Nous nous sommes rapidement rendu compte que médicalement il s’agissait d’une nouvelle maladie, qui n’a actuellement aucun traitement.

«Dans la première vague, les mois ont passé et nous avons eu un «goutte-à-goutte» de patients qui, après le traitement, ont été renvoyés chez eux sans aucun problème. Récemment, nous avons reçu une vague de patients sérieux souffrant d’une maladie complètement différente!

«Le virus affecte la plupart des organes vitaux et provoque des problèmes importants de respiration pendant longtemps et ont du mal à se rétablir. Je vois des patients qui viennent à l’hôpital avec un téléphone portable et communiquent avec l’environnement, et dans les deux jours sont sous coma artificiel et en assistance respiratoire. Nous avons de jeunes patients sans maladie d’origine.

40% des patients de cette nouvelle vague sont âgés de 19 à 50 ans. 30% des patients gravement malades en assistance respiratoire deviennent handicapés.

«Le vaccin ne viendra pas de sitôt, voyez la difficulté à traiter la maladie. Bientôt nous manquerons de lits en soins intensifs, il va falloir s’habituer à vivre avec cette horrible chose appelée coronavirus. Le port du masque, le lavage des mains et la distanciation doivent être maintenus ».

«Il y a eu un incident tragique ici à Bnei Brak, un petit-fils est venu rendre visite à ses grands-parents. En dix jours, la famille a été anéantie. Les grands-parents sont morts, le père est mort et la mère a été handicapée. »

« En tant que médecins, nous avons du mal à faire face. Nous devons être ensemble face à la maladie, que personne ne sait comment traiter. »

%d blogueurs aiment cette page :