Eliahou Haddad a’h, sauvagement assassiné par son voisin musulman, sera enterré jeudi, à Beer Sheva, la ville où habite sa famille.

La Lévaya a eu lieu à Aubervilliers. Le convoi s’est ensuite dirigé vers l’aéroport Charles-de-Gaulle.

Ayal, comme l’appelait sa mère, était originaire de Djerba en Tunisie et possédait également la nationalité israélienne. Il vivait en France ces derniers temps.

L’enterrement aura lieu demain, jeudi 1er septembre, à 11h, au cimetière de Beer Sheva. La shiva aura lieu rehov mivtsa Nahshon 51/3 à Beer Sheva.

Malgré la découverte des conditions atroces dans lesquelles Eliahou a été assassiné, l’affaire ne rencontre quasiment pas d’écho dans la presse française et n’a pas fait réagir les autorités pour l’instant.

Le BNVCA, le député Meyer Habib et les associations juives ont demandé à ce que le motif antisémite soit étudié par la police. Le meurtrier s’est rendu de lui-même et a été incarcéré.

La victime est originaire de Djerba, en Tunisie, et sa famille vit à Beer Sheva, en Israël, a rapporté le BNVCA. Il aurait la nationalité israélienne et ne travaillait plus en raison d’importants problèmes de santé.

L’assassinat a été commis par un suspect de confession musulmane, Mohammed Dridi, 24 ans.

L’auteur présumé des faits, qui témoignent d’un terrible acharnement, a lui-même prévenu la police, a été interpellé et placé en détention. Selon les informations du BNVCA, le suspect aurait déclaré lors de son arrestation que la victime, lui devait 100 euros et ne les avait pas rendus. Et dans un deuxième temps, il aurait avoué qu’il l’avait tué parce qu’il était Juif.

Néanmoins, le parquet de Meaux a précisé qu’aucun « élément antisémite » ne figurait lors de l’ouverture de l’enquête, qui a démarré le 23 août et se poursuit.

«Lors de l’ouverture de l’information judiciaire il n’y avait pas d’élément mettant en lumière une [motivation antisémite. L’instruction est en cours, si des éléments étaient rapportés, ce serait pris en compte», a déclaré Hervé Tétier, procureur adjoint à Meaux.

Le BNVCA indique que l’assassin aurait « fracassé le crâne de sa victime au moyen d’une hache, puis il a brûlé son visage et aurait même commencé à enterrer le corps ». Un couteau aurait aussi été utilisé dans le crime.

Le meurtrier présumé, sans papiers, avait notamment effectué des travaux chez la victime, selon une source citée par l’AFP.

L’association «demande que les faits soient examinés en envisageant le caractère antisémite, et en ne l’écartant pas a priori». Elle a chargé son avocat de constituer le BNVCA partie civile, « afin de vérifier si le caractère antisémite est à confirmer ».

«La famille veut toute la vérité sur ce qui a pu entraîner un crime aussi atroce, avec un déchaînement de violence », a réagi Me Elie Korchia, avocat des proches du défunt.

Le drame a trouvé un nouvel écho lundi avec les réactions de différentes organisations juives et sur les réseaux sociaux, qui évoquent un meurtre à caractère antisémite à partir d’un profil Facebook attribué au suspect. L’une des photos postées par ce compte montre notamment un homme brûlant un drapeau israélien.

%d blogueurs aiment cette page :