Je fais réponse à votre lettre dans laquelle vous me dites que vous avez du mal à faire dominer votre cœur par votre cerveau.

Vous êtes émotif, pour ce qui est important comme pour ce qui est secondaire.

Une telle situation est possible quand la foi en la divine Providence est uniquement superficielle.

En effet, dès qu’on parvient à l’intérioriser, il est clair qu’il n’y a plus lieu de s’émouvoir, comme l’affirme Iguéret Ha Kodech, au chapitre 25. Il serait bon de graver en votre esprit ce que dit le début du chapitre 41 du Tanya, jusqu’à la page 56b, aux mots “ devant le roi ”. Quand vous sentirez l’émotion s’emparer de vous, vous réfléchirez à ce passage ou même vous le réciterez.

Vous gardez sûrement les trois études de ‘Hitat, ‘Houmach, Tehilim et Tanya et vous ne vous imposez pas de trop nombreux bilans moraux.

En effet, “ D.ieu fit l’homme droit ” et celui-ci doit donc suivre le droit chemin, celui de notre sainte Torah, l’étudier avec ardeur et élan, accomplir ses Mitsvot de la meilleure façon, sans introduire sa propre interprétation du bilan moral ou du fonctionnement de l’âme.

Nos Sages affirment que “ si tu fais des efforts, ils seront couronnés de succès ”.

Puisse D.ieu faire qu’il en soit ainsi pour vous, de même que pour vos amis.

Source : Lettre 5678

À l’initiative du Beth Loubavitch et du Mak’hon Or Ha’Hassidout

Rejoignez le groupe (silencieux) grâce au lien :
https://chat.whatsapp.com/ICq4xI8OAMa4zrByjMfVvI

%d blogueurs aiment cette page :