L’Institut médico-légal d’Abu Kabir annonce que 44 corps ont été libérés pour être enterrés, l’autre le sera dans le courant de la journée.

L’Institut de médecine légale d’Abou Kabir a annoncé ce matin, dimanche, qu’il avait achevé l’identification des 45 victimes qui lui ont été apportées par la catastrophe de Meron.

Le Dr Chen Kugel, directeur de l’institut, a déclaré: « Une catastrophe de cette ampleur nécessite une préparation très complexe de la part du personnel de l’institut. »

«Le besoin et la demande des familles d’accomplir rapidement le processus étaient compréhensibles et nous avons agi à la lumière de cela, mais nous n’avons pas renoncé aux démarches professionnelles requises pour le faire. Je tiens à exprimer mes condoléances aux familles », A ajouté Kugel.

 

LISTE DES VICTIMES

 

10 garçons et adolescents parmi les morts dans la bousculade du festival en Israël

Selon l’Institut médico-légal, les 45 victimes qui ont péri dans la catastrophe civile la plus meurtrière du pays ont été identifiées; 16 personnes restent hospitalisées, dont trois dans un état grave

Au moins 10 enfants et adolescents de moins de 18 ans figuraient parmi les 45 juifs orthodoxes tués dans une bousculade lors d’une fête religieuse dans le nord d’Israël, selon une liste partielle de noms publiée samedi alors que l’identification des victimes de la catastrophe civile la plus meurtrière d’Israël se poursuivait.

Quatre Américains, un Canadien et un Argentin figuraient également parmi les personnes tuées. Deux familles ont chacune perdu deux enfants. La plus jeune victime avait neuf ans.

Les frères Moshe Mordechai (12 ans) et Yossef David Elhadad ont été enterrés sur le mont Meron samedi soir. Leur père a dit que lui et ses enfants étaient venus à Meron pour célébrer Lag Baomer. «Nous nous sommes éloignés du feu de joie parce qu’un autre des enfants a demandé à quitter l’événement bondé mais Yossef a dit qu’il voulait revenir. J’ai accepté mais quelques minutes plus tard, Dieu a choisi de me les enlever.

Le père de Yedidia Hayut, 11 ans, lui-même blessé dans la catastrophe, est arrivé en ambulance pour assister à l’enterrement de son fils à Jérusalem.

Pendant ce temps, les appels se sont multipliés samedi pour la création d’une commission d’enquête officielle, en partie pour évaluer la responsabilité des politiciens et des hauts décideurs d’avoir autorisé le rassemblement de masse, malgré les avertissements répétés au fil des ans concernant les manquements à la sécurité. Dans une première réponse, le ministre du Cabinet du pays qui supervise la police nationale a défendu la gestion de l’événement par la police.

La ruée vers le début de vendredi avait interrompu le festival annuel de Lag BaOmer sur le mont Meron en Israël. Le festival avait attiré quelque 100000 personnes dans le plus grand rassemblement jusqu’à présent cette année, car la campagne de vaccination réussie d’Israël a permis au pays de sortir des restrictions relatives aux coronavirus.

Alors qu’un grand nombre de personnes commençaient à quitter l’un des événements du festival, ils se pressaient dans un étroit passage en forme de tunnel qui descendait et se terminait par une série de marches. Le sol était devenu glissant avec de l’eau et du jus renversés, selon des témoins. Alors que certains dans la foule glissaient, ceux qui étaient derrière eux tombaient sur ceux qui étaient au sol.

L’ambulancier paramédical vétéran Yossi Halabi a déclaré samedi à la 12e chaîne de télévision israélienne qu’il «avait rencontré un mur de corps» après avoir été alerté pour la première fois de la catastrophe depuis son poste voisin. Il a dit qu’il lui avait fallu environ 40 minutes pour extraire les morts et les blessés du chaos.

Il a dit que c’était «l’un des pires, sinon le pire incident» qu’il avait vu en 30 ans au travail.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche jour de deuil national. Samedi soir, une veillée a eu lieu à Tel Aviv, où les gens ont allumé des bougies commémoratives et la municipalité a illuminé l’hôtel de ville avec le drapeau israélien.

L’institut médico-légal israélien a déclaré dimanche que les 45 victimes avaient été identifiées dimanche matin. Parmi ceux-ci, 22 ont été inhumés avant le sabbat. L’identification des victimes restantes et les enterrements ont repris après le coucher du soleil, de même que certaines des funérailles. La loi juive appelle à un enterrement rapide des morts.

Seize personnes sont restées hospitalisées, dont trois dans un état grave.

Lag BaOmer est très populaire auprès de la communauté ultra-orthodoxe d’Israël pour honorer le rabbin Shimon Bar Yochai, un sage et mystique du IIe siècle qui y serait enterré. Les foules allument des feux de joie, dansent et prennent de grands repas de fête dans le cadre des célébrations. Partout au pays, même dans les zones laïques, de plus petits groupes se rassemblent dans les parcs et les forêts pour des barbecues et des feux de joie.

Les experts ont longtemps averti que les célébrations du mont Meron étaient mûres pour le désastre en raison des conditions de surpeuplement, des grands incendies et du temps chaud. Dans un rapport de 2008, le contrôleur de l’État, un bureau gouvernemental de surveillance, a averti que les conditions sur le site, y compris les voies d’évacuation, «mettent en danger le public».

Le ministère de la Justice a déclaré qu’il lançait une enquête sur une éventuelle inconduite criminelle de la part de policiers. Des témoins se sont plaints que les barricades de la police avaient empêché les gens de sortir correctement.

Cependant, il y avait des demandes croissantes, y compris de la part de commandants de police à la retraite, pour une commission d’enquête officielle qui pourrait également examiner les décisions des dirigeants politiques.

Dans une publication sur Facebook, le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana, responsable de la police et proche confident de Netanyahu, a salué le comportement de la police. Il a dit qu’il était prêt à «prendre ses responsabilités» et à répondre à toutes les questions. «Je suis responsable – mais la responsabilité ne signifie pas la culpabilité», a-t-il écrit.

Selon les directives du ministère de la Santé, les rassemblements publics continuent d’être limités à 500 personnes maximum. Mais les médias israéliens ont déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait assuré aux dirigeants orthodoxes que les célébrations auraient lieu, malgré les objections des responsables de la santé publique. Le bureau de Netanyahu n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Netanyahu s’est longtemps appuyé sur de puissants partis orthodoxes comme alliés. Il aura besoin de leur soutien s’il veut garder de faibles espoirs de rester au pouvoir après des élections peu concluantes en mars, la quatrième en seulement deux ans. La semaine à venir devrait être décisive pour ses efforts infructueux jusqu’à présent pour former un gouvernement de coalition avec des partis de droite et orthodoxes.

Netanyahu a fait l’objet de vives critiques au cours de l’année écoulée pour avoir permis aux communautés orthodoxes de bafouer les consignes de sécurité en ouvrant des écoles et des synagogues et en organisant des funérailles de masse. Les communautés orthodoxes ont été parmi les plus durement touchées par le COVID-19.

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
     
%d blogueurs aiment cette page :