Apprendre à nager ? Dans l’eau !

J’ai bien reçu votre lettre, dans laquelle vous me parlez de votre moral.

Il me semble avoir déjà écrit, à maintes reprises, qu’à mon avis et en fonction de ce que j’ai pu constater dans la pratique, chaque homme, sans la moindre exception, est, par nature sociable, même si tous ne le sont pas dans la même mesure.

De ce fait, quand on s’efforce d’avoir un comportement qui va à l’encontre de cette nature, il est bien clair que l’on se crée des complications.

Et, ceux qui, pour une raison quelconque, ont des difficultés de relation avec les autres n’ont pas d’autre solution que « d’apprendre à nager », ce que l’on ne peut pas faire tant qu’on ne se jette pas à l’eau, même si l’on est au bord du fleuve.

Il faut donc sauter dans l’eau ! C’est ainsi que vous apprendrez à nager et qu’au final, vous y parviendrez.

Et, les longues réflexions que l’on peut avoir au bord du fleuve, comment apprendre à nager, de quelle manière faut-il le faire, tout cela n’est d’aucune utilité, tant que l’on n’est pas dans l’eau !

Vous m’excuserez de vous dire que telle est votre situation.

Dans votre lettre, vous citez le pour et le contre, à propos d’une activité qui implique la présence de nombreuses personnes. Or, vous menez cette analyse en étant assise dans votre chambre, au sein de vos quatre coudées.

Il est bien évident que mon but n’est pas de vous faire de la morale, mais bien d’intervenir encore une fois en espérant vous convaincre, cette fois-ci, de plonger dans une activité par laquelle, contre votre gré, au moins pendant les premiers jours, vous serez en relation avec des personnes extérieures à votre famille.

J’ai bon espoir qu’en peu de temps, vous ne ressentirez plus cette contrainte et vous percevrez l’importance, le grand intérêt, y compris pour les autres, d’être en contact avec différentes personnes. Car, ce n’est pas pour rien que l’homme, par nature, a été créé avec une nature sociable.

Les propos de nos Sages sont merveilleux et ils délivrent un enseignement, concrètement applicable à l’existence quotidienne. Il disent, en la matière, que tout acte appartenant au domaine de la sainteté doit être effectué en présence de dix personnes. Un tel accomplissement n’est pas seulement public. Il est, en outre, réalisé de la manière la plus parfaite.

Et, vous connaissez le dicton de la ‘Hassidout, cité au nom de plusieurs de ses maîtres, selon lequel il est plus désagréable d’être seul dans le Gan Eden que de se trouver en compagnie d’autres Juifs dans le ….

Puisse donc D.ieu faire que vous constatiez une nette évolution dans le sens du bien et vous m’en donnerez de bonnes nouvelles.

Avec ma bénédiction afin de donner ces bonnes nouvelles, d’être inscrite et scellée pour une bonne année.

Source : Lettre 7008

À l’initiative du Beth Loubavitch et du Mak’hon Or Ha’Hassidout

👉 Rejoignez le groupe (silencieux) grâce au lien :
https://chat.whatsapp.com/CkWQay2yaMrFfzqS4hEcpU