Reuven Feuerstein, né le 21 août 1921 à Botoșani, en Roumanie, et mort le 29 avril 2014 en Israël, est un pédagogue israélien.

Reuven Feuerstein et le Rabbi de Loubavitch

En tant que psychologue travaillant en Israël dans les années 1940, j’ai travaillé avec des survivants de l’Holocauste, dont de nombreux enfants, qui étaient complètement traumatisés. Par exemple, j’ai vu un garçon de 17 ans ne pesant que 34 kilos et regardant chaque bout de nourriture comme s’il était affamé; il volerait et amasserait de la nourriture à chaque occasion.

Et, bien sûr, les gens demandaient: «Y a-t-il de l’espoir pour des enfants comme celui-ci? Pourront-ils jamais construire un avenir? Pourront-ils un jour oublier ce qu’ils ont vécu? »
Beaucoup étaient d’avis que nous ne pouvions rien faire pour aider ces enfants, car ils avaient trop vu le mal du monde.

Mais j’ai pensé: «Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre un seul enfant. »

Par la suite, je suis allé étudier à l’Université de Genève auprès de Jean Piaget, Carl Jung et d’autres, et en 1954, j’ai fondé le Centre international pour la valorisation du potentiel d’apprentissage (ICELP) à Jérusalem, consacré à une théorie que j’ai développée. appelé la théorie de la malléabilité de l’intelligence.

En gros, j’ai dit: «Oui, nous pouvons aider ces enfants et tous les enfants, quels que soient leurs problèmes de développement. Nous pouvons les aider à changer parce que ce sont des êtres humains qui ont un esprit divin en eux. « 

A l’époque où j’ai avancé cette théorie – que les êtres humains sont modifiables, qu’ils ne sont pas nécessairement limités par leur génétique – c’était considéré comme une hérésie. Les gens ne croyaient tout simplement pas que le cerveau pouvait changer, même s’il est maintenant reconnu qu’il n’y a aucune partie du corps aussi souple et évolutive que le cerveau.

Le Rabbi était au courant de mon travail et l’a totalement soutenu. Il m’envoyait fréquemment des enfants – certains avec des problèmes de développement, d’autres avec le syndrome de Down et d’autres épileptiques. Partout où j’allais, des gens venaient me dire: «Le Rabbi veut que tu voies notre enfant.» J’ai également reçu des lettres du Rabbi au sujet d’enfants en particulier qu’il voulait que je voie.

Chaque fois qu’il m’envoyait une recommandation, il était accompagné de sa bénédiction: « Zayt matzliach – Puissiez -vous avoir du succès.» Grâce à cette bénédiction, j’ai eu un sentiment d’autonomisation – que peu importe la difficulté de l’affaire, je pouvais aider cette personne en particulier. enfant. J’ai vu qu’il croyait que même les personnes atteintes de troubles génétiques pourraient être transformées en personnes fonctionnelles qui pourraient être rapprochées du judaïsme et étudier la Torah.

En effet, c’est du Rabbi que j’ai eu l’idée qu’une telle chose pourrait se produire et j’en ai la preuve avec mon propre petit-fils, qui est atteint du syndrome de Down, mais il a appris dans la Yeshivah et a obtenu son diplôme de lycée en passant les examens finaux (qui en Israël). nous appelons bagrut ).

Mais à l’époque, il était considéré comme audacieux de suggérer de telles choses, car les gens ne croyaient pas que de tels changements spectaculaires étaient possibles. Et on me demandait souvent: «Comment osez-vous dire aux gens que cet enfant sera un jour capable de parler? Comment osez-vous dire que cet enfant sera capable de lire? Pour finir l’école? Pour aller à la yeshiva? »

J’ai osé dire ces choses à cause de mes interactions avec le Rabbi, que j’ai visité régulièrement. En 1980, mes idées s’étaient répandues partout. J’avais trois livres publiés et j’étais souvent invité à donner des conférences dans des universités – en fait, j’ai été nommé professeur invité à Yale – et j’ai continué à développer de nouvelles modalités de formation démontrant que vous pouvez créer de nouvelles synapses dans le cerveau, de nouvelles connexions qui n’existaient pas avant, et de cette façon aider les enfants dans les conditions les plus dévastatrices.

Je voudrais juste donner deux exemples.

Il y avait un garçon avec une maladie cérébrale qui le rendait très difficile de se concentrer, et donc d’entendre ce que quelqu’un lui disait – sa capacité d’entendre était très très limitée. Mais le Rabbi m’a donné sa bénédiction spéciale pour lui. Et malgré cette maladie cérébrale, ce garçon a commencé à apprendre et est devenu beaucoup plus concentré dans son comportement, et est même devenu une partie du monde religieux.

Un autre cas – qui a été le cas le plus difficile de toute ma carrière – m’est également arrivé par le biais du Rabbi. Je ne peux pas révéler tous les détails en raison de problèmes de confidentialité des patients, mais je dirai ceci:

Ce garçon a été diagnostiqué comme étant mentalement déficient dans son pays d’origine et a été placé dans une école pour enfants déficients. Là, il vivait parmi des non-Juifs en difficulté et était influencé par leur comportement. Par conséquent, il devenait un réel problème et personne ne pensait qu’il serait un jour capable de fonctionner en tant qu’être humain normal et indépendant.

À un moment donné, son père est allé voir le Rabbi, et le Rabbi lui a dit de m’amener son fils, ce qu’il a fait.

Le fils est venu ici en Israël et a été placé dans une famille Habad. Il a appris à lire. Et il lisait souvent des Psaumes près de ma porte parce que le Rabbi lui avait dit de lire le Livre des Psaumes de bout en bout, chaque semaine. Et il l’a fait pendant les trois années qu’il a passées avec nous.

Merci mon Dieu, tout s’est très bien passé et j’ai senti que nous avions fait ce que le Rabbi nous a demandé de faire et ce qu’il nous a donné le pouvoir de faire. Nous avons senti que nous avions réussi.

Mais, après que ce garçon nous a quitté, il s’est passé des choses et il s’est retrouvé dans le plus grand danger. Il est allé dans un endroit d’où peu de gens reviennent. Il était impliqué dans des relations avec des personnes qui se droguaient. En effet, je dirais qu’il n’y a pas de péché dans le monde qu’ils n’ont pas commis.

Quand j’ai entendu ce qui s’était passé, j’ai contacté le Rabbi, qui m’a dit: «Ne le laisse pas sortir de tes mains. Envoyez quelqu’un le trouver, ramenez-le et continuez.

Je ne croyais pas qu’un effort de sauvetage réussirait, mais le Rabbi m’avait demandé d’essayer, alors je l’ai fait. J’ai envoyé quelqu’un emmener ce jeune homme loin de ces personnes terribles et nous l’avons accompagné avec succès dans un style de vie sain et moral. Il était perdu mais il est revenu et il est aujourd’hui père de quatre enfants, dont deux étudient à la yeshiva.

Je veux juste dire qu’en tant que psychologue, je n’aurais jamais pu croire qu’un tel revirement pourrait se produire. Habituellement, dans de tels cas, nous abandonnons simplement. Mais le Rabbi n’a pas abandonné.

Clairement, la psychologie est très limitée dans sa compréhension de l’autre. C’est très affecté et lié à notre compréhension de nous-mêmes. Mais la manière dont le Rabbi comprenait la condition de l’individu était tout à fait différente. Et c’est pourquoi il a dit: « Oui, fais-le. » C’était une manière très différente de voir l’être humain – non pas comme un reflet de soi, mais comme un esprit qui vient d’en haut, d’une source divine.

 

 

Le Rav Mendel Azimov parle du professeur Reuven Feuerstein (Farbrenguen de Roch Hodech Elloul 5779)

 


Éducation et premières découvertes pédagogiques

Né en 1921, Reuven Feuerstein s’installe en Palestine en 1945. De 1945 à 1948, il donne des cours à des enfants juifs européens et nord africains, enfants de survivants de l’Holocauste ou éprouvés par la Seconde Guerre mondiale. Il éprouve alors la limite des tests psychologiques reposant sur le « quotient intellectuel », ou QI, qui donnaient des résultats très bas pour ces enfants qui avaient été privés pendant des années de toute expérience au niveau humain. En travaillant avec eux, il prend conscience de leur immense potentiel d’apprentissage. Il retourne alors en Europe pour poursuivre et terminer ses études de psychologie, interrompues par la 2eme guerre mondiale, et termine en 1970 sa thèse en Psychologie du développement à l’Université de la Sorbonne, à Paris.

Travaux pédagogiques

La pédagogie de Reuven Feuerstein repose sur l’idée fondamentale que l’intelligence humaine peut être modifiée et qu’à tout âge, « il est possible de faire obstacle aux limites biologiques en changeant le comportement d’un individu. » Dès le début de son activité de pédagogue, Reuven Feuerstein pose le postulat intuitif de la possibilité de changement de structure du cerveau, modifiant par là même sa structure interne et dépassant des limites « génétiques ».

Il a travaillé entre autres avec le psychologue, biologiste et logicien Jean Piaget, mais la conception de Piaget lui a semblé rapidement trop limitative. En effet, pour Piaget, la modifiabilité est limitée à certaines périodes : par exemple, les analogies ne peuvent pas, selon lui, être comprises avant 11 ans.

Ce postulat de la possible modification de la structure du cerveau à tout âge, ou modifiabilité cognitive structurale, est le fondement de toute la réflexion développée par Feuerstein sur le potentiel d’apprentissage, et de ses travaux avec des enfants atteints de diverses pathologies (syndrome de Down ou Trisomie 21, etc.).

La méthode pédagogique qu’il a développée à partir de ce postulat est centrée sur le concept de médiation, ou l’idée d' »apprendre à apprendre ». La médiation est l’action d’un tiers sur une personne pour l’aider à mieux fonctionner sur le plan intellectuel.

À partir de là, il a élaboré entre autres deux outils :

– Une méthode d’évaluation du potentiel d’apprentissage, appelée le LPAD (Learning potential assessment device ou Système d’évaluation du potentiel d’apprentissage). Contrairement aux tests psychologiques classiques, cette méthode d’évaluation peut être passée en présence d’un médiateur qui aide la personne à comprendre les questions posées.

– Un programme de formation, le « programme d’enrichissement instrumental « , qui a pour objectif de développer le potentiel d’apprentissage des personnes. Ce programme a permis d’obtenir d’excellents résultats avec des élèves en graves difficultés qui pouvaient au terme de quelques années intégrer des classes normales.

La médiation

La médiation est une interaction relationnelle qui s’inscrit dans un environnement prenant en compte un sujet apprenant, un objet, une tâche, un médiateur, une situation d’apprentissage. Elle s’organise autour de l’acte d’apprendre. Pour Feuerstein, le meilleur médiateur est « celui qui ressent le besoin de donner un enseignement qui se projette dans le futur. Il présentera donc les objets et les faits de son passé de manière qu’ils soient acceptés, mais feront partie intégrante de la vie de l’enfant pour être ensuite, à la fin, transmis aux générations futures »3. Il ajoute qu’« il est très difficile d’indiquer comme étant des médiateurs valables des individus qui n’ont pas fait des choix de valeurs ».

Reuven Feuerstein a défini 12 critères définissant la médiation.

Centres diffusant la méthode

Il a créé en 1992 à Jérusalem le Centre de développement du potentiel d’apprentissage (ICELP).Plusieurs centres appliquent le programme d’enrichissement expérimental et sont reconnus par l’International Centre for Enhancement of Learning Potential de Jérusalem.

Les principes de Feuerstein ont été intégrés dans la formation des enseignants au Venezuela.

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :