WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

Le suspect qui a tiré dans le Beth Habad de Poway, en Californie, le mois dernier, fait maintenant l’objet de plus d’une centaine de chefs d’accusations de violation des droits de la personne et de crimes de haine .

CNN

Selon les procureurs fédéraux, le suspect qui a tiré le mois dernier dans le Beth Habad de Poway, en Californie, fait maintenant l’objet de plus d’une centaine d’inculpations pour violation des droits de l’homme et délits haineux au fédéral.

Jeudi, l’avocat américain du district sud de la Californie, Robert Brewer, a déclaré que les procureurs avaient déposé une nouvelle plainte pénale contre John T. Earnest, âgé de 19 ans.

Earnest est accusé d’avoir tiré dans le Beth Habad de Poway qui a tué Lori Gilbert Kaye, 60 ans, et blessé trois autres personnes, dont le rabbin et une fillette de 8 ans. Il est également soupçonné d’incendie criminel dans une mosquée située à proximité d’Escondido à la fin du mois de mars.

«Nos actions d’aujourd’hui sont inspirées par notre volonté de justice pour toutes les victimes et leurs familles», a déclaré Brewer lors d’une conférence de presse.

La nouvelle plainte pénale accuse Earnest de 109 chefs d’accusation, dont 54 chefs d’entrave au libre exercice de ses convictions religieuses ayant entraîné la mort, des blessures corporelles et la tentative de meurtre, a déclaré Brewer.

« C’est un chef d’accusation pour chaque personne qui se trouve dans la synagogue du 27 avril, y compris 12 enfants », a déclaré Brewer, ajoutant que chacun des chefs d’accusation était « passible de la peine de mort ».

Earnest fait face à 54 crimes de haine supplémentaires pour chaque personne dans la synagogue et à une autre accusation de dommages à la propriété religieuse en rapport avec le cas d’incendie criminel à la mosquée Escondido.

Peine de mort aux États-Unis

La peine de mort est redevenue effective aux États-Unis d’Amérique en 1977, année où Gary Gilmore fut fusillé en Utah, mettant fin à un moratoire sur les exécutions qui avait débuté en 1963, quatorze années durant lesquelles la Cour suprême fut sollicitée. À l’époque, certains voyaient déjà le « début de la fin » du châtiment suprême, comme ce fut le cas avec le moratoire sur l’injection mortelle qui a débuté en octobre 2007 et qui s’est terminé en avril 2008. Depuis 1988, la peine de mort au niveau fédéral est de nouveau effective, mais sous certaines conditions très précises.

En 2015, vingt États américains (sur cinquante) ne pratiquent plus la peine de mort.

Trois types de juridictions peuvent prononcer la peine de mort :
– les cours de certains États fédérés où il existe une loi prévoyant la peine de mort validée par les juridictions ;
– les cours fédérales, pour certains crimes fédéraux (relativement rares) ;
– les cours militaires (loi martiale), pour le cas de militaires commettant des crimes graves tels que le meurtre (rarissime).
L’immense majorité des condamnés à mort le sont par les États fédérés pour meurtre aggravé. Les condamnés à la peine capitale sont en général détenus sous un régime de haute sécurité dans des quartiers spéciaux des prisons dits « couloirs de la mort ».

La peine de mort est un des sujets de controverse entre les États-Unis, où une légère majorité de la population est favorable à la peine de mort, et certains pays ou groupes politiques présents dans des États ayant aboli la peine de mort, notamment en Europe occidentale. Les abolitionnistes américains, organisés en associations, militent pour la suppression de la peine de mort aux États-Unis.

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP