien chef de la sécurité spatiale, âgé de 87 ans, a décrit plus en détail les accords conclus entre les extras-terrestres et les États-Unis, qui ont apparemment été conclus parce qu’ils souhaitent rechercher et comprendre « le tissu de l’univers ». Cette coopération comprend une base souterraine secrète sur Mars, où se trouvent des représentants américains et extraterrestres.

Si cela est vrai, cela coïnciderait avec la création par le président américain Donald Trump de la Space Force, cinquième branche des forces armées américaines, bien que l’on ne sache pas depuis combien de temps ce type de relation, s’il en existe une, existe entre les États-Unis et leurs alliés extraterrestres présumés.

Mais Haim Eshed insiste sur le fait que Trump est au courant de leur existence, et qu’il était « sur le point » de la révéler. Cependant, la Fédération Galactique l’aurait empêché de le faire, disant qu’ils voulaient empêcher l’hystérie de masse car ils estimaient que l’humanité devait « évoluer et atteindre un stade où nous allons… comprendre ce que sont l’espace et les vaisseaux spatiaux », rapporte le Yediot Aharonot.

 

 

Quant à la raison pour laquelle il a choisi de révéler cette information maintenant, Haim Eshed a expliqué que le moment choisi était simplement dû à l’ampleur des changements dans le paysage académique et au respect qu’il a dans le milieu universitaire.
« Si j’étais arrivé à ce que je dis aujourd’hui il y a cinq ans, j’aurais été hospitalisé », a-t-il expliqué au Yediot. Il a ajouté qu' »aujourd’hui, ils parlent déjà différemment ». Je n’ai rien à perdre. J’ai reçu mes diplômes et mes prix ; je suis respecté dans les universités à l’étranger, où la tendance est également en train de changer ».

Eshed a fourni plus d’informations dans son dernier livre, The Universe Beyond the Horizon – des conversations avec le professeur Haim Eshed, ainsi que d’autres détails tels que la façon dont les extraterrestres ont empêché les apocalypses nucléaires et « quand nous pouvons sauter dans le vide et rendre visite aux Men in Black ». Le livre est disponible.

Bien qu’il ne soit pas clair s’il existe des preuves qui pourraient soutenir les affirmations d’Eshed, elles sont arrivées juste avant une annonce récente de SpaceIL, le groupe derrière la tentative ratée d’Israël de faire atterrir un vaisseau spatial sur la lune en 2019.

L’annonce a été téléchargée sur les médias sociaux avec le texte « Ready to get excited again ? », et contient une vidéo de 15 secondes de la lune avec un texte disant « Back to the Moon », suivi de la date du 9 décembre 2020.

Il s’agit probablement de la suite du vaisseau spatial Beresheet, qui s’est écrasé après que les ingénieurs aient perdu le contact avec lui quelques minutes avant son atterrissage. Cependant, le projet de suivi, intitulé Beresheet 2, devrait prendre trois ans pour être prêt.  Jerusalem Post

Y-a-t-il une vie sur d’autres planètes? Le point de vue juif sur les OVNI, les extraterrestres et l’intelligence extraterrestre

par Tzvi Freeman / fr.chabad.org

Question : Quelqu’un m’a dit que selon le judaïsme, les êtres humains sont les seuls êtres conscients de l’univers. Cette affirmation est elle fondée ?

Réponse : Certainement pas ! Tout d’abord, les Sages parlent du fait que les animaux ressentent aussi la douleur, en se fondant sur l’interdiction biblique de leur causer une souffrance excessive.

Deuxièmement, la Torah évoque à de nombreuses reprises les anges supérieurs qui ont la conscience d’un domaine de la réalité bien au-delà du nôtre.

Troisièmement, Maïmonide et d’autres incluent les corps célestes parmi les êtres conscients, et pas seulement dans un sens allégorique. Si quelqu’un demandait : « Comment une sphère d’hélium et d’hydrogène peut-elle avoir une conscience ? », il y aurait lieu de lui demander en retour : « Et le fait qu’une masse de chair grise ait une conscience est-il compréhensible ? »

La singularité du genre humain n’est pas notre conscience, mais la façon dont la conscience est capable de pénétrer les domaines du bien et du mal, et de prendre des décisions en distinguant le bien du mal.

La source dans la Torah

 hassidout.orgLe Rabbi de Loubavitch a fait remarquer que la Torah appuie l’idée que la vie existe sur d’autres planètes. Non seulement cela, mais nous pouvons aussi savoir quelque chose de cette vie en étudiant ce que la Torah nous dit. Voici son raisonnement :

Dans le livre des Juges (5, 23) la prophétesse Déborah chante la victoire de Barak sur Sissera. Dans son cantique, elle dit : « Maudit soit Meroz ! Maudits, maudits soient ses habitants, dit l’ange de D.ieu ! »

Où est Meroz, et qui sont ses habitants ? Le Talmud donne deux explications, l’une étant que Meroz est une étoile ou une planète. Les corps célestes étaient aussi venus à l’aide des Israélites, comme Déborah l’a dit au verset précédent : « Ils ont combattu depuis les cieux, les étoiles de leurs orbites… » Cette étoile, cependant, était l’astre dominant de Sissera et n’était apparemment pas venue à leur aide. C’est pourquoi le général Barak sanctionna Meroz et ses habitants.

Ces habitants sont-ils intelligents ? L’intelligence est définie par la Torah comme étant la capacité de prendre des décisions sur la base du libre arbitre. Le libre arbitre est seulement possible là où se trouve la Torah, lorsque le Créateur offre à Ses créatures plus d’une possibilité et leur demande de faire le choix approprié.

Dès lors, s’il y avait une vie intelligente ailleurs dans l’univers, ces êtres devraient avoir la Torah. Pourraient-ils avoir une Torah différente de la nôtre ? Ce n’est pas possible, puisque la Torah est vérité et il ne peut y avoir deux vérités.

Pourraient-ils avoir la même Torah que nous ? Ceci semble également impossible, puisque la Torah elle-même décrit dans le détail comment elle fut révélée sur cette planète, et ce récit en soi a une profonde incidence sur la manière dont la Torah doit être accomplie.

Il apparaît donc que, bien qu’il soit fort possible qu’il y ait une vie sur d’autres planètes, cette vie ne serait pas dotée d’une intelligence similaire à celle de la vie et de la culture humaines.

La possibilité de vie sur Mars ou ailleurs dans l’Univers

Le Dr Velvl Greene était un biologiste engagé par la NASA dans son projet visant à déterminer s’il y a de la vie sur Mars. Il demanda au Rabbi de Loubavitch à titre privé s’il convenait de se livrer à une telle recherche.

Le Rabbi lui répondit : « Dr Greene, cherchez s’il y a la vie sur Mars ! Et si vous n’en trouvez pas là-bas, cherchez ailleurs dans l’univers. Car rester là et dire qu’il n’y a pas de vie en dehors de la planète Terre équivaut à mettre des limites au Créateur et cela, aucune de Ses créatures ne peut le faire ! » 

 

Abonnez vous
à la Newsletter
de Hassidout.org !

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

hassidout.org will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.