Sans mots et dans son silence caractéristique, Ariel Tzadik z »l est devenu l’un des piliers de la communauté Habad dans le quartier de Beit Vagan.

Nous le connaissions tous comme l’homme chaleureux, aimant et solidaire qui se levait volontiers pour combler tous les besoins et apporter toute aide. Les habitués du Kotel hamaaravi le connaissaient des opérations téfilines qu’il n’abandonnait pas, tous les vendredis, été comme hiver, pendant les jours tristes et les jours heureux.

Pour sa famille Ariel Tzadik était bien plus qu’un simple papa. Il était le pilier de sa famille, de sa femme, de ses cinq enfants. Un père dévoué et particulièrement solidaire.

C’est presque impossible à imaginer, le cœur refuse de le croire et les larmes ne s’arrêtent pas de couler, mais jeudi dernier dans la tragédie du mont Meron, le silence s’est fait, le silence de la mort.

Ariel Tzadik est monté au ciel avec 44 autres saints qui voulaient juste se rapprocher de D.ieu et se sont retrouvés aussi près de lui que possible.

Une femme et cinq enfants brisés sont restés seuls sur cette terre sans support la famille menacée d’effondrement.

Il est impossible de leur enlever la douleur, il est impossible de rendre à cinq enfants leur père, mais il est possible à distance d’essayer de soulager la souffrance. Nous, chacun de nous pouvons prendre un millième de la douleur et la soulager, que les membres de la famille sachent qu’au moins pour l’avenir proche ils n’auront pas à s’inquiéter. C’est entre nos mains, c’est dans notre poche.

Ne nous tenons pas à l’écart !

Cliquez pour soutenir cette famille :
https://www.charidy.com/ktzadik/97258-735-8770
et priez pour que le Tout Puissant mette fin à nos souffrances.