Un véhicule commercial piégé a attendu la voiture de Mohsen Fakhrizadeh dans une station balnéaire d’élite iranienne à l’est de Téhéran.

Le père du programme nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, a été tué par plusieurs hommes armés qui ont surgi après qu’un véhicule a explosé près de sa voiture.

Les explosifs ont été enterrés sous une corde de bois sur un vieux véhicule utilitaire dans la ville d’Absard. L’explosion a conduit à l’arrêt de la voiture Nissan de Fahirzadeh et au moins cinq hommes armés ont pulvérisé le véhicule avec des tirs automatiques.

Il a été transporté à l’hôpital par hélicoptère, mais les médecins ont déterminé sa mort.

 

 

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a qualifié les assassins de « terroristes » et a écrit sur Twitter que « cette lâcheté, ainsi que de sérieuses indications de l’implication israélienne, est le signe du désespoir ». Il a ajouté que « Israël maintient l’ambiguïté, mais le Premier ministre Binyamin Netanyahu a laissé entendre dans une vidéo qu’il a publiée sur Facebook peu après l’assassinat: « J’ai fait beaucoup de choses cette semaine, on ne peut pas tout dire ».

Trois responsables du renseignement ont déclaré vendredi au New York Times qu’Israël était à l’origine de l’attaque au cours de laquelle le scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh avait été éliminé .

On ne sait pas ce que les États-Unis ont pu savoir à l’avance sur l’opération, selon le New York Times , et la Maison Blanche a refusé de commenter.

Fakhrizadeh a été considéré comme la force motrice du programme d’armes nucléaires de l’Iran pendant deux décennies et a continué à travailler après que la majeure partie de l’effort ait été discrètement dissoute au début des années 2000.

Plus tôt vendredi, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré qu’il y avait «de sérieuses indications» qu’Israël était impliqué dans l’élimination d’un scientifique nucléaire de haut niveau et a appelé la communauté internationale à condamner l’élimination.

«Les terroristes ont assassiné un éminent scientifique iranien aujourd’hui. Cette lâcheté – avec de sérieuses indications du rôle israélien – montre un bellicisme désespéré des auteurs », a tweeté Zarif.

« L’Iran appelle la communauté internationale – et en particulier l’UE – à mettre fin à leur honteux double standard et à condamner cet acte de terreur d’État », a-t-il ajouté.

L’Iran a par le passé affirmé qu’Israël engageait des assassins pour tuer des scientifiques nucléaires dans tout le Moyen-Orient.

Entre 2010 et 2012, quatre scientifiques nucléaires ont été assassinés à l’intérieur de l’Iran et un cinquième a survécu à un attentat à la bombe. Le gouvernement iranien a imputé les attaques aux services de renseignement américains, britanniques et israéliens.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont nié leur implication , tandis qu’Israël n’a fait aucun commentaire.

Le ministre israélien Tzachi Hanegbi a déclaré samedi qu’il n’avait « aucune idée » de qui était derrière le meurtre d’un scientifique nucléaire iranien de haut niveau à Téhéran.

L’Iran a blâmé Israël pour le meurtre de Mohsen Fakhrizadeh, le scientifique iranien soupçonné par l’Occident d’avoir organisé un programme secret de bombe nucléaire, qui a été abattu vendredi dans une embuscade près de Téhéran.

« Je n’ai aucune idée de qui l’a fait. Ce n’est pas que mes lèvres sont scellées parce que je suis responsable, je n’ai vraiment aucune idée », a déclaré Hanegbi, un confident du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Meet the Press de N12.

Plus tôt, le média israélien N12 avait rapporté qu’Israël avait mis ses ambassades du monde entier en état d’alerte samedi après que le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei et le président Hassan Rohani, aient tous deux menacé de représailles pour le meurtre.

Le bureau de Netanyahu a refusé de commenter le meurtre de Fakhrizadeh et le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré que le ministère n’avait pas commenté la sécurité concernant les missions à l’étranger.

La Maison Blanche, le Pentagone, le département d’État américain et la CIA ont également refusé de commenter le meurtre, tout comme l’équipe de transition de Biden. Biden prend ses fonctions le 20 janvier.

« Que l’Iran soit tenté de se venger ou qu’il se retienne, il sera difficile pour Biden de revenir à l’accord nucléaire », a écrit Amos Yadlin, ancien chef du renseignement militaire israélien et directeur de l’Institut israélien d’études sur la sécurité nationale. Twitter.

L’Agence internationale de l’énergie atomique des Nations Unies (AIEA) a déclaré qu’elle soupçonnait Fakhrizadeh d’avoir supervisé des travaux secrets pour installer une ogive sur un missile balistique, tester des explosifs puissants adaptés à une arme nucléaire et traiter l’uranium.

Biographie (Wikipédia)

Mohsen Fakhrizadeh-Mahabadi est un officier iranien qui appartient au corps des Gardiens de la révolution islamique et un professeur de physique à l’Université Imam Hossein à Téhéran.

Implication dans le programme nucléaire iranien
Entre 2000 et 2003, Mohsen Fakhrizadeh-Mahabadi se consacre au « Projet 111 », centré sur la fabrication d’une ogive nucléaire dans le cadre du Projet Amad (en) visant à doter l’Iran d’un arsenal nucléaire.

Dans le cadre de leur travaux de vérification du programme nucléaire iranien dans les années 2000, l’AIEA demande plusieurs reprises à interroger Mohsen Fakhrizadeh-Mahabadi. Face au refus de l’Iran, le physicien subit, à partir de 2006, un gel de ses avoirs et des restrictions sur ses déplacements, consécutifs à la suite d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.

En 2007, un document interne du gouvernement iranien remis illégalement au journal The Sunday Times identifie Fakhrizadeh-Mahabadi comme le directeur du Domaine pour l’expansion du déploiement des technologies avancées, le nom de code de l’organisme iranien qui supervise les efforts iraniens dans le domaine du nucléaire. Le document, intitulé Outlook for Special Neutron-Related Activities Over the Next 4 Years, présente un plan sur quatre ans pour mettre au point un initiateur neutronique au deutérure d’uranium. Selon l’ONU, Fakhrizadeh-Mahabadi est un scientifique important qui œuvre pour le compte du Ministère de la Défense et des Forces armées et un ancien responsable du Centre de recherches physiques.

En avril 2018, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le présente comme le « cerveau » du programme nucléaire iranien, et notamment son volet militaire, à l’occasion d’une conférence de presse où il affirme présenter des preuves concernant le programme nucléaire iranien. Dans la foulée, l’AIEA affirme n’avoir « aucune indication crédible d’activités en Iran liées au développement d’un engin nucléaire après 2009. ».

 

 

 

 

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars