Comment la leader des démocrates au Congrès américain a été recrutée pour dissiper les inquiétudes de Trump concernant l’octroi d’une grâce. 

 

Sholom Mordechai Rubashkin, né le 30 octobre 1959, est l’ancien PDG d’Agriprocessors, un abattoir casher et une usine de conditionnement de viande, maintenant en faillite, située à Postville, Iowa, anciennement détenue par son père, Aaron Rubashkin. Pendant son mandat de PDG, Agriprocessors est devenu l’un des plus grands producteurs de viande casher du pays, mais a également été cité pour des problèmes de cruauté envers les animaux, de sécurité alimentaire, de sécurité environnementale, de travail des enfants et d’embauche d’immigrants sans papiers.

En novembre 2009, Rubashkin a été reconnu coupable de 86 chefs d’accusation de fraude financière, y compris la fraude bancaire, la fraude postale et électronique et le blanchiment d’argent. En juin 2010, il a été condamné à 27 ans de prison. Dans un procès distinct, il a été acquitté d’avoir sciemment embauché des travailleurs mineurs. Il a purgé sa peine au Federal Correctional Institution, Otisville à Mount Hope, New York.

En janvier 2011, ses avocats ont fait appel ; le 16 septembre 2011, la cour d’appel a statué contre Rubashkin. La Cour suprême des États-Unis a refusé d’entendre un recours contre cette décision le 1er octobre 2012. Le 20 décembre 2017, affirmant une forte pression bipartite en faveur de la mesure, le président Donald Trump a commué la peine de prison de Rubashkin après huit ans de détention.

De nouveaux détails sur la période d’emprisonnement du Rav Shalom Mordechai Rubashkin, le célèbre prisonnier ‘Habad libéré il y a 6 ans de prison aux États-Unis la veille de Hei Tevet Didan Notsah, sont révélés.

Selon ce qui est publié dans un nouveau livre, qui sort ces jours-ci sur l’histoire de Rubashkin, ceux qui ont agi en coulisses dans l’entourage du président Trump pour accorder une grâce à Rubashkin étaient entre autres le couple Kushner.

La fille du président et son mari Jared étaient en contact avec la famille pendant une longue période. Ils se sont également assis avec Trump pour une conversation décisive au cours de laquelle ils l’ont convaincu d’accorder une grâce à Rubashkin.

Cependant, Trump craignait de larges critiques à son encontre s’il accordait une grâce. Cela dans le contexte du transfert de l’ambassade à Jérusalem et plus encore – une mesure qui lui a valu des critiques de toute façon.

À ce stade, des représentants de la famille Rubashkin ont rencontré la leader des démocrates au Congrès à l’époque, Nancy Pelosi, dans le but de l’amener à annoncer qu’elle ne s’opposait pas à la grâce, dissipant ainsi les inquiétudes de Trump.

Bien que certains n’y aient pas accordé beaucoup de chances, la famille Rubashkin a contacté Pelosi et à la surprise générale, celle-ci s’est intéressée à leur histoire et a écrit une lettre officielle exprimant son soutien à l’octroi d’une grâce à Rubashkin. C’était le catalyseur qui, sous l’influence du couple Kushner, a amené Trump à annoncer l’heureuse nouvelle.

Dans le nouveau livre, publié par la maison d’édition Kulmus, il est écrit que le couple Kushner a demandé à la famille de ne pas publier jusqu’à présent leurs activités en coulisses pour diverses raisons. Et maintenant, pour la première fois, ils leur ont donné l’autorisation de publication.

Dans le livre, Rubashkin a également révélé d’autres détails sur ses jours en prison. Entre autres, il a raconté que la première nuit en prison, on lui a pris sa kippa. Il a affirmé avoir dit qu’il n’était pas prêt à marcher quatre coudées sans kippa. Quand les gardiens ont entendu cela, ils ont amené une chaise roulante et l’ont transféré en cellule d’isolement, où il a passé la nuit. Le lendemain, ils ont cédé et lui ont rendu sa kippa.