Cinq personnes ont été assassinées par un palestinien armé à Bnei Brak mardi soir vers 20h00.

Zeevi Fishman, un ambulancier de United Hatzalah, a déclaré: « Nous avons porté assistance à la victime d’une fusillade puis l’avons évacué à l’hôpital dans un état critique. Malheureusement, cinq personnes ont été déclarées mortes sur les lieux. »

L’infirmier du Magen David Adom (MDA), Lipa Hirsch, qui a soigné les blessés, a déclaré :
« Nous avons entendu les coups de feu à la station du MDA et nous sommes immédiatement allés dans la direction des tirs. Il ne respirait pas, n’avait pas de pouls et souffrait de blessures par balle.Nous avons effectué des contrôles médicaux et avons constaté que nous n’avions d’autre choix que de le déclarer décédé.
« A environ 100 mètres de lui, plus bas dans la rue, nous avons rencontré un homme de 40 ans, allongé sans réaction. Une équipe supplémentaire du MDA qui est arrivée sur les lieux lui a prodigué des soins médicaux et l’a transporté à l’hôpital Beilinson dans un état critique. Avec mon équipe, j’ai continué sur les lieux de la rue Hashneim au coin de la rue Bialik où nous avons trouvé 3 victimes, 1 dans une voiture et 2 allongées sur le trottoir, toutes inconscientes. Nous avons effectué des contrôles médicaux et n’avons eu d’autre choix que de les déclarer décédés. »

Selon la police, le terroriste est Dia Hamarsha, 27 ans, un Palestinien de Cisjordanie. Il a été abattu par deux policiers.  La famille Hamarsha est identifiée aux Tanzim, mais dans le passé, des membres de la famille ont également été impliqués dans des attaques terroristes dirigées par le Jihad islamique.

 Le terroriste conduisait un véhicule israélien et a tiré sur un M-16 qui n’était pas de Tsahal : nouveaux détails de l’enquête sur l’attentat

 Les combattants de la patrouille Golani ont arrêté sept Palestiniens dans la région de Jénine, soupçonnés de connaître ou d’aider le terroriste de Bnei Brak, qui a apparemment agi seul dans l’arène.  Parmi les détenus : Dudu, chef du Hamas dans le village.  La peine clémente qui lui a été prononcée dans le passé découlait d’un manque de preuves lors de ses interrogatoires.  L’establishment de la défense estime qu’il ne connaissait pas la zone de l’attaque.  ´Documentation des activités des arrestations

 Une enquête préliminaire sur l’attaque meurtrière d’hier soir (mardi) à Bnei Brak a révélé que le terroriste a utilisé un fusil M-16 non Tsahal, qui pourrait avoir été passé en contrebande depuis la Jordanie ou l’Égypte par des marchands d’armes à l’Autorité palestinienne ou en Israël, dans le cadre d’un phénomène connu, par des trafiquants d’armes arabes et palestiniens, ce qui a conduit à de nombreuses contraintes pour la plupart qui ont sauvé de nombreuses vies.

 Selon les soupçons, le terroriste est arrivé dans une voiture portant une plaque d’immatriculation jaune ( israélienne) dans le centre de Bnei Brak, en est descendu et a commencé à tirer.  On ne sait toujours pas si la voiture, une Honda Civic grise, a été volée ou remise par un assistant israélien.  Selon les premières évaluations des responsables de la sécurité, le terroriste ne connaissait pas l’endroit qu’il avait choisi de frapper, et l’endroit qu’il a choisi était assez spontané.  

La prémisse des forces de sécurité est que le terroriste a reçu une aide pour le transférer sur le territoire israélien et lui remettre des armes, mais sur les lieux de l’attaque, il aurait agi seul, contrairement aux premières estimations suite à l’arrestation immédiate de cinq autres Palestiniens à proximité.

Les cinq victimes de l’attentat à Bnei Brak

Rassam Amir Khoury, 32 ans
Le courageux policier qui a été tué en neutralisant le terroriste.  Le dernier message de son papa : « Amir, que se passe-t-il à Bnei Brak ? Dis moi un mot »  Peu de temps avant l’attaque de Bnei Brak, Jaris Khoury a demandé à son fils Amir comment il allait, et lorsqu’il a entendu les premiers rapports de la scène, il l’a appelé sans arrêt – mais est resté sans réponse.

Victor Sorokopot, 38 ans, et Dimitri Mitrik, 23 ans.
Deux travailleurs ukrainiens, qui était atablés devant la Makolet, à l’angle de la rue Bialik et de la rue Hashenaïm.
 Tous deux se trouvaient illégalement en Israël. Ce sont les premières victimes.

 

Yaakov Shalom, 40 ans
Le conducteur du véhicule qui a été abattu dans sa voiture, lorsqu’il passait à l’angle de la rue Bialik et de la rue Hashenaïm. Il venait de déposer son fils de 13 ans devant son domicile un court instant plus tôt.

 

 

 

Rav Avishai David Yechezkel, 29 ans
 Avishai a été assassiné lorsqu’il est descendu avec son fils et une poussette pour promener son bébé dans la rue.

 

 

Lévaya du Rav Avishai David Yechezkel ZL 

Des milliers de personnes en deuil se sont rassemblées mercredi matin au cimetière de Ponevezh à Bnei Brak, dans le centre d’Israël, pour rendre un dernier hommage au rabbin Avishai Yehezkel, l’une des victimes tuées lors de l’ attaque terroriste meurtrière arabe de mardi soir à Bnei Brak .

Le frère de la victime, le rabbin Ovadia Yehezkel, a fait l’éloge du rabbin Avishai en disant : « La nuit dernière, le monde a basculé. C’est une perte si terrible.

« Tu m’avais appelé et m’avez dit que tu avais entendu des coups de feu. Tu avais peur pour ma sécurité, tu m’as dit ‘Reste à l’intérieur’. Et puis je n’ai plus entendu parler de toi ».

« Tu te souciais plus de nous que de toi-même. Tu as protégé ton fils avec ton propre corps. Tu as toujours fait des sacrifices. Tu as toujours aimé. Tu m’astoujours rendu heureux – et tes frères et sœurs, et tes nièces et neveux. Tu étais tout simplement merveilleux ».

 

Tsahal, les forces de sécurité israéliennes et la police des frontières israélienne ont appréhendé 5 personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’attaque

Dans la nuit, les troupes de Tsahal ont appréhendé des individus soupçonnés d’être impliqués dans l’attaque terroriste meurtrière qui a eu lieu la nuit dernière à Bnei Brak, au cours de laquelle cinq Israéliens ont été tués. Les troupes ont opéré dans un certain nombre d’endroits en Judée-Samarie, y compris la ville de Ya’bad. Les troupes ont opéré sur la base des renseignements de l’Agence de sécurité israélienne. Les suspects ont ensuite été transférés aux forces de sécurité pour un nouvel interrogatoire.

Les troupes ont également opéré dans la ville de Ya’bad pour inspecter la résidence du terroriste qui a commis l’attaque de la nuit dernière en vue d’une éventuelle démolition.