Photo : Reb David Okunov היד, étudiant avec Reb Berke Chein, le 6 septembre 1977 au 770

 

Ce Chabbat marquera le 40ème Yortsait du Rav David Okunov , qui a été brutalement abattu à l’âge de 68 ans alors qu’il se rendait au service Cha’harit sur la rue Montgomery à Crown Heights.

Le jeudi 25 octobre 1979, 4 ‘Hechevan, à 7 heures du matin, Reb David, comme on l’appelait affectueusement, a reçu une balle dans la tête. Reb David, enseignant et travailleur communautaire, est décédé sur place. Toute la communauté Loubavitch et les Juifs de New York étaient sous le choc lorsque l’histoire du meurtre a été publiée dans le New York Times et le Daily News.

Plus de 3 000 chassidim de Loubavitch ont assisté à ses funérailles plus tard dans la journée et il a été inhumé au vieux cimetière de Montefiore dans le Queens, non loin du lieu de repos du Rabbi précédent.

Le gouverneur de l’État de New York, Hugh Carey, avait déclaré que tous les New-Yorkais étaient «horrifiés» par le meurtre de Rav Okunov. «Il est particulièrement tragique qu’un homme qui est venu ici (de l’Union soviétique) pour pratiquer sa religion soit assasiné de façon si gratuite et insensée. Nous pouvons seulement espérer, a dit Carey, que chaque New-Yorkais chérit le souvenir de sa vie, de sa lutte pour la liberté, la justice et la miséricorde. »

Quelques jours après le meurtre, un adolescent afro-américain, Caroll Miller, de Crown Heights, a été arrêté et emprisonné. La police a qualifié le mobile du meurtre de vol qualifié et non d’incident raciste. Il a été jugé et condamné à 22 ans de prison pour meurtre prémédité.

«Reb David n’est pas mort seul ni sans un riche héritage», a déclaré un membre de la famille. «Il a laissé une famille remarquable, militants pour le Judaïsme. Il avait une noble histoire de combattant du judaïsme tout au long de sa vie en Union soviétique, à une époque et dans des endroits où la pratique du Judaïsme était risquée, voire mortelle. »

Lors d’une soirée spéciale à Motsaeï Shabbat, pendant les Shiva, le Rabbi de Loubavitch a parlé de la perte horrible de la vie de Reb David. «C’est un homme qui a sacrifié sa vie en Russie. Il a réussi à s’échapper et à venir sur cette terre libre pour finalement être assassiné alors qu’il s’apprêtait à accomplir une Mitsva. »

Le Rabbi s’effondra et pleura – il connaissait Reb David en Russie depuis 1926, alors que Reb David était étudiant et que le Rabbi était sur le point de devenir le gendre du 6e Rabbi de Loubavitch, Rabbi Yossef Its’hak Schneersohn. Des centaines de chassidim, voyant le Rabbi en larmes, ont également pleuré à la perte insensée d’une telle figure Hassidique.

Mais le Rabbi s’est repris et a annoncé qu’une Yéchiva serait construite en son nom, plus précisément une école juive dédiée à répondre aux besoins des garçons de l’Union soviétique. Le Rabbi a suggéré que la nouvelle institution de la Torah soit appelée Yéchivat Ohel David en hommage au Rav David Okunov, qui, au moment de son assassinat, travaillait pour aider les Juifs bloqués derrière le rideau de fer.

La Yéchiva Ohel David, situé dans le grand séminaire de le Yéchiva, Tom’hei Temimim, sur Ocean Parkway, a, depuis sa fondation en 1979, éduqué des garçons de filiation russe dans l’étude de la Torah et dans divers domaines laïques. L’école primaire et secondaire de la Yéchiva Ohel David, placée sous les auspices des Amis des réfugiés de l’Europe de l’Est (FREE), est entièrement agréée par l’État de New York et le Board of Regents. L’école a vu plus d’un millier d’étudiants russo-américains passer par ses portes. Ses anciens élèves sont des médecins, des avocats et des ingénieurs, des hommes d’affaires et même des enseignants dans des écoles juives.

L’histoire de David Okunov est celle d’un héros de Loubavitch qui a incarné certains des éléments fondamentaux de ce qui a motivé le mouvement et l’a propulsé vers le développement. Né en 1911 en Ukraine lors de la Nessiout du 5ème Rabbi de Loubavitch, Rabbi Sholom Dovber Schneersohn, le jeune David, manifesta une dévotion et un amour irrépressibles pour le Judaïsme.

Il a grandi dans une période de répression. Lorsque la révolution socialiste a éclaté, il était presque impossible de vivre comme un Juif pratiquant. Ses parents, Reb Ephraim et Mme Esther Okunov, ont embauché un enseignant à la maison pour lui enseigner la prière, le Tanach et la Michna.

À 13 ans, après sa Bar-Mitsva, il a insisté pour étudier dans la Yéchiva Tomhei Temimim de Kremenchug, en Ukraine, organisé par le précédent Rabbi.

Les parents de David se sont opposés car les temps étaient dangereux. David a donc entamé une grève de la faim pendant deux jours et ses parents ont finalement cédé. La Yeshiva, allant à l’encontre de tout ce que le nouveau régime communiste défendait, lui apprit la Guémara, la Hala’ha, l’histoire juive et conforta son empressement au sacrifice de soi pour le judaïsme.

Reb David n’était pas seulement un élève dévoué de la Torah, il était également venu enseigner la Torah à d’autres élèves dans des classes improvisées et des ‘Hadarim souterrains. Il devint un véritable Talmid ‘Ha’ham, un Melamed et un fervent ‘Hassid.

En 1926, alors qu’il apprenait un passage difficile dans le traité Baba Metsia avec son partenaire d’étude, le Rav Na’houm Labkovsky, un jeune homme à l’air saisissant, pénétra dans le Beth Midrach  et commençaient à les éclairer sur la difficulté du sujet. Les étudiants étaient très satisfaits. Il s’agissait du Rav Menachem Mendel Schneerson, futur gendre du 6ème Rabbi de Loubavitch et, 24 ans plus tard, du 7ème Rabbi de Loubavitch.

Des années plus tard, en 1964, le Rabbi a renvoyé une lettre à Reb David dans laquelle il se faisait appeler M. Zeide (Grand-père. Le Rabbi l’a fait pour ne pas mettre Reb David en danger. Reb David s’est adressé au Rebbe sous le nom de «Zeide» car le KGB, la police secrète communiste, était au courant des activités du Rabbi en Amérique. Toute affiliation à une religion était strictement interdite et l’interception et la censure du courrier étaient monnaie courante. Dans sa lettre, le Rabbi a fait allusion au fait que Reb David avait reçu l’autorisation de quitter la Russie. Il lui écrivit en russe:

«À mon cher petit-fils David,
Shalom.

J’étais très heureux de recevoir les salutations de ta part. J’ai également été très heureux d’apprendre que vous avez reçu une « invitation » à vivre avec vos proches et je vous souhaite beaucoup de bonheur. Puisse Hachem faire en sorte que tous tes souhaits soient exaucés sans difficulté dans la mesure la plus complète. Et puissions-nous tous nous tenir ensemble à temps pour les Fêtes.

Avec mes meilleurs voeux à toi pour la nouvelle année,

M. Zeide ”

Les Okunov ont été déracinés et contraints de se déplacer à plusieurs reprises en vertu de l’interdiction de la religion par les communiste. Ils ont choisi des villes asiatiques comme Tachkent et plus tard Samarkand, qui comptaient toutes les deux de petites communautés juives. Les fonctionnaires communistes en Asie étaient plus indulgents envers la population que leurs homologues des grandes villes. Pourtant, le KGB a appris que Reb David était un disciple de Rabbi Schneersohn en Amérique, ce qui était considéré comme une bonne raison pour une arrestation, un procès et une incarcération en Sibérie.

La police secrète soviétique s’était rendue à Tachkent en 1947 pour arrêter Reb David. Ils ont frappé à sa porte, mais il n’était pas chez lui à ce moment-là. Le Rav Zeev-Volf Sirota, un voisin inquiet et un ami qui remarqua que le KGB le poursuivait, se rendit en ville à la recherche de Reb David. Le trouvant au travail, ils l’avertirent que le KGB était à sa porte. Reb David n’a pas pris de risque et a envoyé un message à sa femme par le biais du Rav Sirota pour l’informer qu’il ne reviendrait pas à la maison et qu’il prenait le prochain train pour se rendre en Ukraine pour rendre visite à ses parents. Reb David est parti immédiatement et sa femme l’a rejoint peu de temps après. Après quelques jours de visite à son domicile, le KGB a abandonné leurs recherches.

Reb David avait épousé Bassia Rivkah Zubarovsky de la ville hassidique de Nevel et ils ont eu quatre enfants: Meir, Hershel, Mendel et Ida. Mais Mme Okounov souffrait d’un cœur faible et elle est décédée en 1965, un an après que Reb David eut eu des nouvelles du Rabbi et trois ans avant qu’il émigre en Israël avec ses enfants.

Peu de temps après son arrivée en 1967, le Rabbi a demandé à Reb David d’aider l’organisation Ezras A’him, afin d’aider les Juifs russes toujours enfermés dans l’Union soviétique.

Le Rabbi avait la prémonition que l’empire communiste ne durerait pas longtemps et il avait raison. Avec les fils de Reb David, le Rabbi a fondé FREE en tant qu’organisation destinée à aider les réfugiés arrivant d’Europe de l’Est à répondre à leurs besoins matériels, éducatifs et spirituels. La vision du Rabbi était prophétique et FREE a depuis lors résisté à l’épreuve du temps en tant qu’organisation centrale des États-Unis au service des réfugiés russes et, plus tard, après la chute de l’Union soviétique, des immigrants russes. Des dizaines de milliers de réfugiés et d’immigrants juifs russes ont trouvé ici une nouvelle liberté et, avec l’aide de l’organisation FREE, ils se sont installés et ont trouvé un emploi, une identité juive et une éducation.

Reb David se trouve non loin du Rabbi dans le vieux cimetière de Montefiore. Les affaires religieuses juives russes en Amérique ont été assumées par les enfants et les petits-enfants de Reb David qui travaillaient pour répandre l’amour et le Judaïsme dans une communauté en pleine croissance.

 

Reb David Okunov היד, assis derrière le Rabbi à son arrivée aux États-Unis, Tishrei 1967

 

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars