Rikers Island est une île de 167 hectares située à New York, abritant la plus grande prison de New York et la deuxième plus importante prison aux États-Unis. Rikers Island emploie 9 500 agents et 1 400 civils qui sont responsables d’une population maximale de 17 000 détenus.

 

Moché Frankel et d’autres bénévoles s’y sont rendu pour  apporté de la joie aux détenus lors du dernier Pourim. Ils ont raconté leur expérience « extrêmement exaltante ».

Un jeudi après-midi, Moché Frankel se dirigeait vers Minha lorsqu’il a rencontré un ami, Pinny. Après une accolade amicale, Pinny a demandé à Moché où il avait passé Pourim cette année. Moché a répondu qu’il avait célébré Pourim à la prison Rikers Island, une île près de l’aéroport LaGuardia, et qu’il avait réalisé les 4 mitsvot de Pourim avec les détenus.

Intrigué, Pinny a écouté attentivement le récit de Moché. Moché a décrit comment les bénévoles et lui ont partagé la joie de Pourim avec les détenus, en leur mettant les téfilines, en lisant la méguila et en dansant avec eux. Ils ont également donné la possibilité aux détenus de donner la Tsedaka et d’échanger des Michloach Manot.

Laisse-moi te raconter un peu ce que c’était. Incroyablement exaltant. Je suis entré dans la salle avec un grand sourire, dans l’esprit de Pourim. Je me suis dirigé vers quelques détenus et leur ai fait un gros câlin chaleureux. En réponse au câlin, Dave m’a dit : « Tu n’as aucune idée de ce que cela signifie pour moi. Recevoir un câlin de quelqu’un qui le pense vraiment me réchauffe le cœur. Nous n’avons pas souvent ça ici et cela me fait me sentir humain à nouveau. »

« Incroyable ! Et tu venais à peine de franchir la porte », s’est exclamé Pinny. « Comment ça se passe pour Pourim ? Vous faites les 4 mitsvot ? »

« Oui, grâce à Dieu ! En fait, nous entrons, nous installons la salle et le programme commence. Pendant la préparation, le reste d’entre nous met les téfilines sur tout le monde. Nous leur rappelons à quel point ils sont précieux. Nous leur montrons combien ils sont aimés et appréciés, et combien leur âme est importante. Rien que le fait de s’asseoir côte à côte, de les regarder droit dans les yeux avec amour et de leur faire des câlins, tout cela les touche profondément. »

« C’est tellement vrai », a ajouté Pinny. « Parfois, on se laisse distraire par des choses sans importance. Mais dans la vie en général, si on prend du recul et qu’on réalise ce qui est vraiment important et significatif, on peut accomplir beaucoup plus de choses en beaucoup moins de temps. »

« Exactement », ai-je poursuivi. « C’est fou de penser qu’une visite à Rikers nous rappelle des choses comme celle-ci. Enfin, au début du programme, un de mes amis a lu la méguila, et nous nous sommes rassemblés autour de lui pour ne pas avoir à la lire une deuxième fois. Peu importe notre âge, huer le nom d’Haman est toujours amusant. Nous avons tous cette compétition silencieuse pour savoir qui peut donner le dernier coup avant que la lecture ne reprenne.

Lorsque nous avons atteint Shoshanat Yaakov, la musique a commencé et c’était l’heure de danser ! Imagine ce que c’est de danser jusqu’à ce que tes chaussures tombent. Un peu comme quand tu es à un mariage et que tu as besoin d’une pause pour boire un verre d’eau. Danser en rond, se tenant par la main avec les autres Juifs près de toi, sautant de haut en bas. Aucune différence entre ma mitsva et celle de mon frère à côté de moi. Toutes deux extrêmement précieuses, apportant du plaisir à Hachem et au Rabbi. Dans ce moment de danse et de joie pure, je ne suis pas sûr de savoir qui est le plus heureux – moi, ou mon voisin de droite. Une fois que nous étions tous bien étourdis par les pirouettes, la musique a ralenti et finalement cessé.

Ensuite, nous avons distribué des pièces et des tirelires pour offrir aux détenus la puissante mitsva de la Tsedaka à Pourim. Mitsva goreres mitsva. De là, nous avons pris beaucoup de Mishloah Manot et les avons distribués à tous. Nous avons rapidement expliqué le concept d’échange de cadeaux et comment cela fonctionne, et les Juifs étaient ravis de réaliser cette amusante mitsva d’échange. Leurs visages étaient rayonnants. C’est franchement extraordinaire – un simple groupe de Juifs, derrière les barreaux, sur une île isolée, accomplissant ensemble une mitsva, et de surcroît avec joie. Et voilà, les Mivtsaïm à Rikers l’ont fait à nouveau – créant un sentiment de stupéfaction et d’inspiration pour les mitsvot de Hachem et Ses enfants spéciaux.

Cela a conduit directement au Mishté aveces petits pains, de la charcuterie, des trempettes pour le Hallah, des biscuits pour le Kiddouch, des en-cas, des boissons, et surtout, de délicieux knishes de poisson et de viande de luxe, afin que le Mishté puisse être observé dans toute sa splendeur. En discutant et en mangeant, nous avons été interrompus avec plaisir par un spectacle de magie époustouflant, avec toutes sortes de tours et d’acrobaties incroyables.

Un autre moment vraiment cool a été la lecture de la Parasha Zachor à partir de la Torah. La dernière fois qu’ils avaient vu une Torah, c’était lorsque notre groupe était venu pour Hanouka. Dans ces circonstances, monter à la Torah n’est pas une occasion à prendre à la légère. Quelqu’un à côté de moi a commenté que la mélodie de la lecture lui rappelait son enfance à la maison.

Nous avons passé les dernières minutes du Mishté à discuter et à parler de Pourim. Et devine quoi – nous avons été agréablement surpris par la performance d’un violoniste solo qui nous a guidés dans le chant d’Ani Ma’amin. Nous chantons toujours Ani Ma’amin, mais jamais avec un violon. Bien sûr, nous nous sommes levés, les bras autour les uns des autres, et je me suis surpris à penser à ce que nous disions, où nous étions debout et avec qui nous chantions. Cela a créé une expérience et un sentiment à double tranchant. D’un côté, il y avait de la douleur, de la tristesse, de la solitude et, de l’autre, de la force, de l’espoir, de l’orientation, de la connexion et de la foi.

Les Juifs que nous étions venus visiter se sont alignés pour retourner dans leurs cellules. Nous leur avons souhaité bonne chance et leur avons dit que nous avons hâte de les revoir à l’extérieur !

C’était une longue et chargée journée. Quand je suis remonté dans le bus, je me suis laissé tomber sur mon siège. Mon corps était épuisé. Mes pieds me faisaient mal. Mais Pinny, c’était le bon genre d’épuisement et le bon genre de douleur. Quoi de plus gratifiant!! »

 

 


%d blogueurs aiment cette page :