L’afflux de réfugiés juifs affluant vers Israël est en augmentation – et le réseau d’éducation Habad en Israël ouvre toutes ses institutions pour les enfants réfugiés.

 

Les combats en Europe de l’Est se poursuivent et le flux de réfugiés immigrés en Israël augmente de jour en jour, dont beaucoup de jeunes enfants, y compris des orphelins de père et de mère.

Les enfants juifs, pour la plupart, ont étudié et ont été éduqués en Ukraine dans des établissements d’enseignement Habad, et maintenant qu’ils arrivent en Israël, une bataille acharnée se déroule dans les coulisses sur les établissements d’enseignement auxquels ils appartiendront.

En raison du besoin immédiat, les établissements d’enseignement de Habad, le «réseau Ohel Yosef Yitzhak», sont prêts à accueillir les enfants des immigrants, issus de familles venues de l’Ukraine bombardée, dans les établissements du réseau à travers le pays.

Dans les prochains jours, le flux de réfugiés arrivant en Israël devrait augmenter, et les institutions du « Chabad Education Network » permettent une absorption rapide et facile, pour les familles des immigrés, sans bureaucratie compliquées.

Le personnel de la Division des parents et de la communauté du Réseau Amal a formulé ces derniers jours un large éventail de solutions pour faciliter l’adaptation des immigrés aux institutions et permettre à tous les immigrés d’envoyer leurs enfants dans les établissements d’enseignement Habad à travers le pays.

Dans ce cadre, les directeurs des écoles Habad et des institutions d’études de la Torah se sont mobilisés pour organiser tout l’équipement et les réponses nécessaires à chaque élève, conformément à l’instruction qu’ils ont reçue de la direction du réseau qu’ils financeraient tous les frais nécessaires pour les manuels, les études des équipements et même des financements dans les institutions d’avenir pour les enfants des immigrés.

« La direction du réseau a lancé un appel à toutes les réfugiés et les émissaires qui ont fui l’Ukraine – tant pour leurs propres enfants que pour les enfants des familles des communautés et tous les immigrés. C’est l’occasion pour nous tous de les approcher et de faciliter leur adaptation. »

Les établissements d’enseignement, comme mentionné, sont préparés également pour l’absorption des enfants russophones. Le réseau organisera également la médiation de la langue russe dans les institutions fréquentées par des enfants russophones, et à cette fin un coordinateur d’accompagnement et d’orientation a également été nommé, un conseiller pédagogique russophone certifié répondra à toutes les demandes des deux parents dans chaque établissement d’enseignement.

« Tout est fait pour que les enfants entrent dans la routine le plus vite possible, explique le président du réseau de l’éducation, le Rav Yossef Yitzhak Aharonov.  « Après les avoir sauvés d’une guerre physique, nous avons maintenant le devoir de les sauver d’une guerre spirituelle, et à cette fin, nous faisons des efforts suprêmes pour adapter les établissements d’enseignement à ces réfugiés. »

Dans une circulaire spéciale envoyée à toutes les institutions du réseau, il a été demandé aux directeurs des institutions de fournir immédiatement un modèle d’intégration approprié pour les enfants, tout en maximisant l’intégration des familles et en mettant l’accent sur leur intégration dans la communauté et en prenant soin de tous ceux qui en ont besoin en Israël.

La direction du réseau financera entièrement le panier d’intégration pour les enfants et les familles et fournira un soutien professionnel et psychologique aux enfants et à leurs familles. De plus, le réseau recrutera immédiatement un groupe de médiateurs russophones qui seront intégrés dans toute institution qui accueillera les enfants.

« Jusqu’à présent, plus de 130 élèves ont déjà été admis dans les institutions, et le double d’entre eux devrait être admis d’ici la Fête de Pessa’h », a déclaré le PDG du réseau, le Rav Eliyahu Krichevsky.

« Notre objectif est que l’intégration des familles en Israël leur permette de renforcer le lien avec la Terre d’Israël et les valeurs du judaïsme et de continuer l’atmosphère particulière qu’elles avaient dans les communautés Habad de leur pays d’origine », note le Rav Krichevsky. « , ce qui comprend le financement de toutes les dépenses et ressources dont ils ont besoin pour une intégration rapide. »

%d blogueurs aiment cette page :