Dini Freundlich, l’épouse de l’émissaire du Rabbi à Pékin est arrivée aux États-Unis 2 semaines avant son discours d’ouverture au Kinous Hachlou’hot International, non pas parce qu’elle devait se préparer, mais parce qu’elle devait être sûre d’être à l’abri du coronavirus qui sévit en Chine.

Par Carin M. Smilk, Chabad.org

Dini Freundlich est arrivée aux États-Unis deux semaines avant son discours d’ouverture à la Conférence internationale des femmes émissaires de Chabad-Loubavitch (Kinus Hachlou’hot), non pas parce qu’elle devait se préparer, mais parce qu’elle devait être sûre d’être en bonne santé – une sorte de quarantaine avant d’interagir avec des milliers d’autres femmes à Brooklyn, NY

Sa vie a été tout sauf simple au cours du dernier mois. Dini Freundlich, qui co-dirige le Beth Habad de Pékin avec son mari, le Rav Shimon Freundlich , a dû aider sa famille et la communauté à faire face au coronavirus mortel COVID-19 qui s’est propagé de son origine à Wuhan, dans la province du Hubei, à d’autres régions de la Chine et du monde, dont, cette semaine, plus de deux douzaines de cas confirmés aux États-Unis.

Dini Freundlich a amené ses deux plus jeunes enfants – elle est mère de six enfants et grand-mère de deux enfants – tandis que son mari reste en Chine, distribuant des masques protecteurs et faisant tout ce qu’il peut pour aider les résidents et les touristes.

Les enfants, âgés de 8 et 12 ans, fréquentent l’école internationale Ganeinu de Pékin, mais sont en congé depuis la semaine de relâche pour le Nouvel An chinois fin janvier. Après les vacances, le pays a fermé ses écoles en raison de la peur de la propagation du virus, de sorte que le voyage a été une pause bienvenue.

“L’ambassade d’Israël a renvoyé des familles avec des enfants, et l’ambassade des États-Unis a évacué toutes les personnes de moins de 21 ans, et nous avons tendance à suivre leurs directives”, a déclaré Freundlich à Chabad.org sur l’activité diplomatique dans la capitale chinoise, Pékin.

Elle et ses enfants devraient rentrer début mars, et Freundlich indique clairement qu’ils y retourneront, même si les vols sur Air China sont devenus plus sporadiques. Les transporteurs américains ont annulé leurs vols jusqu’à fin mars.

Mais son attention est passée du virus qui fait la une des journaux au quotidien à la tâche à accomplir: servir de conférencière d’honneur pour la conférence, qui se déroule du jeudi au dimanche soir, lorsqu’elle s’adressera à une salle remplie de 3100 Chlou’hot du monde entier et invités au banquet de gala.

Lundi matin, des groupes de femmes concluront quatre jours de programmation consécutive avec une visite du Ohel du Rabbi dans le Queens et de la Rebbetzin Haya Mouchka Schneerson, de mémoire bénie, dont le yahrtzeit est honoré au Kinus.

Le yahrtzeit de la Rebbetzin revêt chaque année une signification particulière pour les milliers de femmes leaders du monde entier qui se réunissent pour apprendre, obtenir des conseils, partager des histoires et retrouver leur famille et leurs amis. C’est un rappel poignant de la façon dont la Rebbetzine reste un modèle permanent pour les Chlou’hot et les femmes juives du monde entier.

Le thème de cette année est centré sur Ahavat Israel («l’amour des autres Juifs»), et le concept frappe Dini Freundlich. «Je suis convaincue qu’il y a tellement de choses qui nous unissent, au lieu de nous diviser», dit-elle.

“Alors que la mission du Rabbi était multiforme”, souligne-t-elle, ” l’accent a été mis sur l’idée qu’un «Beth Habad devrait être une maison – une maison non seulement inspirante, mais où un juif peut se sentir chez lui où qu’il se trouve dans le monde.”

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :