WHATSAPP : 00972 587 358 770 hassidout.org@gmail.com

 

Meir Elfassi a visité plus de 80 pays dans le monde, mis les Tefilines dans  les jungles d’Amérique du Sud et imprimé des éditions de Tanya sur la montagne Everest.  Aujourd’hui, Meir Elfassi semble s’être surpassé et a même fait l’histoire à nouveau. 

Meir Elfassi est un photographe Loubavitch et israélien, âgé de 33 ans et père de 4 enfants. Il vient de visiter la Corée du Nord, le tristement célèbre pays d’Asie de l’Est dirigé par Kim Jong-un .

Le déclencheur de ce voyage audacieux a été le sommet du dictateur coréen avec le président américain Donald Trump . « J’ai dit que je serais le premier Loubavitch à se rendre là-bas », a déclaré Elfassi. « Je me suis d’abord présenté en tant que professeur, car les journalistes sont considérés comme des ennemis ». 

Meir Elfassi leur a fourni le numéro de téléphone d’une école pour vérification. « Mais ma personne de contact m’a dit que je ne serais pas approuvé parce que des photos de moi étaient postées sur un site d’informations en anglais. » 

Meir Elfassi a fini par être admettre qu’il était également photographe. Il a finalement été admis et a signé une décharge spécifiant que si il donnait une mauvaise image au pays, il devrait payer une amende. Il ne pourrait pas rentrer dans le pays avec son appareil photo, ni poster de photos sur les réseaux sociaux.

« J’ai voyagé en Chine et obtenu un visa pour le nord et de là, je suis monté dans un avion russe délabré à destination de Pyongyang », at-il déclaré. Les joueurs de tennis nord-coréens sur le vol et les occidentaux ne lui parleraient pas.

Pendant le vol il a commencé à douter de sa décision. « J’ai déjà pensé que je préférerais mourir dans l’avion et non torturé quelque part en Corée du Nord. » 

Malgré les instructions explicites, Alfasi est arrivé avec pas moins de trois caméras professionnelles, dont une Go-Pro. Il est également venu avec son Tallis, ses Tefillines, son Siddour et quelques brochures sur les sept lois Noahide.

À un moment donné, le contrôleur des frontières a apporté un marteau pour tenter d’ouvrir les boitiers de Téfilines. Ses traducteurs ont menti, disant que les boitiers ne contiennent aucune prière et ne sont pas associées à la religion.

Meir Elfassi a visité les monuments nationaux avec les statues des dirigeants du pays, accompagné par des surveillants. Il lui avait été demandé d’acheter des fleurs en signe d’honneur et de les déposer devant la statue du dirigeant dictateur, de ne pas mettre ses mains dans ses poches ou de prendre un selfie. On lui a également dit de s’incliner.  Il commença donc à réciter a voix basse la prière d’Aleinou et s’inclina pendant qu’il récitait les mots louant Hachem. « J’ai oublié que j’avais mes mains derrière le dos et mes surveillants m’ont frappé« , a-t-il déclaré.

Le lendemain matin, son surveillant lui demanda pourquoi il se parlait dans sa chambre d’hôtel. « Jusque là, je ne savais pas qu’ils m’écoutaient tout le temps », a-t-il déclaré. « Je n’ai jamais été autorisé à marcher seul ou à entrer en contact avec quiconque. »

Meir Elfassi dit que la Corée du Nord est le plus grand spectacle au monde. « Leurs musées sont magnifiques, les gens sont habillés magnifiquement et il y a des édifices impressionnants dans les rues, mais c’est une façade », dit-il, remarquant les nombreux enfants affamés sur les routes secondaires.

Meir Elfassi n’a pas caché son identité israélienne, marchant fièrement avec un Sirtouk noir et une Kippa. «Chaque fois que j’ai parlé d’Israël, j’ai été accueilli à bras ouverts», at-il dit.

Il a également trouvé des similitudes avec les communautés juives orthodoxes. En effet les filles et les garçons ne vivent pas ensembles avant le mariage. »

 

 




















WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP