Traduit de Chabad.org

Il y a quelques mois, j’ai raconté pour la première fois une histoire sur ma rencontre avec Elisheva Martinetti, à l’époque une jeune chinoise de 16 ans qui espérait se convertir au judaïsme. Quand Elisheva a entendu parler de l’article, nous avons été pratiquement réunis 10 ans après notre rencontre initiale, ce qui a conduit à une interview où nous avons parlé ouvertement de nos enfances respectivement en URSS communiste et en Chine, et des choix que nous avons faits pour embrasser le judaïsme et la Torah.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. J’ai eu la chance de découvrir que le mari d’Elisheva, David, a son propre impressionnant parcours!

David Martinetti est un enfant unique dans une famille typiquement italienne dans une petite ville appelée Cesano Boscone, à une heure de Milan. Ses parents étaient des catholiques traditionnels, mais pas particulièrement observateurs dans leur vie quotidienne. Dès son plus jeune âge, David a remis en question l’authenticité des traditions de ses parents, mais la réponse qu’il a reçue n’a pas satisfait sa curiosité. À un certain moment de son adolescence, David a compris que le fondement de la foi chrétienne était le judaïsme et a estimé qu’il était important de rechercher la source et de lire les textes originaux.

À l’âge de 16 ans, David n’avait toujours pas eu l’occasion de rencontrer un juif. Le 25 avril 2010, il a assisté à la célébration annuelle de la libération de l’Italie du régime nazi, où il a vu des représentants du groupe-brigade juif porter des vêtements juifs. Son rêve de rencontrer une personne juive se réalisait enfin!

«En montant pour parler au groupe, je leur ai dit que j’étais intéressé par leur organisation. L’un des membres m’a invité à participer à une célébration le jour de l’indépendance d’Israël dans quelques semaines.

«Bien que ce fût ma première rencontre avec de «vrais» Juifs, j’avais déjà secrètement essayé d’apprendre à lire l’hébreu. Malheureusement, mes parents n’étaient pas particulièrement favorables à ce nouvel intérêt. Ainsi, même si je n’avais pas partagé mes projets d’assister au défilé de la fête d’indépendance d’Israël avec mes parents, j’ai laissé ma grand-mère entrer dans mon secret, et le jour tant attendu, elle a voyagé avec moi à Milan.

«J’étais tellement excité que je suis arrivé plusieurs heures en avance. C’est là que j’ai vu un juif orthodoxe, un vrai rabbin, pour la première fois de ma vie. Il était arrivé tôt aussi, pour mettre en place son travail de sensibilisation auprès de la grande foule attendue.

«Je suis resté à l’observer. Le rabbin s’est avancé vers moi avec un sourire, m’a tendu la main chaleureusement et m’a offert ma première salutation juive: «Chalom». Je me figeai, complètement submergé.

«Au fil de la journée, j’ai observé ce rabbin chaleureux et amical poser des «boîtes noires» (tefillin) sur les participants, souriant et répondant aux questions. Je me suis senti instantanément connecté à lui. Après tout, il a été le premier rabbin qui m’a serré la main et m’a salué dans la langue sainte. Malheureusement, j’étais trop timide pour lui parler ou lui poser des questions.

Cet été-là, David avait pris la décision décisive de rejoindre le peuple juif. Bien sûr, à l’époque, il n’avait aucune idée de ce qu’impliquait une conversion au judaïsme et de la complexité d’une telle décision. Malgré les défis qui l’attendaient, sa détermination n’a pas été découragée et, tout comme sa future épouse, Elisheva, il s’est engagé à tout sacrifier pour faire partie du peuple juif.

«Il a fallu beaucoup de courage avant de finalement composer le numéro de l’un des organisateurs du défilé israélien», se souvient David. J’ai demandé à être connecté à un enseignant qui pourrait m’aider à en apprendre davantage sur les traditions juives. Étonnamment, quand j’ai finalement rencontré mon rabbin potentiel, j’ai été accueilli par ce même visage amical et ce sourire inoubliable du rabbin qui m’a serré la main il y a des mois – un signe clair que j’étais sur la bonne voie.

«Ce fut le début de ma relation de toute une vie avec le Rav Chmouel Rodal. Nous avons commencé à apprendre les sept lois de Noé. Bien que 16 personnes aient assisté au deuxième cours de la série, j’étais le seul étudiant présent pour le premier, ce qui m’a donné l’occasion de poser des questions, de créer des liens avec le rabbin et de lui confier mon désir de me convertir.

Les cours hebdomadaires avaient lieu à Milan et se terminaient tard dans la nuit lorsque les trains ne circulaient plus.

Les parents de David venaient le chercher après le premier cours, mais ont clairement indiqué qu’ils ne voulaient pas le refaire. Après le deuxième cours, il était visiblement inquiet de n’avoir aucun moyen de rentrer chez lui. Juste à ce moment-là, un des participants au cours lui dit qu’il habitait à quelques minutes de son domicile et qu’il serait heureux de le raccompagner chaque semaine. Encore une fois, David a vu cela comme un signe qu’il était sur la bonne voie et qu’il était guidé par son Créateur.

Au fil du temps, l’engagement de David envers son éducation juive s’est intensifié. Il a appelé le Rav Rodal à donner des cours sur les idées juives importantes, en plus des sept lois noahides. Reconnaissant à quel point le jeune homme prenait ses études au sérieux, le Rav Rodal a accepté de lui enseigner deux fois par semaine.

David était convaincu qu’il appartenait maintenant au peuple juif.

«Quand j’ai eu 18 ans, je suis devenu légalement indépendant et j’ai décidé de m’installer en Israël. Mes parents ont été brisés et sont allés parler au rabbin, lui demandant de me convaincre de terminer mes études en Italie.

«Le rabbin a écouté leur angoisse et m’a dit: ‘David, quoi que tu commences dans la vie, tu dois finir. Tu dois terminer tes études secondaires, puis passer à l’étape suivante de ta vie. Le rabbin m’a également conseillé d’honorer mes parents et d’obtenir les meilleures notes possibles.

«J’ai écouté ses conseils, j’ai passé des heures à travailler sur mes devoirs et j’ai obtenu mon diplôme d’études secondaires avec mention. Après avoir obtenu mon diplôme en 2012, j’ai commencé à chercher une école juive – une Yechiva aux États-Unis ou en Israël – avec l’espoir de commencer mon processus de conversion. Je savais que je devais commencer à vivre dans un environnement juif.

«C’était devenu de plus en plus compliqué pour moi et mes parents de vivre ensemble. Malheureusement, mon projet d’assister à la yeshiva ne s’est pas concrétisé car aucune école juive n’était disposée à m’accueillir. Une fois de plus, le rabbin Shmuel Rodal a agi comme mon ange gardien et a proposé de créer un programme personnalisé juste pour moi. Pendant deux années complètes, nous avons étudié ensemble tous les jours pendant quatre heures.

«La première année, j’ai continué à vivre à la maison, cachant tout ce qui était juif pour ne pas déranger mes parents déjà aggravés. À la fin de l’année, j’ai emménagé avec ma grand-mère où je pourrais être plus ouvert sur mon observance.

«Pendant les étés, le Rav Rodal partait en vacances dans une autre ville, alors j’ai dû faire une pause dans notre apprentissage. Mon horaire quotidien habituel comprenait un trajet de deux heures, notre séance d’apprentissage de quatre heures, ainsi que du temps supplémentaire avec la famille du rabbin. Comme je n’avais plus nulle part où aller, j’ai emménagé dans une maison de vacances familiale vacante, où j’ai passé mes journées à regarder d’innombrables vidéos des discours du Rabbi Loubavitch. Là-bas, isolément, j’ai travaillé pour améliorer mes compétences en lecture en hébreu, en passant des heures à prier et à étudier.

En écoutant David partager son histoire, j’ai repensé à la façon dont j’avais conclu mon premier article sur Elisheva. À l’époque, je ne savais pas ce qu’elle était devenue, alors j’ai simplement écrit ce que j’imaginais: «Dans mon rêve, elle tient la main de ses filles en jupe, tandis que son mari portant la kippa lui parle d’une voix douce., gentille voix.

Incroyablement, David, son mari porte une Kippa, et ils ont une petite fille. Parfois, la réalité est encore plus magnifique que les rêves! Pourtant, je n’aurais jamais pu imaginer que pendant qu’Elisheva se dirigeait vers le peuple juif, David cherchait la même vérité dans une autre partie du monde.

Alors que David était seul dans son parcours, heureusement Elisheva avait le soutien de sa mère.

Quand j’ai demandé à David où il puisait son courage, malgré sa solitude et le ressentiment de sa famille, il m’a expliqué: «Dans l’une des nombreuses disputes avec ma mère, elle a essayé de me raisonner, disant que même si je devais me convertir au judaïsme, je n’appartiendrais jamais vraiment parce qu’aucune «vraie» juive ne m’épouserait. Elle était certaine que je serais complètement seule au monde.

«Elle craignait que je n’ai pas d’amis, pas de communauté et pas de soutien. Elle était vraiment inquiète. J’ai été surpris par ma propre réponse lorsque je lui ai demandé: «Quelle est la différence entre l’or et l’aluminium? Elle était confuse par ma question. J’ai expliqué que si les deux métaux semblent similaires, l’or est infiniment plus précieux et rare. J’ai compris que je pouvais avoir une vie solitaire et inconnue, mais pour moi la valeur de la vérité «dorée» était infiniment plus grande que tout le bruit du monde mondain de «l’aluminium».

David a trouvé sa vérité authentique, et rien ne pouvait l’empêche d’atteindre sin but.

«À la fin de ma deuxième année d’études intenses, le Rav Rodal a souri et a annoncé qu’e Roch Hachana je pourrait compter comme 10e personne dans le minyan. J’ai été converti par un Beit Din, un tribunal juif, à Bruxelles, le 24e jour du mois d’Elloul. Je ne le savais pas à l’époque, mais le jour avait déjà une signification car c’était le jour anniversaire d’Elisheva!

«Deux mois après ma conversion, je suis allé étudier dans une Yechiva à Safed, en Israël. Le Rav Rodal a organisé et payé mes études. Aucun mot ne peut exprimer la gratitude que je ressens. Son temps, sa générosité, sa prévenance et son soutien financier ne pourront jamais être remboursés. Je veux simplement imiter sa gentillesse par la façon dont je vis ma vie. C’est la seule façon pour moi d’honorer le rabbin qui a changé ma vie.

Deux ans avant l’arrivée de David en Israël, sa future épouse, Elisheva, étudiait à quelques rues de là dans cette même ville, grandissant dans son propre chemin. Trois ans plus tard, leurs destinées fusionneraient.

Après avoir étudié en Israël pendant deux ans, David a continué à apprendre dans une Yechiva dans le quartier de Crown Heights à Brooklyn.  Une fois de plus, il a été embrassé par la gentillesse du peuple juif. Il a rencontré la famille Blizinsky qui l’a «adopté» comme le leur. Il mangeait tous les repas chez eux, où il rencontrait leur nièce et son amie. Les jeunes filles connaissaient Elisheva, qui enseignait à Londres à l’époque, et ont pensé à les présenter.

Quand j’ai parlé à David de sa rencontre avec sa femme, il a conclu que l’histoire n’était rien de moins qu’un miracle. «De nombreuses personnes ont exprimé leur inquiétude pour mon avenir. Après tout, j’avais une identité complexe et un passé inhabituel. À un moment donné, j’ai décidé moi-même que si je n’étais pas mariée ou fiancée à mon 24e anniversaire, je ne trouverais jamais la bonne fille. Bien que ce fût une idée idiote, cette pensée me hantait. En fin de compte, Elisheva et moi avons célébré nos fiançailles la nuit de mon 24e anniversaire.

Elisheva et David se sont mariés à Londres en octobre 2018. Leur mariage a été célébré par des amis et des rabbins de Chine, d’Italie, d’Israël, d’Australie et des États-Unis.

Leurs histoires couvrent les continents et les cultures, chaque détail étant clairement orchestré par la Divine Providence.

Aujourd’hui, les parents et les grand-mère de David sont fiers de la vie qu’il a construite avec Elisheva. Ils adorent le visiter et jouer avec leur belle petite-fille. David est rabbin et continue de passer ses journées à apprendre la Torah. Sa femme est son plus grand partisan.

Avant de conclure l’interview, j’ai interrogé David et Elisheva sur leurs futurs rêves. Je n’ai pas été surpris par la réponse de ce couple hors du commun.

«Notre rêve est d’imiter toute la gentillesse que nous avons reçue tout au long de nos parcours. Nous espérons devenir des émissaires Habad -Loubavitch, des Chlou’him, et trouver l’endroit dans le monde où nous l’on a le plus besoin de nous.

J’ai essuyé mes larmes en regardant à travers l’écran de ma réunion Zoom avec cette jeune femme d’origine chinoise et jeune homme catholique d’origine italienne.

Tout au long de leur voyage, David et Elisheva ont fait l’expérience de la direction divine et d’une immense gentillesse, empathie et dévouement de la part du peuple juif. La manière dont ces chercheurs de vérité ont été traités, respectés et pris en charge nous offre un aperçu de la puissante lumière éternelle de la nation juive.

Leur voyage est un rappel clair que lorsqu’une personne veut trouver son chemin vers le Créateur, aucun obstacle sur le chemin ne peux changer le destin. Comme David l’a souligné: «Une vie où les voies de D.ieu sont révélées est une vie de vraie bénédiction!»

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :