Une délégation de fonctionnaires marocains se rend en Israël dimanche pour préparer l’ouverture d’un bureau de liaison, maintenant que les liens entre les deux pays ont été renoués après 20 ans.

 

Ils devraient également discuter avec les Israéliens de l’ouverture d’une ambassade, ce qui permettrait de renforcer les liens et d’établir des relations diplomatiques complètes.

Vendredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a personnellement invité le roi Mohammed VI du Maroc à se rendre en Israël, lors d’un appel téléphonique.

« Je pense que c’est le début d’une belle amitié », a déclaré M. Netanyahou au roi, alors qu’il empruntait la célèbre dernière réplique du film Casablanca de Humphrey Bogart, qui se déroule au Maroc.

« Nous avons convenu qu’une délégation marocaine arriverait en Israël au début de la semaine pour tout avancer, l’ouverture des bureaux de liaison, l’ouverture des ambassades, les vols directs vers le Maroc et retour », a déclaré M. Netanyahu dans une vidéo qu’il a publiée sur sa page Facebook samedi soir.

« La conversation a été très chaleureuse, très émotionnelle », a déclaré M. Netanyahu.

Il a expliqué que la conversation s’est déroulée en français, en anglais et en arabe.

Les deux dirigeants se sont entretenus trois jours seulement après la visite à Rabat d’une délégation conjointe américano-israélienne dirigée par le conseiller spécial de la Maison Blanche Jared Kushner et le conseiller à la sécurité nationale d’Israël Meir Ben-Chabbat, qui est d’origine marocaine, et qui a rencontré le roi. Netanyahu a remercié le roi d’avoir accueilli la délégation.

Les deux pays ont signé un accord pour reprendre les liens diplomatiques qui avaient été rompus en 2000, lorsque la seconde Intifada a éclaté. Ils ont également convenu de rouvrir dans les deux semaines les bureaux de liaison qui existaient à Rabat et à Tel-Aviv.

Une délégation du ministère marocain des affaires étrangères doit arriver en Israël dimanche pour préparer l’ouverture du bureau de liaison de Tel-Aviv.

Les six années de relations dont les deux pays ont bénéficié de 1994 à 2000 n’ont jamais atteint le niveau de relations diplomatiques complètes. Les relations qui ont été rétablies mardi sont une reprise de cette situation et ne sont pas non plus considérées comme des relations diplomatiques complètes.

Les pays s’efforcent maintenant d’obtenir ce statut. Déjà à Rabat mardi, les responsables israéliens et marocains ont signé quatre accords bilatéraux : sur l’aviation civile, l’exemption de visa pour les détenteurs de passeports officiels, l’eau et les finances. L’accord sur l’aviation permet des vols directs entre Israël et le Maroc.

Mercredi, le ministre marocain du tourisme, Fettah Alaoui, a déclaré que des vols directs seraient établis dans les deux à trois prochains mois, selon l’agence de presse marocaine, Agence Maghreb Arab Presse.

Dans ses commentaires à Netanyahu vendredi, Mohammed a souligné l’importance que les communautés juives du Maroc jouent dans les relations avec Israël, qui compte près d’un million de citoyens d’origine marocaine.

L’histoire juive au Maroc remonte à 2 000 ans, mais la plupart des membres de la communauté ont émigré et, à l’heure actuelle, seuls quelques milliers de Juifs vivent dans le pays.

Le roi a également souligné qu’il considère la cause palestinienne comme très importante. Il a également rappelé que la monarchie marocaine a longtemps joué un rôle important en aidant Israël à faire la paix avec ses voisins, selon une déclaration du Palais Royal.

Le Maroc est le quatrième pays à annoncer son intention de normaliser ses relations dans le cadre des accords d’Abraham négociés par les États-Unis. Les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont ratifié des accords pour établir des relations diplomatiques complètes avec Israël ; des liens avec le Soudan ont été annoncés mais non officialisés.

Le Maroc diffère de ces pays, car il a une longue histoire de relations avec Israël.

L’ancien premier ministre Yitzhak Rabin s’est rendu deux fois au Maroc – une fois en secret en 1976, lorsqu’il a demandé l’aide de l’ancien roi Hussan II pour ouvrir la porte à ce qui serait l’accord de paix de 1979 avec l’Égypte.

Il a ensuite effectué une visite officielle en 1993, en compagnie de l’ancien président Shimon Peres, qui était alors le ministre des affaires étrangères du pays. Ils sont venus au Maroc après avoir signé les accords d’Oslo en 1993.

Shimon Peres avait également rendu visite à Hussan en 1986, alors qu’il était premier ministre.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :