Les grands essaims de criquets pèlerins qui ont envahi une grande partie de l’Afrique de l’Est et de la péninsule arabique sont maintenant entrés dans le sud de l’Iran, conduisant les responsables du gouvernement à déclarer qu’ils ne peuvent manipuler les essaims qu’avec des pesticides.

 

Jerusalem Post

Les essaims arrivent alors que la République islamique se bat également avec une grave épidémie de coronavirus. Les essaims sont entrés dans les provinces de Hormozgan, Sistan et Baluchestan, Bushehr, Fars et Khuzestan, selon Reza Mir, porte-parole de l’Organisation pour la protection des végétaux.

« La densité des criquets dans les essaims est si élevée qu’une couche de 10 à 15 centimètres de criquets morts se forme sur le sol après avoir pulvérisé des pesticides », a déclaré Mir, selon Radio Farda.

Les méthodes biologiques pour manipuler les essaims sont inefficaces en raison de la taille des essaims et des contraintes de temps impliquées. « Permettre aux ravageurs de [recréer] est beaucoup plus dommageable que les effets secondaires de l’utilisation de pesticides chimiques », a expliqué Mir.

Plus d’un million d’hectares de terres agricoles pourraient être pulvérisés cette année. Le nombre de criquets devrait être sept fois supérieur à celui des essaims de l’année dernière, selon Keykhosrow Changalvai, chef de l’Organisation du Jihad agricole de la province du Khuzestan, dans le sud-ouest du pays.

« L’année dernière, les essaims mesuraient entre un et un kilomètre et demi de long mais cette année, ils mesurent entre sept et dix kilomètres », a déclaré Changalvai, selon Radio Farda.

Changalvai a averti que « le danger de ces criquets n’est pas moindre que celui des coronavirus ». Les nouveaux essaims sont immatures et plus dommageables que les essaims des années précédentes car ils mangeront tout sur leur passage.

Des essaims de criquets pèlerins sévissent dans plusieurs pays du monde, dont la Chine, la Jordanie, le Pakistan, le Kenya et le Soudan.

L’Afrique de l’Est est particulièrement touchée par les essaims, les Nations Unies avertissant d’une menace sans précédent pour la sécurité alimentaire dans la région, selon Bloomberg News. L’épidémie est causée par un nombre accru de cyclones et pourrait s’aggraver si les tendances météorologiques se poursuivent.

Les essaims ont atteint l’Éthiopie, le Kenya, la Somalie, Djibouti, l’Érythrée, le Soudan, l’Ouganda, le Soudan du Sud et la Tanzanie, entre autres pays.

Le secrétaire générale des Nation Unis, Antonio Guterres a averti qu ‘ »il existe un lien entre le changement climatique et la crise acridienne sans précédent qui sévit en Éthiopie et en Afrique de l’Est. Des mers plus chaudes signifient que plus de cyclones génèrent le terreau idéal pour les criquets. Aujourd’hui, les essaims sont aussi gros que les grandes villes et ils s’aggravent par jour « , selon Bloomberg News.

L’infestation est originaire de la péninsule arabique au Yémen, l’Arabie saoudite étant également touchée par les essaims. En juin, le Yémen a vu une épidémie de criquets pèlerins pour la première fois en trois ans. Les Yéménites ont profité de l’infestation comme source de nourriture alternative .

En Jordanie, le ministère de l’Agriculture a annoncé un « état d’urgence extrême » alors que des essaims descendaient sur l’Arabie saoudite via le Yémen. Le ministre de l’Agriculture, Ibrahim Shahadeh, a déclaré qu’une salle d’urgence avait été mise en place avec la coopération de la Royal Jordanian Air Force, des Forces royales de Badia et du Département des douanes de la Jordanie, de la Direction de la protection civile (CDD) et des autorités de la région d’Aqaba pour coordonner leur réponse, a rapporté Roya News. Le Ministère suit également de près les rapports réguliers publiés par le Centre de prévision acridienne, situé au sein de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

La Syrie, qui borde également Israël, se préparerait également à une épidémie.

Israël se prépare également à l’éventualité d’une première infestation de criquets pèlerins en sept ans, selon Channel 12. L’infestation de 2013 a causé des centaines de milliers de shekels de dommages à l’industrie agricole israélienne. Dans une récente évaluation de la situation, le ministre de l’Agriculture Tzachi Hanegbi a déclaré qu’il n’y avait actuellement que peu de chances que les criquets viennent en Israël, mais a souligné que les prévisions pourraient changer et que les préparatifs devraient être faits à l’avance.

En Asie, le Pakistan a déclaré une urgence nationale pour lutter contre l’infestation acridienne. Les essaims ont atteint le nord-ouest de l’Inde et se rapprochent également de la Chine.

Un kilomètre carré. essaim de criquets peut manger la même quantité de nourriture en une journée que 35 000 personnes, selon la FAO. Keith Cressman, expert en prévision des criquets de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, a expliqué qu’un essaim de criquets qui pénètre dans un champ le matin peut manger tout le champ avant midi.

Cressman a averti que « nous avons un très court laps de temps pour agir ». Dir.-gén. FAO QU Dongyu a appelé à une action plus grande et plus rapide afin de prévenir une crise humanitaire en Afrique de l’Est.

Un essaim au Kenya était trois fois plus grand que New York, selon CNN. Le nombre de criquets pourrait augmenter de 400 fois d’ici juin s’ils ne sont pas traités.
Pourquoi  une telle ampleur ?

Tout a commencé au printemps 2018 avec l’arrivée de pluies abondantes sur le «quart vide» de la péninsule arabique, suite à la formation d’un cyclone au-dessus de l’océan Indien. Les conditions parfaites de chaleur et d’humidité pour la reproduction des criquets pèlerins étaient réunies. Et c’est ce qui s’est passé, sans que cela soit détecté et que des mesures de contrôle puissent être déployées. Cette zone est inaccessible. Il n’y a ni routes, ni infrastructures. Il n’y a que des dunes de sable, dont la hauteur peut atteindre celle de la tour Eiffel.

«Il faut trois mois pour qu’après la ponte, une larve se transforme en criquet adulte apte à se reproduire.»

Un deuxième cyclone s’est produit en octobre, qui a entretenu cette intense reproduction. Ainsi, trois générations d’insectes phytophages se sont formées, multipliant leur nombre par 8 000. Une partie a commencé à migrer début 2019 en direction de l’Iran, au nord, et du Yémen, à l’ouest. La guerre au Yémen a, à son tour, entravé les opérations de contrôle, alors que de nouveaux cycles de reproduction s’enchaînaient. Il faut en moyenne trois mois pour qu’après la ponte, une larve se transforme en criquet adulte apte à se reproduire.

En juin, les premières invasions dans la Corne de l’Afrique ont commencé. Le nord de la Somalie a été la première région touchée, puis l’Ethiopie. Ces deux pays sont parvenus à contenir la formation des bandes larvaires et des essaims jusqu’au mois de décembre. Puis tout a basculé avec l’arrivée du cyclone Pawan, le 7 décembre, sur le nord-est de la Somalie. Des pluies abondantes et des inondations ont gagné l’intérieur des terres, jusqu’en Ethiopie, favorisant la reproduction. La situation est devenue hors de contrôle.

 

Wikipedia: Le criquet pèlerin (Schistocerca gregaria), appelé aussi sauterelle tigre, est une espèce d’insectes orthoptères caelifères de la famille des Acrididae, sous-famille des Cyrtacanthacridinae et de la tribu des Cyrtacanthacridini.
Les essaims de criquets pèlerins sont depuis des siècles une menace pour la production agricole en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. Les moyens de subsistance d’au moins un dixième de la population mondiale peuvent être affectés par cet insecte vorace. Le criquet pèlerin est potentiellement le plus dangereux des criquets ravageurs en raison de la capacité des essaims de voler rapidement sur de grandes distances. Il a de deux à cinq générations par an. La dernière grande infestation par le criquet pèlerin en 2004-2005 a provoqué des pertes significatives de la production agricole en Afrique de l’Ouest et a eu un impact négatif sur la sécurité alimentaire dans la région. Bien que le criquet pèlerin à lui seul ne soit pas responsable de famines, il peut en être un facteur déterminant.

 

%d blogueurs aiment cette page :