Le Rav Menahem-Mendel Taub zatsal, connu sous le nom de l’Admour de Kalib est décédé dimanche à l’âge de 96 ans. Son état de santé s’était sérieusement détérioré ces dernières semaines et il avait perdu connaissance dimanche matin. Les tentatives de le ranimer ont été vaines.

 

Rescapé d’Auschwitz, l’Admour de Kalib zatsal était connu comme étant « l’Admour sans barbe », suite aux tortures et expériences « médicales » chimiques qu’il avait subies par les nazis durant son internement.

Le Rav Menahem-Mendel Taub zatsal, qui avait perdu toute sa famille durant la Shoah, avait consacré une partie de son temps à la perpétuation de la mémoire, tant dans le monde orthodoxe qu’à l’extérieur. « Quiconque a vu des barbares arracher des enfants des bras de leur mère et les jeter au feu sous leurs yeux ne pourra jamais oublier ces scènes », disait-il.

Autre particularité de cette personnalité, les liens entre l’Admour de Kalib zatsal et les milieux sionistes-religieux s’étaient resserrés au fur et à mesure des années, notamment autour du souvenir de la Shoah et grâce aux rencontres auxquelles il participait dans le cadre de son combat pour la mémoire.

Le président de l’Etat Reouven Rivlin a rendu hommage au Rav Taub zatsal en rappelant qu’il avait consacré sa vie au combat pour la mémoire et pour l’amour d’Israël. Le président de l’Etat a dit que le Rav Menahem-Mendel Taub zatsal était aussi « l’Admour de la Shoah », et rappelé à quel point il avait subi des souffrances terribles lors de sa déportation à Auschwitz. Il a aussi noté la « coïncidence » entre le décès de l’Admour de Kalib zatsal et la proximité de Yom Hashoah.

Le Grand rabbin d’Israël, Rav David Lau a quant à lui souligné l’action de l’Admour de Kalib zatsal durant toute sa vie pour l’unité du peuple juif et la préservation des valeurs du Judaïsme dans un esprit d’amour absolu pour chaque juif quel qu’il soit.

La ministre à l’Egalité sociale, Guila Gamliel, a publié un communiqué disant: « Le peuple juif tout entier s’incline devant la mémoire du Rav Menahem-Mendel Taub zatsal, Admour de Kalib, lumière surgie du feu, et qui a consacré sa vie, son enseignement et sa foi à la perpétuation de la mémoire. Nous avons perdu un grand leader et un éducateur éminent, qui fut un exemple pour nous tous par son courage et sa résilience personnelle, en réussissant à monter en Israël, à se relever et à créer des centres de mémoire et de Torah après avoir perdu toute sa famille durant la Shoah ».

Biographie:

Le Rav Menahem-Mendel Taub zatsal était né en Transylvanie en 1923 fils du Rav Eizik de Kalib. Après la mort prématurée de son père, la famille de sept enfants ainsi que la communauté de Kalib restèrent sans chef. Après l’invasion de la Hongrie par les nazis en 1944, Menahem-Mendel est ses frères et sœurs furent déportés à Auschwitz, d’où il fut le seul rescapé mais subit de terribles tortures. Après la Shoah, il émigra en Suède. Il quitta la Scandinavie avec sa famille pour les Etats-Unis. En 1963, il créa le Centre Kalib à Rishon Letzion et vint s’installer à Bené Berak en 1980, où il créa un second centre Kalib. Plus tard, il s’installa à Jérusalem, près d’un Beit Midrash qu’il avait ouvert. Il avait l’habitude de réciter la phrase « Shema Israël », en souvenir des martyrs de la Shoah, après chaque rassemblement en souvenir de la Shoah. Dans son combat pour la mémoire, il reprochait au musée Yad Vashem de ne pas assez mettre en valeur la résistance spirituelle des juifs dans les ghettos et les camps. l’Admour de Kalib était aussi compositeur et aimait chanter lors de soirées de mariages où il était invité. A l’âge de 89 ans, après le décès de sa première épouse Shifra, il épousait en secondes noces en 1989, Sheindel Melnick, originaire d’Ukraine.

La ‘Hassidout Kalib est apparue en Hongrie, dans la ville de Kalib (Nagykálló en hongrois ) dans le dernier tiers du 18e siècle. LPH

 

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :