Dans un nouveau développement choquant en Suède, un une Bible  était sur le point d’être incendiée ce Chabbat 15 juillet devant l’Ambassade d’Israel à Stockholm. Cette annonce survenait après un incident similaire fin juin, lorsque des pages d’un Coran ont été brûlées devant la principale mosquée de Stockholm lors d’un « rassemblement » approuvé par la police locale au début de la fête musulmane de l’Aïd-al-Adha.

Cet acte a déclenché une vague d’indignation à l’échelle internationale. Maintenant, une répétition de cet incident est prévue avec un une Bible destinée à être brûlée devant l’ambassade d’Israël. Un individu a reçu l’autorisation d’organiser un rassemblement public pour cet acte, selon Sveriges Radio, une station de radio locale.

L’homme de 30 ans qui a initié la demande a affirmé qu’il agissait en « réponse » à l’incendie du Coran et faisait une « déclaration symbolique pour la liberté d’expression », comme l’a rapporté Mattias Sigfridsson, le chef de la police locale.

Finalement ans une révélation surprenante, un homme de 32 ans qui avait annoncé son intention de brûler une Bible ce Chabbat à Stockholm a fait volte-face, expliquant que son dessein véritable était de contester les actes d’incinération de livres sacrés, notamment le Coran, dans le pays nordique.

Malgré l’autorisation obtenue de la police suédoise pour tenir son rassemblement devant l’ambassade d’Israël le vendredi, une décision qui avait suscité la critique de l’Etat hébreu et de plusieurs organisations religieuses, l’homme a changé de cap.

Benjamin Netanyahu, Premier ministre d’Israël. avait condamné fermement l’acte prévu et appelant la Suède à respecter les textes sacrés de toutes les religions. :
« Je condamne fermement la décision des autorités suédoises de permettre la combustion d’une Bible devant l’ambassade d’Israël dans le pays. L’État d’Israël considère cette décision dégradante comme une grave offense contre ce qui est le plus sacré pour le peuple juif. Tous les livres sacrés de toutes les religions doivent être respectés. »

Ahmad A., l’homme derrière le projet de manifestation, a partagé avec les médias son intention de dénoncer ceux qui ont brûlé des Corans en Suède au cours des derniers mois, un acte qui n’est curieusement pas prohibé par la loi suédoise.

Pour plus d’information: Coran incendié : comment l’action d’un immigrant irakien en Suède a déclenché une tempête de protestations dans le monde musulman.

« C’est une réponse à ceux qui ont brûlé le Coran. Je veux mettre en évidence que la liberté d’expression devrait respecter certaines barrières », a souligné ce citoyen suédois d’origine syrienne, âgé de 32 ans.

« Mon objectif est de démontrer que nous devrions tous nous respecter les uns les autres » Il a ajouté : « Mon message est que nous devrions nous respecter mutuellement. Nous partageons la même société. Si je brûle la Torah, quelqu’un d’autre la Bible et encore un autre le Coran, nous serons sur la voie de la guerre… Je voulais simplement montrer que ce n’est pas la bonne chose à faire ». « Il est contraire aux principes du Coran de brûler un livre sacré, et je n’envisage pas de le faire. Personne ne devrait faire cela », a conclu l’homme à la barbe soigneusement taillée. La petite foule s’est ensuite dispersée paisiblement, à environ cinquante mètres de l’ambassade israélienne, sur une prestigieuse avenue du centre de Stockholm.