par 

M. Mayer Zeiler est un homme d’affaires et un industriel. Voici l’histoire de sa réussite fulgurante en Israel.

Ma famille, malgré notre sens des affaires bien rodé, a investi dans une entreprise textile en Israël, sachant que ce serait un fiasco. Nous avons pensé à cela comme un don de bienfaisance, une perte à court terme, car il était impossible que cette entreprise puisse réussir à long terme.

Pourquoi l’avons-nous fait alors que nous savions que nous ne devrions pas le faire? Nous l’avons fait parce que le Rabbi nous a dit de le faire, et nous étions des disciples du Rabbi. Et malgré toutes les prévisions négatives, malgré nos pires attentes, l’entreprise a réussi. Et elle a réussi de façon miraculeuse, D.ieu merci.

La seule explication que j’ai de cette réussite, là où elle aurait logiquement du échouer, est que la Terre d’Israël est particulièrement bénie par D.ieu (quelque chose que le Rabbi a mieux compris que tout homme d’affaires) et a été bénie par le Rabbi lui-même.

L’histoire commence avec le décès de ma mère en 1951, alors que j’avais quatre ans. Mon père, un veuf, un survivant de l’Holocauste, un fils de Bobover – qui avait trois petits enfants alors qu’il vivait dans le quartier de Bushwick à  Williamsburg – est allé demander une bénédiction, sur le conseil d’un ami, au nouveau Rabbi de Lubavitch. Le Rabbi a essayé de lui donner cinquante dollars, ce qu’il a refusé parce qu’il était trop fier pour prendre l’argent, mais le Rabbi l’a béni et cette bénédiction a suivi notre famille à ce jour.

Je me suis marié dans une famille Habad. Mon beau-père, Reb Dovid Deitsch, était particulièrement proche du Rabbi et il travaillait dans le secteur des plastiques.

Après la guerre dévastatrice de Yom Kippour en 1973, mon beau-père a demandé au Rabbi ce qu’il devait faire pour aider Israël. Il était sûr que le Rabbi lui dirait d’envoyer un chèque à une organisation Loubavitch faisant de bonnes œuvres en Terre Sainte, mais la réponse du Rabbi s’est révélée radicalement différente.

« Ouvrez une entreprise en Israël », a-t-il dit. « Les nouveaux immigrants ont besoin d’emplois. Construisez une usine là-bas – vous aurez beaucoup de succès et cela profitera à de nombreuses familles. »

Mon beau-père ne pensait pas qu’une telle entreprise avait un sens et il n’a rien fait au début. Mais le Rabbi a persisté. Chaque fois que nous allions chercher une bénédiction, le Rabbi demandait: « Reb Dovid, que se passe-t-il avec les affaires en Israël? »

À vrai dire, aucun de nous – ni mon beau-père, ni ses enfants, ni ses gendres – n’avaient été intéressé par ce projet. Nos conseillers nous avaient dit que ce serait une perte totale. Donc, l’explication que mon beau-père a donnée au Rabbi était que nous essayions – et nous avons effectivement essayé – mais que nous avions des problèmes avec la bureaucratie israélienne.

Pour créer cette entreprise en Israël, nous avons rencontré une épreuve après l’autre – nous avions besoin des autorisations du gouvernement, des approbations des ministères, etc. C’était un projet très difficile, et j’en avais été chargé. Je voyageais dans les deux sens et j’en étais las. Alors, j’ai essayé de convaincre mon beau-père de convaincre les Rabbi que nous devions nous en éloigner.

En fait, j’ai moi-même discuté de ces problèmes avec le Rabbi lors d’une audience à l’été 1976. Mais au lieu d’accepter mon argument selon lequel nous devrions abandonner, le Rabbi a déclaré: « Comment comptez-vous gérer une entreprise si vous ne le faites pas sur place? « 

Ce n’était pas du tout la réponse que j’espérais. Mais le Rabbi a souligné que, depuis l’été, c’était le moment idéal pour déménager en Israël pour l’année, car les enfants pouvaient commencer l’école en septembre.

C’était très dur pour moi d’accepter, mais ma femme a bien pris les choses. Donc, suite à la recommandation du Rabbi, nous avons déménagé dans un appartement à Nachlat Har Chabad à Kiryat Malachi, qui était un quart de la taille de notre maison à Crown Heights.

Après un an là-bas, j’ai dit au Rabbi que je ne pouvais pascontinuer à cause de toutes les frustrations que je rencontrais constamment, et j’ai essayé de le convaincre de rentrer chez nous. En réponse, le Rabbi m’a dit: « Les temps difficiles sont derrière vous maintenant; à partir de maintenant, ce sera plus facile. « 

Soudain, les portes qui étaient fermées ont commencé à s’ouvrir – avec les fonctionnaires du ministère, avec les fonctionnaires des douanes, avec les banques. Je me faisais beaucoup de nouveaux amis. A un moment, j’ai été présenté au Premier ministre Menachem Begin qui m’a surpris en disant: « La dernière fois que j’ai visité le Rabbi, il m’a parlé de vous. J’espère que vous n’aurez plus de problèmes à partir de maintenant. « 

Et c’est ainsi que notre usine à Nachlat Har Chabad – Flocktex Industries, et plus tard les producteurs des célèbres tissus Impal – a commencé à fonctionner à la fin des années 1970.

Nous avons été les premiers fabricants au monde à fabriquer un tissu de type velours pour rideaux, un tissu spécial dense qui ne laisserait pas passer la lumière et ne nécessiterait pas de doublure. En plus de cela, c’était un tissu souple, un produit unique qui est devenu très demandé en Angleterre et dans le monde entier.

Au début, l’Angleterre s’est avérée difficile à vendre ce produit car elle exigeait que les tissus d’ameublement soient ignifuges. L’application du produit chimique ignifuge a rendu le tissu rigide, mais nous avons trouvé un moyen de le contourner. Nous avons effectué des tests dans notre laboratoire, et nous étions sûrs que notre tissu respectait toutes les normes, mais ces clients n’étaient pas satisfaits. Ils voulaient un certificat d’un laboratoire anglais, qui a échoué à plusieurs reprises.

J’ai demandé au Rabbi sa bénédiction trois fois avant que le laboratoire anglais n’approuve finalement notre produit. Lorsque je lui ai demandé la troisième bénédiction et vu à quel point il était déconcerté par la demande, j’ai réalisé que le test anglais n’était pas fait correctement. Alors j’ai envoyé notre chimiste en chef là-bas et nous avons reçu l’accord.

À mesure que la demande mondiale augmentait, nous avons construit une deuxième puis une troisième usine, augmentant tout le temps la production. Aujourd’hui, bien que – en tant qu’entreprise privée – nous ne sommes pas la plus grande entreprise en Israël, nous sommes l’un des producteurs de textiles les plus prospères du pays – notre velours est considéré comme le meilleur velours en termes de contrôle de qualité. Cela a construit notre réputation dans le monde entier.

Est-ce que cela se serait passé sans l’insistance du Rabbi?

Bien sûr que non. Nos conseillers financiers nous ont dit que cette entreprise ne fonctionnerait pas. Ils ont dit: « Retournez à votre Rabbi et expliquez-lui qu’il ne comprend pas l’industrie et qu’il ne comprend pas le financement. Vous ne pouvez pas gagner de l’argent en Israël. Vous ne pouvez pas avoir une industrie prospère en Israël. Ce qu’il vous dit n’a aucun sens. « 

Je remercie D.ieu que, même si nous pensions tous que nous allions être un échec en Israël, nous avons suivi les conseils du Rabbi. Parce que nous l’avons fait, nous sommes ici aujourd’hui à la tête d’une entreprise qui fournit des moyens de subsistance à plus de cent familles. Et pour cela, le Rabbi en reçoit tout le crédit.

M. Mayer Zeiler réside avec sa famille à Nachlat Har Chabad, en Israël, où il dirige Flocktex Industries. Il a été interviewé en janvier 2008.

WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG