Les officiers de l’unité d’élite 8200 appliquent leurs propres algorithmes pour recueillir et analyser des données sur la façon dont les mesures prises par d’autres pays ont contribué à endiguer l’épidémie, tout en remaniant le logiciel obsolète du système de santé

Israël a recruté ses plus grands ingénieurs militaires pour faire la guerre au coronavirus, avec des membres de l’unité de renseignement d’élite 8200 assistant le ministère de la Santé dans ses efforts pour endiguer la propagation de la maladie.

Au moins 15 officiers du renseignement de la célèbre unité ont été déployés pour travailler aux côtés des responsables de la santé dans un complexe spécialement érigé près du centre médical de Sheba, dans le centre du pays.
“Le ministère de la Santé nous a demandé de nous joindre à la lutte contre le coronavirus”, explique un officier supérieur anonyme de l’unité, ajoutant qu’ils “analysent les données en utilisant notre méthodologie”.

300 autres membres de l’unité participent également aux efforts tout en poursuivant leur devoir d’analyser les données relatives au groupe terroriste basé au Liban, le Hezbollah, la Force iranienne Quds et le Hamas à Gaza.
“Le ministère nous a demandé de déterminer pourquoi les décès de coronavirus en Allemagne restent bas alors que le nombre de cas confirmés est élevé et continue de croître, comment la Corée du Sud a réussi à aplatir la courbe et quels sont les résultats des mesures prises par d’autres pays”, dit l’officier. “Nous avons également été interrogés sur la situation au sein de l’Autorité palestinienne et quelles recherches sur les traitements contre les coronavirus sont en cours dans le monde.”

Chaque question est adressée à une équipe dédiée qui collecte les données, les analyse et prépare un rapport.
“Des questions plus complexes sont analysées à l’aide d’algorithmes que nous utilisons normalement à des fins militaires, ce qui permet une réponse rapide”, explique l’officier. “Nous observons le taux d’infection en Israël grâce à nos outils sophistiqués et pourrions avertir les autorités que nous approchons des taux observés en Italie au début de la pandémie et pourrions indiquer des facteurs qui laissent place à l’optimisme.”

Le renseignement militaire israélien se coordonne également avec des agences homologues du monde entier et a contacté des chercheurs médicaux travaillant sur l’inoculation basée sur des anticorps prélevés sur des personnes qui se sont rétablies de COVID-19.

Les membres de l’unité ont été surpris par les capacités technologiques du ministère de la Santé, qui utilise un système informatique ancien et des méthodes de travail archaïques, par rapport aux capacités à leur disposition.

Ils ont constaté que chaque institution – hôpitaux, ministère de la Santé, laboratoires, organismes de maintien de la santé et service de secours Magen David Adom – conservait ses données séparément.

À ce titre, l’une des premières tâches assignées à l’équipe a été la création d’un progiciel qui permettrait à tous les prestataires de soins de santé de partager leurs données en temps réel.
“En temps normal, pas pendant une guerre comme maintenant, rien ne se passe si un fichier transféré d’une organisation à une autre arrive demain ou le lendemain”, explique l’officier.
“Nous sommes immédiatement entrés, développant une connectivité rapide, la récupération des données et un [système] uniforme qui transmet de manière fiable les informations de test entre les agences.”

L’officier a également fait l’éloge du personnel médical qui est en première ligne de cette guerre et a exprimé l’espoir que les systèmes technologiques obtiendront bientôt le financement dont ils ont besoin. «Ce sont de merveilleux professionnels de la santé qui font de leur mieux», dit-il. “Il s’agit d’un système qui n’a pas reçu le même budget que le système de défense a reçu au fil des ans, mais ils peuvent et vont s’améliorer.”

 

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :