Jacques Kupfer est né en 1946.

Jacques Kupfer est titulaire d’une Licence en économie et gestion d’entreprise et d’un Ph.D en droit et sciences politiques.

Par le passé, M. Kupfer était Président et Directeur général d’entreprises spécialisées dans la vente de montres et de bijoux, Vice-Président de la Fédération nationale de l’industrie, et a officié comme juge à la Cour de commerce de France.

Dans le cadre de son service publique, il a officié comme Président du Front estudiantin en France, Président de «Herut» France, puis Président du Likoud, France.

En Israël, il a continué à officier comme Président du développement Kiryat Arba-Hebron et du Likoud Monde.

Aujourd’hui, il reste le Président du parti Likoud Monde et est membre de l’Organisation sioniste mondiale.

M. Kupfer est  éditeur de plusieurs articles de presse en ligne:
1988: Le Glaive de David, Éditions Laurens Oliver, Paris;
2011: «Palestine: le grand bluff», Éditions de Passy, Paris.

M. Kupfer siège au Conseil d’administration depuis juin 2010. Il est aussi Vice-Président du Comité des relations avec le gouvernement.

 

Message que Jacques Kupfer a écrit quelques jours avant son décès à tous les militants qui l’ont suivi et qu’il a demandé de diffuser au lendemain de son décès.
« Aux betarim de la 1ère heure
A tous les membres du Betar
Aux membres du Bne Zeev
Aux membres du Front des Etudiants Juifs
Aux membres du Herouth et du Likoud de France
Aux membres de l’Adkah
Aux membres d’Israel is Forever
Vous avez changé le visage du mouvement en France.
Vous avez combattu et vous avez toujours su défendre le drapeau d’israel.
Dans un de ses textes, Jabotinsky revient sur la légion juive et les grandes réalisations du mouvement et de la légion durant la 1ère guerre mondiale. Il déclare que les soldats de la Légion juive peuvent à juste titre se placer devant une glace, être fiers de leur bataille et se saluer.
Vous aussi mes amis, vous avez combattu sans jamais reculer devant l’ennemi; ni dans le combat physique ni dans l’idéologie sioniste flamboyante et grandiose, et le tout avec fierté.
Vous avez toujours tenu très haut notre bannière et vous avez modifié l’aspect du judaisme francais.
Alors vous aussi vous pouvez vous regarder avec fierté et vous saluer.
A vous tous mes frères de combat, j’étais fier d’avoir la chance de présider nos mouvements.
A vous tous un grand Tel Hai! »
Jacques Kupfer

 

Meyer Habib
Député de la 8ème circonscription des Français de l’étranger

J’ai très bien connu Jacques. Nous avons longtemps été proches tant sur le plan des idées que sur les plans personnel et professionnel.
Ma pensée va d’abord à sa famille, son épouse, Ketty, ses enfants, Nili, Johanna et Benjamin, mes cousins, qu’il chérissait tant et dont il était, à juste titre, si fier.
Avec le départ de Jacques, c’est une partie de ma vie, de ma jeunesse qui refait surface. Ces magnifiques années de militantisme pur, d’engagement de terrain, à une époque où n’existaient pas Internet, réseaux sociaux et où l’activisme sioniste, l’amour du peuple juif et d’Eretz Israël se vivaient avec simplicité et passion dans le réel et seulement dans le réel.
Idéologiquement, Jacques Kupfer ne faisait pas de concession, jamais. Par son immense charisme, ce grand leader sioniste a fait beaucoup pour rendre au judaïsme français force et fierté.
Bétari dans l’âme, devenu Natziv Bétar puis président du Hérout France et du Likoud France, il est resté jusqu’au dernier souffle un infatigable militant, qui vivait et faisait vivre avec puissance et talent ses idéaux, notamment à travers l’institution du Yom Hévron.
Disciple passionné et champion de la pensée de Vladimir Jabotinsky, il connaissait chaque détail, chaque anecdote de la vie du Rosh Bétar. Plus que tout autre en France, Jacques a contribué à ériger ce Kir Barzel – muraille d’acier – concept central de la pensée jabotinskienne.
Fondateur du Front des étudiants juifs (FEJ), du Bnei-Zeev, plus récemment de l’initiative « Israel is forever », il a formé des générations de militants, qui l’aimaient, l’admiraient, le respectaient, l’adulaient.
Jacques, merci. Tu n’es plus là mais ton héritage idéologique est gravé dans la roche.
‏נצח ישראל לא ישקר
Tel Haï.

 

 

 


Jacques Kupfer, lors d’une soirée de soutien pour la construction du Beth Haya Mouchka de la rue Petit, avec Ariel Sharon et le Rav Chmouel Azimov

 

 

ENTERREMENT A JERUSALEM

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :