Le Rav Haim Meir Drukman, se souvient de ce que le Rabbi lui a enseigné sur l’éducation.

Né à Kuty en Pologne (aujourd’hui en Ukraine ), Rav Haim Meir Drukman fit son aliya pour le mandat palestinien en 1944, après avoir été sauvé de l’Holocauste. Il a étudié à l’Institut Aliyah de Petah Tikva, puis à la Bnei Akiva Yechiva de Kfar Haroeh. Il a ensuite été transféré à la Yechiva Mercaz HaRav à Jérusalem, où il est devenu l’élève du Rav Zvi Yehouda Kook. Il a également servi dans les Forces de défense israéliennes, dans le Bnei Akiva gar’in du Nahal.. En 1952, il est devenu membre de la Direction nationale de Bnei Akiva et, de 1955 à 1956, il a été émissaire de l’organisation aux États-Unis
En 1964, il fonda le lycée Ohr Etzion B’nei Akiva Yechiva, où il reste Rosh Yechiva. En 1977, il fonda l’Ohr Etzion Yechiva, qui fut pendant de nombreuses années la plus grande Yechiva Hesder du pays. En 1995, il a fondé l’académie Ohr MeOfir pour les diplômés du secondaire de la communauté éthiopienne. Depuis 1996, il dirige également le centre pour les Yeshivot Bnei Akiva et les Oulpanotes en Israël. Le Rav Haim Meir Drukman a joué un rôle de premier plan dans la création de Gush Emunim.

J’ai rencontré le Rabbi pour la première fois dans les premières années de sa direction de Habad Loubavitch. C’était en 1956 et j’avais été envoyé d’Israël pour servir d’émissaire du mouvement de la jeunesse religieuse Bnei Akiva aux États-Unis. Lorsqu’un ami m’a invité à un Farbrenguen au 770 Eastern Parkway, j’ai été très impressionné par le Rabbi qui a passé de nombreuses heures à parler de la Torah et à diriger des chants hassidiques.

Plus tard au cours de l’hiver de la même année, j’ai eu le privilège de rencontrer le Rabbi en audience privée. Quand je suis arrivé à l’heure convenue, qui était très tard dans la nuit, j’ai été surpris de voir une si longue file de gens qui l’attendaient, et je me suis demandé: si le Rabbi est occupé à diriger le Mouvement Habad pendant la journée, puis il rencontre des gens pendant la nuit, quand dort-il?

Le sujet principal de notre conversation concernait l’éducation juive. J’ai expliqué au Rabbi ce qu’impliquaient mes responsabilités en tant qu’émissaire du Bnei Akiva et je lui ai dit que, contrairement aux cadres éducatifs formels où les étudiants siègent jour après jour et absorbant la connaissance de la Torah, les membres du mouvement de jeunesse ne se réunissent que les week-ends. juste pour quelques heures. Par conséquent, nous nous concentrons sur ce qui est le plus important: leur communiquer les concepts clés de la foi.

Le Rabbi a répondu qu’à son avis, dans tous les types de cadres éducatifs, l’accent devrait être mis sur ces sujets essentiels.

Je dois dire que son message d’inculquer la foi et la crainte de Dieu et non seulement transmettre le savoir – est un message qui est resté gravé jusqu’à ce jour.

Nous avons également discuté du mélange des sexes lors des rassemblements Bnei Akiva. Le Rabbi avait de sérieuses réserves à ce sujet. Il a dit que nous devions être conscients qu’une telle politique était un désastre. Mais il a ajouté que nos programmes empêchaient une catastrophe encore plus grave depuis le rapprochement des jeunes de la Torah. Il a estimé que, dans les circonstances, ce résultat contrebalançait le danger.

Je me souviens d’avoir quitté cette réunion non seulement exaltée, mais encore plus impressionnée par le Rabbi que je ne l’avais été auparavant. J’étais très jeune à l’époque, à peine âgé de vingt-quatre ans, mais le Rabbi m’a traité avec beaucoup de respect et il a passé beaucoup de temps à parler avec moi.

Des années plus tard, alors que j’étais assis aux Shiva pour ma mère, j’ai été surpris de recevoir une lettre de condoléances du Rabbi. Je n’avais pas informé son bureau du décès de ma mère, pourtant il en avait entendu parler et avait pris la peine de m’écrire de son plein gré. Je suis étonné: qui suis-je pour qu’il se souvienne de moi?!

Chaque fois que je me rendais aux États-Unis pour le travail, j’essayais de voir le Rabbi. C’était déjà dans les années 1980, lorsque l’audience privée avait été suspendue, mais il était possible d’échanger quelques mots avec lui lorsqu’il distribuait des dollars pour des œuvres caritatives le dimanche.

En janvier 1991, après avoir participé à un événement festif à Kiryat Malachi, dans le quartier de Nachalat Har Chabad, commémorant  la fin d’un cycle d’étude – du Mishneh Torah de Maimonide, je suis venu à New York. Je me suis mis en ligne pour recevoir un dollar du Rabbi et je lui ai dit qu’au Siyoum Harambam j’avais rappelé sa directive de ne pas chercher de fautes parmi le peuple juif, mais seulement leurs mérites, et que ce que nous devions faire aujourd’hui, c’était de rapprocher  les juifs de la Torah avec amour. Le Rabbi a répondu: «Maïmonide va encore plus loin. À la conclusion de Michne Torah, il déclare qu’au moment de la Rédemption finale, toutes les nations du monde ne se préoccuperont que de connaître Dieu. ”C’est-à-dire que le Rabbi a souligné que non seulement le peuple juif, mais toute l’humanité – s’efforcera un jour de connaître leur Créateur”.

Cette rencontre a eu lieu juste après l’ouverture des portes de l’Union soviétique et l’immigration de nombreux Juifs russes en Israël. J’ai donc demandé au Rabbi de faire appel à ses Hassidim et aux Juifs en général pour qu’ils accueillent les nouveaux immigrants avec amour, car nous devions les ramener à leurs racines juives, dont ils avaient été coupés.

Le Rabbi a répondu qu’il n’était pas nécessaire de persuader ses Hassidim, car ils faisaient déjà ce que je préconisais. Il a souligné que, grâce aux efforts qu’ils avaient déployés au fil des ans, les Juifs russes étaient toujours liés à leurs racines et venaient en Israël plutôt que d’immigrer dans d’autres pays. Même ceux qui s’étaient rendus aux États-Unis étaient encouragés à venir en Israël. Il a conclu: «Peut-être que Dieu voudra que nous entendions bientôt de bonnes nouvelles et que le Machia’h n’aura pas besoin de dépendre de nos efforts. Au contraire, il rassemblera lui-même tous les Juifs – y compris ceux nés en Amérique – et les conduira immédiatement en Terre Sainte.”

En conclusion, je voudrais juste dire que le Rabbi était l’un des plus grands dirigeants du peuple juif, dont la portée s’étendait dans le monde entier, partout où il y avait des Juifs. Il s’inquiétait pour chaque membre de la nation juive où qu’il se trouve. Ses émissaires se sont rendus aux quatre coins du globe, y compris dans les endroits les plus reculés, et c’est grâce à eux que le judaïsme existe dans ces endroits. En raison de l’influence de Habad, beaucoup de Juifs sont revenus à leurs racines et à la Torah. Quelle chance nous avons de mériter d’avoir une personne telle que le Rabbi dans notre génération – il était unique!

Publicités
WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG