Mme Nechama Libersohn parle des défis de la nourriture casher, de l’éducation des enfants, du nouveau Beth Habad et de la renaissance du judaïsme en Espagne après 500 ans d’obscurité.

 

Par Menachem Posner pour Chabad.org

Avec ses charmantes allées de pierre et sa vue imprenable sur l’océan, Barcelone est l’une des villes les plus visitées d’Europe. Les touristes affluent pour profiter du soleil, des sports et d’une architecture époustouflante. Pourtant, les anciennes arcades de la ville témoignent de manière silencieuse de plus de 1 000 ans de vie juive riche, étouffés par l’inquisition espagnole et l’expulsion des juifs de 1492.

Depuis 1999, le Rav David et Nehama Libersohn ont dirigé les activités de Habad dans la ville. Dans une interview avec Habad.org, Mme Libersohn explique comment elle-même, sa communauté et sa famille ont grandi au cours des deux dernières décennies.

Vous êtes originaire de France et votre mari est originaire de Mexico. Comment êtes-vous arrivé à Barcelone?

Cela a commencé avant même que mon mari et moi nous soyons rencontrés. Il a voyagé à travers l’Espagne pendant deux étés dans le cadre du programme des rabbins errants du Merkos Shlichus de Habad, avec le Rav Avrohom Lapidus, maintenant membre de la Yechiva Torat Emet à Jérusalem, il s’est rendu dans de nombreuses villes, notamment à Barcelone, où il a créé de nombreuses relations. Il est même revenu un an pour diriger un camp pendant les vacances d’hiver pour enfants juifs.

Après notre mariage en 1998, nous nous sommes installés dans le quartier de Crown Heights à Brooklyn, NY, où mon mari a poursuivi ses études rabbiniques.

Un jour, il a pris un journal en langue espagnole et a vu une annonce recherchant un professeur juif à Barcelone. Il a appelé le numéro et a découvert que la personne en ligne était une connaissance de ses visites. C’était il y a 20 ans et nous sommes ici depuis.

Comment était-ce pour vous? Était-ce difficile à ajuster?

Quand je repense à ce que c’était lorsque nous avons commencé, je suis tellement rempli de gratitude envers D.ieu pour le chemin parcouru par notre communauté. Quand nous sommes arrivés, il n’y avait pas de viande casher, pas de produit laitier casher – rien. Aujourd’hui, D.ieu merci, il y a un merveilleux restaurant et une restauration casher de grande qualité, tous deux sous la supervision de mon mari.

Avant notre départ, le Rav Binyamin Klein nous a dit de toujours nous rappeler que le Rabbi était avec nous, et c’est quelque chose que j’ai vraiment ressenti ici. Nous vivons des miracles à chaque instant. Les choses grandissent et se développent d’une manière que nous n’aurions jamais pu imaginer.

L’épouse du Rav Binyamin Klein, Mme Leah Klein, une amie très chère, m’avait offert une machine à pain. Elle m’a dit que je vivrais dans un endroit où je n’aurais pas la possibilité d’acheter des produits cachers, ce qui nous permettrait d’avoir du pain frais tous les jours. Elle avait tellement raison, mais à ce moment-là, je ne pouvais même pas imaginer ce que cela signifiait de déménager pour le reste de notre vie.

Nous sommes arrivés un peu plus de deux mois avant Pourim et nous avons préparé 15 colis de Michloa’h Manot à distribuer. Quelqu’un a appelé pour nous remercier pour le cadeau et demander pourquoi nous le lui avons donné. Comme beaucoup d’autres, il n’avait aucune idée de la célébration de Pourim. Aujourd’hui, je suis heureuse de dire que des dizaines de personnes nous offrent, chaque année, des Michloah Manot, beaucoup prenant soin de les emballer avec des produits cachers. Nous avons vraiment parcouru un long chemin en tant que communauté! Nous voyons les bénédictions du Rabbi chaque jour.

J’ai également dû apprendre l’espagnole. Beaucoup de gens ici ne connaissent pas vraiment autre chose que l’espagnol ou le catalan.

Comment est la communauté?

Bien sûr, il n’y a pas de Juifs ici ayant des racines très profondes dans la communauté depuis que les Juifs ont été interdits de vivre ici à partir de 1492. Nous pensons qu’il y a au moins 4000 Juifs vivant ici, principalement des immigrés marocains et argentins. Nous en connaissons beaucoup, mais nous en avons encore à rencontrer.

Dans notre Seder de Pessa’h, nous accueillons 800 invités, et nous en avons plusieurs centaines lors des Fêtes et d’autres événements dans notre Beth Habad.

À notre arrivée, il n’y avait pas trois familles qui respectaient la cacherout à  Barcelonne. Tous les traiteurs d’événements auxquels nous avons été invités, bar-mitsva, mariages, etc., étaient non casher. Aujourd’hui, beaucoup d’entre eux respectent la cacherout. Aujourd’hui, certaines des familles les plus religieuses ont été transférées dans des villes offrant une meilleure éducation juive, de sorte que de nombreux progrès ont été réalisés dans ce domaine.

Il y a deux ans, nous avons inauguré notre nouveau Beth Habad, qui, selon nous, était suffisamment grand pour tout ce que nous faisons. Merci D.ieu merci, nous l’avons du l’agrandir.

Qu’est-ce qui différencie votre travail de celui des milliers d’émissaires de Habad à travers le monde?

À bien des égards, cela ressemble beaucoup à ce que font les autres Chlou’him. Nous enseignons la Torah, organisons des programmes, aidons les gens à travers le cycle de la vie. Une chose qui est différente ici sont les vagues de touristes israéliens.

Lorsque nous avons déménagé, il y avait un vol direct vers Israël chaque semaine. Maintenant, il y a cinq vols par jour.

Pas plus tard qu’hier, nous avons accueilli 40 touristes israéliens pour le petit-déjeuner, et c’est un événement banal ici. Une des femmes a ouvert son portefeuille et m’a montré un dollar qu’elle avait reçu du Rabbi. Elle le porte sur elle depuis 30 ans.

S’occuper des touristes demandent de travail et exigent parfois beaucoup de patience, mais on me rappelle sans cesse que tout le monde est spécial et que tout le monde a une histoire.

Barcelone est célèbre pour son histoire juive. De grands leaders juifs comme le Ramban et le Rashba y ont vécu, puis il y a eu les jours sombres de l’Inquisition. Est-ce que cela se ressent dans la ville?

La vérité est qu’il faut creuser pour trouver le passé juif de la ville. C’est là, mais ce n’est pas évident comme c’est le cas dans d’autres villes.

C’est pour cette raison qu’il est particulièrement émouvant de voir la vie juive s’épanouir au même endroit où le judaïsme était si brutalement renversé. À notre arrivée, je me souviens avoir vu les noms juifs espagnols sur des boîtes aux lettres. C’étaient les mêmes noms de famille que je connaissais des romans historiques juifs que j’avais lus quand j’étais enfant. J’ai demandé aux voisins s’ils savaient quoi que ce soit de l’histoire juive de la ville et de sa fin tragique, et ils m’ont répondu que non. C’était douloureux de voir comment l’histoire juive avait été ainsi effacée de la ville.

Chaque année, nous organisons un grand allumage public de ‘Hanoucca à El Calle, le quartier juif historique. Les Juifs ont déjà été brûlés ici pour s’être accrochés au judaïsme; Aujourd’hui, nous célébrons le judaïsme dans ces mêmes rues. Cela me touche très profondément.

Mon mari travaille beaucoup avec les jeunes, notre avenir. L’école du dimanche, le camp d’hiver, les programmes et les voyages ne sont que quelques-unes des façons d’éduquer la prochaine génération.

En ce moment même, il est en Pologne et dirige un groupe de 35 adolescents juifs de la région qui viennent de terminer leurs études secondaires au cours d’une tournée de 11 jours qui se poursuivra en Israël. Beaucoup d’entre eux ont fréquenté notre école dominicale hébraïque de l’âge de 4 ans à l’adolescence, et il veille à les maintenir impliqués et inspirés.

Comment ça se passe pour vos enfants?

Ils ont à peine des amis de leur âge en ville. Mais pour eux, c’est la seule vie qu’ils ont jamais connue. Les enfants font partie intégrante de nos activités. Ils nous aident avec nos programmes, assistent à des événements et assument la responsabilité du succès de Habad et de la communauté ici. Aussi difficile que cela puisse paraître à certains égards, leur enfance est très spéciale et j’espère qu’ils la chériront quand ils seront grands.

Je suis extrêmement reconnaissant à l’école en ligne Nigri International Online Shluchim, qui a dispensé à nos enfants une éducation juive stellaire ici même à Barcelone. Nous parlons l’hébreu à la maison, la langue d’enseignement dans la division européenne de l’école. A travers l’école, les enfants ont noué des amitiés avec des enfants d’émissaires de Habad dans toute l’Europe. Les enfants «vivent» sur l’ordinateur, où ils discutent avec leurs camarades de classe. Ils socialisent, chantent ensemble, dansent ensemble et s’amusent comme s’ils étaient dans la même pièce. D.ieu merci, pour la technologie qui a permis une telle prouesse!

La dernière fois, notre fille était sans voix quand son amie, qu’elle n’avait jamais rencontré la surprit à la porte le jour de sa Bat Mitsva. Je me suis juste levé et j’ai pleuré.

Une fois au lycée, les enfants vont étudier en Israël. Notre fils aîné étudie en Israel depuis six ans maintenant. Pour moi, c’est la partie la plus difficile, celle de me séparer de mes enfants. Je suis réconforté par l’assurance du Rabbi qui assume personnellement la responsabilité des enfants des Chlou’him.

Quelles sont vos attentes pour l’avenir?

Quand nous sommes arrivés pour la première fois, je me souviens que quelqu’un m’a dit que nous ne tiendrons pas un an. C’était il y a 20 ans. Nous dirigeons maintenant un centre Habad animé et magnifique. Nous commençons la construction d’un nouveau mikve. Les gens disaient à mon mari de ne pas porter son chapeau noir en public car ils craignaient pour sa sécurité. Aujourd’hui, des étudiants rabbins travaillent avec nous et personne n’y réfléchit à deux fois. Nos enfants se sont promenés dans les rues de Barcelone avec une kippa et des tsitsit dès le plus jeune âge.

Nous sommes devenus une partie naturelle du paysage urbain. À notre arrivée, les seuls Chlouhim en Espagne étaient le Rav Itshak et Shifra Goldstein de Madrid. Nous avons également la chance d’avoir des centres Habad à Valence, Ibiza, Gérone et Marbella.

Avec l’aide de D., nous continuerons à grandir et à mûrir en tant que communauté dans les années à venir.

 

Renseignements en français, uniquement par messages whatsapp : +34607922805

 

 

 

 

WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG