C’est une statuette en forme de femme d’environ sept centimètres de haut, avec un voile qui couvre son cou et sa tête. L’Autorité des antiquités a confirmé que des figures de ce type ont été utilisées comme amulettes à diverses périodes de l’histoire d’Israël.

Il y a quelques semaines, Zvi Ben-David, 11 ans, de Be’er Sheva, marchait avec sa famille dans le parc national d’Eshkol dans le sud d’Israël, lorsqu’il a remarqué un objet inhabituel sur le bord de la route. Quand il l’a ramassé, il a vu qu’il s’agissait d’une figurine en céramique, en forme de femme. Sa mère, Miriam Ben-David, guide de profession, a compris qu’il s’agissait d’un objet antique et important.

La famille a contacté Oren Shmueli, un archéologue de l’Autorité israélienne des antiquités. Shmueli leur a rendu visite à leur domicile où le garçon a remis la statuette afin que son origine puisse être étudiée et qu’elle puisse être intégrée dans le trésor public des antiquités.

Oren Shmueli et Debbie Ben-Ami, conservateur de la collection de l’âge du fer et de la période perse à l’Autorité des antiquités d’Israël, ont soutenu que «la statuette trouvée par Zvi est étrange et unique, et il n’y en a qu’une semblable dans le trésor de l’État . Apparemment, son utilisation remonte aux 5ème et 6ème siècles avant JC à la fin de l’âge du fer ou à la période perse, dans les derniers jours du Premier Temple ».

La figurine, de sept centimètres de haut et six de large, a des indications qu’elle a été formée dans un moule. C’est une figure de femme, enveloppée d’un voile, qui couvre son cou et sa tête, avec des traits du visage schématiques et un nez proéminent. Ses mains sont croisées sous sa poitrine.

Selon Shmueli et Ben-Ami, « Ce type de figurine en céramique de femmes peut être trouvé en Israël à différentes époques. Ils étaient courants dans les maisons et ont probablement été utilisés comme amulettes pour se protéger. À cette époque, la mortalité des bébés et des enfants représentaient environ un tiers des naissances. En l’absence de médecine avancée, l’importance des objets qui servaient de source d’espoir et d’aide était fondamentale « .

Shmueli et Ben-Ami ont exprimé que «l’acte de bonne citoyenneté de l’enfant permettra une meilleure compréhension des rituels qui étaient pratiqués à l’époque biblique, et le besoin inhérent de l’homme de représenter des figures humaines». Zvi a reçu un certificat d’appréciation de l’Autorité des Antiquités d’Israël pour sa découverte.

 

 

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars