L’Algemeiner Journal, connu officieusement sous le nom d’Algemeiner, est un journal basé à New York qui couvre l’actualité juive, israélienne, américaine et internationale.

En 1972, Gershon Jacobson a fondé le Der Algemeiner Journal en langue yiddish, après avoir consulté le Rabbi de Loubavitch Menachem Mendel Schneerson. Jacobson a été rédacteur en chef et éditeur depuis sa création jusqu’à sa mort en 2005.

Le premier numéro a été publié par Der Algemeiner Journal Corporation le 23 février 1972. Le journal de dix pages était coutait 25 cents. Vingt mille numéros ont été imprimés. Der Algemeiner Journal avait l’intention de combler le vide après la fermeture du quotidien yiddish « Der Tog Morgen Zhurnal » en 1971.  Gershon Jacobson avait auparavant écrit et servi comme rédacteur en chef.

L’hebdomadaire yiddish à plus grand tirage aux États-Unis, Der Algemeiner Journal mettait l’accent sur les nouvelles de la communauté juive, avec un point de vue politiquement indépendant, y compris des rapports sur les tensions entre les mouvements hassidiques rivales. Bien que Jacobson était un Hassid de Loubavitch, selon le New York Times, il « a défié toute catégorisation facile ».

À son apogée, le tirage de Der Algemeiner approchait les 100 000 exemplaires. En 1989, en réponse à la marginalisation croissante de la langue yiddish dans l’évolution de la communauté juive, Der Algemeiner Journal a commencé à imprimer un supplément anglais de quatre pages au milieu du journal, attirant un public juif plus diversifié.

Le conseil consultatif de l’Algemeiner journal était présidé par le lauréat du prix Nobel Elie Wiesel.

En mai 2005, après la mort de Gershon Jacobson, son fils aîné, Simon Jacobson, est devenu directeur du Der Algemeiner Journal. Il a fondé la Gershon Jacobson Jewish Continuity Foundation (GJCF), une organisation médiatique juive dont la mission est de servir de voix aux Juifs et à Israël. En 2008, il a repensé Der Algemeiner Journal comme une publication de langue anglaise, en remplaçant le Yiddish « Der » dans son titre pour « Le ». Cette année-là, David Efune est devenu rédacteur en chef de ce qu’on appelait The Algemeiner et directeur du GJCF. citation nécessaire David Efune a quitté son poste en novembre 2021 pour rejoindre le New York Sun, mais est resté au conseil d’administration.

En 2011, le GJCF a lancé le site Algemeiner.com

 

Témoignage de Mme Tzivia Jacobson, épouse de Gershon Jacobson a »h

L’histoire que je voudrais raconter est la façon dont ce journal a vu le jour et le rôle que le Rabbi a joué dans sa création et son contenu.

En 1971, mon mari travaillait comme rédacteur municipal du « Der Tog Morgen Journal », un quotidien yiddish privé. Et puis un jour, il est venu travailler et la porte était verrouillée. Il n’y avait aucune explication, juste un signe : FERMÉ.

Gershon a essayé d’appeler le propriétaire, mais n’a obtenu aucune réponse. Pendant ce temps, les journalistes se demandaient ce qui se passait. Finalement, ils ont appris que le propriétaire du journal était en faillite. Maintenant, ils étaient tous sans emploi.

La plupart des journalistes du Der Tog Morgen Journal étaient des personnes âgées – dans les 70 et 80 ans. Ils étaient retraités, alors que Gershon n’avait que 37 ans avec une famille grandissante pour qui il devait subvenir aux besoins. Et donc il a dû se mettre immédiatement à la recherche d’un nouvel emploi pour générer des revenus.

Alors qu’il cherchait un poste approprié – occupant des petits boulots d’écriture ici et là – il devenait très évident que la fermeture du « Der Tog Morgen Journal » avait eu un impact sérieux sur le public religieux qui lisait le yiddish. Ils n’avaient pas de journal alternatif, puisque le seul autre journal d’information yiddish d’importance était socialiste et antireligieux. Ils n’avaient pas de place pour leurs annonces ou et les nouvelles de leur communauté.

Bref, « Der Tog Morgen Journal » devait être remplacé. Mon fils, Simon, se souvient que le Rabbi était très catégorique à ce sujet.

Divers investisseurs ont été contactés et ont décidé que cela valait la peine de lancer un nouveau journal yiddish – pas un quotidien, car il était sûr de perdre de l’argent, mais un hebdomadaire. Les investisseurs étaient prêts à le garantir six mois de parrution, c’était donc le temps dont Gershon avait pour le faire réussir.

Il commençait avec un sérieux handicap parce que le propriétaire du « Der Tog Morgen Journal » avait vendu sa liste d’abonnement ainsi que le nom du journal à quelqu’un d’autre, donc il n’y avait plus de base du lectorat, ni de reconnaissance de nom qui aurait aidé à reconquérir les anciens lecteurs et gagner leur confiance tout de suite.

Bien sûr, Gershon a discuté de tous ces problèmes avec le Rabbi. Et il a demandé l’avis du Rabbi sur la façon dont le journal devrait être dirigé et sur quoi il devrait se concentrer. Gershon avait ses propres idées, mais, bien sûr, il ne ferait rien sans consulter le Rabbi.

Sa première question était de savoir comment appeler le journal. Il voulait que tous ceux qui se rendaient au kiosque à journaux reconnaissent ce journal comme digne de confiance et l’achètent tout de suite. Mais quel nom exprimerait tout cela en un mot ou deux ?

Le Rabbi a répondu : « Algemeiner Journal ! ».

Aujourd’hui, parce que nous y sommes habitués, Algemeiner Journal semble si naturel, si normal. À l’époque cependant, cela semblait étrange – algemein signifie «général» ou «pour tout le monde», donc littéralement, le journal s’appelait le journal pour tout le monde. Mais le Rabbi a expliqué que cela transmettrait immédiatement l’impression au lecteur que ce journal était fait pour lui.

En outre, le Rabbi a déclaré que le journal ne devrait être lié à aucun groupe ou institution, y compris Habad. Il voulait un journal totalement indépendant, où chacun pouvait écrire ce qu’il voulait. C’était quelque chose que Gershon désirait aussi – qu’il exprime une variété de voix et d’opinions.

Il s’est avéré que Gershon écrivait une chronique régulière intitulée « Mein Meinung » – son article d’opinion. Mais si quelqu’un voulait écrire exactement le contraire de l’opinion de Gershon, il l’imprimait aussi. Et parfois, les gens l’attaquaient, pourtant il imprimait tout. C’était la particularité de l’Algemeiner Journal. En conséquence, il a attiré une grande variété de lecteurs vers le journal, pas seulement des lecteurs religieux.

Le premier numéro de l’Algemeiner Journal est sorti en kiosque le 25 février 1972. Et il s’est complètement vendu. Il n’y avait plus un seul exemplaire dans la ville – les gens se disputaient le dernier exemplaire. Ceux qui ne pouvaient pas l’obtenir suppliaient de l’emprunter.

Ce premier numéro a été un incroyable succès. Comme le fut le deuxième. En quelques mois, l’Algemeiner Journal a vraiment pris son envol. Il doubla sa diffusion dans les kiosques à journaux et devint un phare de la vie juive.

Ce n’était pas un journal Habad, même lorsque Gershon s’est assuré que toutes les ponts de vue du Rabbi devenaient le centre d’au moins certains des articles. Par exemple, des questions comme «Qui est juif ?» ou la campagne des Téfilines. De son point de vue, ces sujets n’étaient pas des sujets qui concernaient uniquement Habad mais tout le peuple juif.

Oui, Les Hassidim habad sortaient dans les rues pour encourager les Juifs à mettre les Tefilines, mais – comme le Rabbi l’a souligné à Gershon – c’était un commandement de la Torah. C’était la loi juive selon le Choul’han Arou’h, pas seulement une pratique Habad.

Le Rabbi a dit à Gershon que, de nombreuses fois, il ferait plus de bien pour la cause s’il ne mentionnait pas Habad. Gershon a écrit ses articles en suivant ce conseil.

À un moment donné, Gershon s’était plaint du fait que le journal n’était pas assez religieux. Alors il est allé parler au Rabbi à ce sujet. La réponse du Rabbi fut : « Je ne doute pas qu’il y ait aussi des personnes qui pensent que le journal est trop religieux ».

Et puis il a donné ce conseil à Gershon : « Un journal concerne les gens qui lisent les journaux et qui ne s’assoient pas pour étudier la Torah toute la journée. Dans le Algemeiner Journal, ils auront  au moins la possibilité de lire un article qui contient des mots de la Torah, parmi tous les autres articles qui les intéresse – comme des articles littéraires et culturels ou des articles d’excellents écrivains. Si vous ne leur donnez pas ces choses, ils n’achèteront pas le journal. Mais lorsqu’ils le feront, ils obtiendront également des paroles de Torah et des nouvelles sur les institutions religieuses et les événements religieux, ainsi que d’autres informations sur le Judaïsme . Si vous donnez cela à vos lecteurs, vous avez rempli votre mission.

C’était la sagesse du Rabbi, et Gershon suivit tous ses conseils. Et c’est grâce à cela que l’Algemeiner Journal avait un si grand succès.

%d blogueurs aiment cette page :