L’agence de renseignement interne d’Israël a reçu l’autorisation des pouvoirs exécutif et judiciaire. Les informations recueillies seront régulièrement portées à la connaissance des tribunaux. La décision a été prise après avoir évalué “l’équilibre entre la santé publique et les méthodes invasives”.

Ynet

Avec l’approbation du gouvernement et du procureur général d’Israël, depuis mardi, le service de renseignement interne Shin Bet a commencé à surveiller les patients infectés par le coronavirus.

En attendant que le ministère de la Santé fournisse cette base de données, les autorités de Shabak ont ​​précisé qu’elles seront en mesure de collecter des informations pour avertir la population des activités menées par ces personnes, mais en aucun cas cela ne conduira à des persécutions individuelles ou à l’invasion d’autres données. de nature privée.

“Nous ne voulions pas recourir au Shin Bet, nous sommes conscients de l’inquiétude qu’il génère dans la population, mais dans l’équilibre entre la santé publique et les méthodes invasives, cette décision a été prise”, a expliqué le procureur général Raz Nazri au sujet du pouvoir auquel l’Etat aura accès. à l’emplacement de certains citoyens.

Parmi les restrictions convenues, il a été convenu que tous les trois jours le Shabak porterait à la justice un rapport contenant toutes les informations recueillies. En outre, même si le service de renseignement a détecté un crime non lié à la crise des coronavirus, il ne pourra pas renvoyer l’affaire à d’autres niveaux de l’État.
“L’épidémie nécessite des garanties sociales mutuelles. Il n’y a aucune intention de réglementer toutes les activités sociales, mais il existe une menace exceptionnelle pour la santé des Israéliens”, a souligné Nazri.

 

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :