Ynet

La ville Haredi de Bnei Brak et les quartiers religieux de la capitale ont été bloqués en raison du taux élevé de cas de coronavirus dans les communautés. Jérusalem a le plus grand nombre de cas de COVID-19 dans le pays avec 2 474 infectés, suivie de près par Bnei Brak avec 2 160.

Selon les données publiées précédemment par le ministère de la Santé, un habitant de Bnei Brak sur 91 a été diagnostiqué avec l’agent pathogène, par rapport à Tel Aviv, où seulement une personne sur 932 a le virus. Sur 417 tests effectués à Bnei Brak au cours des deux derniers jours, 97 (23,2%) se sont révélés positifs.
La commission de la Knesset en charge de la lutte contre la crise sanitaire a voté pour que les zones restent «restreintes» jusqu’au lundi 20 avril à Bnei Brak et jusqu’au dimanche 19 avril à Jérusalem. À Jérusalem, davantage de quartiers seront ajoutés à la liste des «zones réglementées».

 Un homme célèbre la Pâque à l'extérieur dans les rues vides de Bnei Brak

Le verrouillage sera toutefois facilité, les habitants pouvant entrer ou sortir des zones via des véhicules privés. Depuis le début de la fermeture dans les zones, toutes les entrées et sorties du Bnei Brak et des quartiers «restreints» de la capitale ont été fermées.
En outre, la fermeture de la zone industrielle de Bnei Brak, qui a enregistré un faible nombre de cas de pathogènes jusqu’à présent, sera levée.

Les dernières données montrent qu’il y a eu une augmentation modérée de 4,7% du nombre de personnes infectées à Bnei Brak au cours des 48 dernières heures, après que 93 autres personnes ont été diagnostiquées avec le virus.

À Jérusalem, 160 autres cas ont été confirmés ces derniers jours, soit une augmentation de 7% au cours des dernières 24 heures.

הלוויה הרב אליהו בקשי דורון

Les responsables de la santé ont fait preuve d’un optimisme prudent, car seulement moins de 10% des quelque 1 900 tests effectués dans la ville au cours des 48 dernières heures étaient positifs.

Dans l’intervalle, la police a maintenu une forte présence dans la capitale dans le but d’imposer une distanciation sociale. Ils ont dispersé un rassemblement non autorisé dans la rue Malachi de la ville dans la matinée et ont infligé une amende de 5 000 shekels à deux personnes pour avoir organisé la réunion, et une amende de 500 shekels à deux autres personnes pour avoir été dans un espace public en violation des directives du ministère de la Santé.

L’activité de la police s’est accompagnée d’appels d’encouragement et de soutien de la part des locataires des immeubles voisins qui ont dénoncé le manque de responsabilité des délinquants.

La police a également dispersé des rassemblements illégaux dans deux synagogues de Bnei Brak, où des dizaines de fidèles s’étaient rassemblés pour des prières de masse en violation des directives d’urgence du ministère de la Santé.  Les contrevenants ont été dispersés et condamnés à des sanctions par la police.

Pendant ce temps, 46 nouveaux cas de coronavirus ont été diagnostiqués à Beit Shemesh, qui possède une grande communauté orthodoxe, portant le nombre de malades de la ville à 272, soit un bond d’environ 20%. Les données du ministère de la Santé montrent que 153 tests ont été effectués dans la ville au cours des dernières 48 heures, ce qui signifie que 30% de tous les résultats des tests sont revenus positifs.

En revanche, certaines villes ont enregistré des taux de contagion exceptionnellement bas.
À Tel Aviv, le nombre de cas confirmés a augmenté de 3,2% au cours des deux derniers jours et le nombre de personnes infectées dans la ville a atteint 483.

Au cours des deux derniers jours, sur près de 500 tests effectués sur les résidents, 15 ont été jugés positifs.

Le taux de patients se rétablissant est particulièrement élevé et plus de 37% des résidents diagnostiqués avec le virus se sont rétablis.

Les patients ont été parmi les premiers à contracter le virus en raison du statut de Tel Aviv en tant que centre financier et culturel d’Israël et de sa proximité avec le principal aéroport du pays – l’aéroport Ben Gourion.

Netanya et Herzliya ont toutes deux enregistré une augmentation de 2% du nombre de patients diagnostiqués.

Trois nouveaux patients ont été diagnostiqués à Haïfa, portant à 142 le nombre total de patients dans la ville du nord.

À Holon, où une augmentation de 15% du nombre de cas confirmés a été enregistrée il y a deux semaines – le taux d’infection a également diminué et a atteint 3,8% au cours des deux derniers jours.

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :