À la fin de février, quelques jours avant que la pandémie de coronavirus ne bouleverse le monde, le Rav Levi Shemtov s’est levé pour parler devant une salle comble de militants israéliens à Washington.

L’étage supérieur de la “synagogue of the Nation’s Capital”, comme son centre ‘Habad est appelé, était rempli. Les partisans d’Israël du monde entier ont convergé vers Washington pour la conférence politique annuelle de l’AIPAC, l’American Israel Public Affairs Committee,  un lobby créé en 1963 aux États-Unis visant à soutenir Israël, et environ 180 d’entre eux ont rejoint le Rav Shemtov pour le dîner du Chabbat.

Le vacarme de la conversation dans la pièce était si fort qu’il était difficile d’entendre ses camarades de table, mais cela ne fit qu’ajouter à l’excitation du moment. Combien de fois tant de Juifs, unis dans un même but, ont-ils l’occasion de passer ensemble le Chabbat dans la capitale nationale?

Au milieu du bourdonnement, le Rav Shemtov s’est levé et, avec des excuses pour le temps que cela pourrait prendre, a demandé à tout le monde dans la salle de se présenter. Ce qui au départ semblait être une corvée pesante était finalement révélateur. Dans cette seule pièce, qui sert également d’espace de congrégation les jours de semaine et Chabbat, il y avait des Juifs de tous les coins du monde: Venezuela, Australie, Autriche, Canada et Angleterre. Tous s’étaient rendus à Washington pour l’AIPAC, et le Rav Shemtov, comme un chef d’orchestre dirigeant son orchestre, a agrémenté leurs présentations de questions de suivi et de commentaires perspicaces.

Après qu’un quart environ de la salle eut terminé leurs présentations, une femme d’âge moyen s’est levée et a expliqué qu’elle était également venue à Washington pour faire pression sur son représentant au Congrès au nom de l’AIPAC et d’Israël. Mais son histoire personnelle était différente. Elle a expliqué qu’elle avait fait le voyage pour honorer la mémoire de son fils, un soldat américain tué au combat en Irak. D’une voix haletante, elle décrivit son héroïsme et son doux sourire, et les souvenirs qui dureront toute une vie.

Après avoir fini de parler, le Rav Shemtov fit une pause et remercia la femme pour son introduction sincère. Il a ensuite révélé qu’il avait lui aussi perdu un proche du combat en temps de guerre, son grand-père maternel, Eliezer Gershon Lazaroff, le père de sa mère, Rebbetzin Batsheva Shemtov, qui a été tué alors qu’il servait dans l’armée russe pendant la Seconde Guerre mondiale.

Et puis, un moment d’enseignement sur un sujet dans lequel le Rav Shemtov, malheureusement, est devenu expert: “Est-ce que tout le monde sait ce qu’est une maman Gold-Star?” demanda-t-il aux invités du Chabbat. Une maman Gold-Star est une mère qui a perdu un fils alors qu’il servait dans l’armée américaine. Leur siège national se trouve dans le même pâté de maisons, et il avait rencontré beaucoup d’entre eux en son temps pour représenter ‘Habad au cours de ses près de 30 ans en tant que directeur des Amis américains de Loubavitch (‘Habad). Ces femmes sont des héros, a-t-il dit, leur force est inimaginable. Il a ensuite demandé à tout le monde dans la pièce de se lever et de saluer le courage et le sacrifice du soldat perdu.

“Nous devons nous rappeler que la liberté n’est pas gratuite”, a déclaré le Rav Shemtov après la fin des applaudissements des invités. «Et donc, nous devons rester attentifs à ceux qui sont en première ligne et qui font ce qu’ils doivent, aux États-Unis et à l’étranger, afin que nous puissions faire ce que nous voulons en toute liberté, en particulier en ce qui concerne la pratique de notre foi.»

Tout au long d’une journée de travail pour le Rav Shemtov, qui, en plus de représenter les intérêts du mouvement ‘Habad-Loubavitch dans la capitale, est également le Rav qui supervise la cacherout des installations de cuisine de la Maison Blanche pour les événements juifs, préside la cérémonie d’éclairage de l’énorme Menorah de ‘hanouccah sur l’Ellipse de la Maison Blanche, et est le Rav d’un synagogue en présence de membres du Congrès et du personnel de la Maison Blanche, dont deux membres clés, Jared Kushner et Ivanka Trump. Il possède également une liste de contacts qui fait l’envie de tous les lobbyistes de la capitale nationale et sert souvent de lien de référence lorsque des problèmes épineux surgissent pour les Juifs du monde entier. Le Rav Shemtov est, en un sens, l’homme des Juifs américains à Washington, et bien qu’il y en ait d’autres qui ont des rôles similaires, aucun d’entre eux ne peut dire qu’ils suivent les traces de leur père.

Dans les gènes
Le Rav Shemtov est né à Philadelphie en 1968, le cinquième enfant du Rav Avraham et de Batsheva Shemtov. Son père a été personnellement nommé par le Rabbi de Loubavitch, le Rav Menahem Mendel Schneerson, pour représenter ‘Habad-Loubavitch à Washington. Le Rav Shemtov était un jeune garçon lorsque son père a commencé à se déplacer de Philadelphie pour servir dans la capitale nationale dans les années 1970, et se souvient de sa première introduction au monde politique.

«Quand j’avais environ 14 ans», se souvient-il, «j’ai commencé à aider mon père à organiser des programmes pour la commémoration du 11 Nissan – l’anniversaire du Rabbi et une journée importante à ‘Habad consacrée à l’education», un événement qui est aujourd’hui appelé Journée de l’éducation et du partage. «Les sénateurs et les membres du Congrès ont régulièrement assisté au programme en l’honneur de cette occasion et c’était la première fois que j’interagissais avec de hauts responsables politiques.»

En tant que Ba’hour Yechiva, Levi Shemtov se rendait occasionnellement à Washington pour aider son père dans diverses tâches, en particulier pendant Hanoucca. Mais ce n’est que plus tard, après avoir épousé sa femme Ne’hama et que le Rabbi lui a demandé de déménager à Washington à plein temps au début des années 90. (Aujourd’hui, le Rav Avraham Shemtov est président d’Agudas Chassidei ‘Habad, l’organisation faîtière du mouvement international ‘Habad-Loubavitch.)

Près de trois décennies plus tard, le nom du Rav Levi Shemtov est connu dans tout Washington: il a été appelé «le rabbin de la Maison Blanche» et «le rabbin de Capitol Hill». Mais lorsqu’on lui a demandé de se décrire, il a simplement dit: «Je suis le Chalia’h du Rabbi à Washington.»

Il n’a pas de rôle public officiel, mais les sénateurs et les députés le considèrent comme l’une des personnalité communautaire la plus compétentse de la capitale. «Je ne donne pas seulement une opinion politique, mais j’essaie plutôt de partager notre position en tant que juifs – surtout si cela implique quelque chose qui est important pour nous. La plupart du temps, cela se résume à une explication et une présentation. Cela peut concerner la Che’hita, la Brit milah, les questions pénitentiaires, le Chabbat, les problèmes de sécurité intérieure, les règlements de voyage ou toute autre chose », dit-il.

En outre, les émissaires ‘Habad des 4 500 centres ‘Habad-Loubavitch du monde entier se tournent souvent vers lui pour obtenir de l’aide lorsque des problèmes surviennent dans leurs communautés. “Barouh Hashem, ils n’appellent pas tous en même temps”, a-t-il déclaré. «Mais chaque jour, nous pouvons traiter jusqu’à 15 ou 20 différentes demandes en suspens dans différents endroits du pays et du monde.»

Ce ne sont pas seulement les sénateurs et les membres du Congrès et leurs assistants qui ont trouvé un ami dans le Rav énergique à la voix puissante. Il est proche des présidents américains depuis des décennies, de Bill Clinton et George W. Bush à Barack Obama et Donald Trump. Mais au-delà du domaine politique, le Rav Shemtov estime également qu’il a un autre rôle important à jouer.

«Je pense qu’une partie de ma mission est de présenter les fêtes juives aux gens de la Maison Blanche, au Capitole, au Pentagone et sur la scène internationale, ainsi qu’aux étudiants, aux jeunes professionnels et à la communauté en général, de manière significative. C’est pour qu’ils sachent ce que sont Roch Hachana, Yom Kippour, Succot, Hanoucca, Pourim, Pessa’h et Chavouot. Il est important pour eux de comprendre nos traditions ainsi que nos valeurs. »

À ce titre, il visite des représentants du gouvernement avant presque chaque jour de Fête pour expliquer l’importance de la journée à venir. (En plus de Jared et Ivanka, il y a un certain nombre de hauts responsables juifs dans l’administration Trump, y compris le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin, le sous-procureur général Jeffrey Rosen, conseiller principal du président Stephen Miller, assistant du président et de Special International Représentant Avi Berkowitz, premier vice-conseiller Tom Rose, secrétaires adjoints au Trésor Moishe [Mitch] Silk et David Eisner, procureur général adjoint Makan Delrahim, et autres.)

Au cours de la première année de l’administration Trump, le personnel juif de la Maison Blanche qui n’a pas pu rentrer chez lui pour Pessa’h s’est tourné vers le Rav Shemtov pour organiser un Seder à la Maison Blanche le premier soir de la Fête. Il a accepté, à une condition: que tout soit complètement casher pour Pessa’h. Il a expliqué que même un juif qui ne garde pas les Fêtes et mange du ‘Hamets pendant Pessa’h a l’obligation  de manger un Kazait de Matsa à Pessa’h. Les membres du personnel ont finalement accepté.

La corde raide bipartite
Au cours des derniers mois, alors que COVID-19 s’est propagé à travers le monde, le Rav Shemtov a répondu à de nombreuses demandes des émissaires de ‘Habad pour soulever des questions préoccupantes. Il s’agit notamment des questions d’enterrement lors d’une pandémie, des Juifs bloqués dans des endroits éloignés et de la résolution de diverses complications diplomatiques. «Parfois, il y a des choses imprévisibles qui se sont présentées à moi et je dois essayer de leur donner 100% de mes efforts», dit-il.

Concernant les émeutes qui ont éclaté aux États-Unis à la suite de la mort de George Floyd, le Rav Shemtov a répondu à un certain nombre de demandes de renseignements émanant de hauts responsables du Congrès et de l’administration concernant la sécurité et la protection de ‘Habad et d’autres institutions. Il pense que le moment est venu pour les Américains de se rappeler quelque chose de fondamental concernant les droits et les responsabilités.

«La mort de George Floyd a été une terrible catastrophe, non seulement sur le plan racial mais aussi sur le plan humain», dit-il. «Les protestations sont un exercice fondamental de nos droits du Premier Amendement, mais elles doivent être non violentes et, dans la mesure du possible, ne pas se transformer en une guerre politique. Tout le monde est refoulé, depuis des mois déjà, et la tension est compréhensible. Mais c’est à des moments comme ceux-ci que les têtes plus froides doivent prévaloir. »

Le Rav Shemtov traite généralement les questions au fur et à mesure qu’elles se présentent, mais il y a un certain nombre d’événements de haut niveau que ‘Habad-Loubavitch à Washington organise chaque année. En plus d’un dîner de gala annuel qui honore les hauts fonctionnaires des deux partis politiques, la cérémonie d’éclairage de la Menorah géante attire l’attention des médias à travers le pays et comprend toujours des membres du cabinet et du Congrès, ainsi que des hauts fonctionnaires de la Maison Blanche. Un autre avantage, dit-il, c’est la possibilité d’expliquer l’histoire de Hanoucca à une nation tout entière.

“L’Amérique veut savoir qui nous sommes et pourquoi nous faisons ce que nous faisons”, dit-il, “et une présentation respectueuse aide à favoriser l’amitié et la compréhension et réduit les soupçons. Lorsque nous sommes en plein air et que nous expliquons ce que nous faisons, les Américains sont généralement assez réceptifs au message. »

En cette période la plus partisane de Washington, le Rav Shemtov dit qu’il est important de ne pas favoriser un parti plutôt qu’un autre, mais ce n’est pas toujours facile. «Une fois, quelqu’un m’a demandé ce que je fais chaque jour», dit-il, «et j’ai dit que je marchais sur une corde raide sur un puisard en camisole de force et que je devais danser. Ce n’est pas facile de parcourir les différences entre conservateurs et libéraux, démocrates et républicains. »

Et cela vaut également pour la façon dont il interagit avec les Juifs non observants. «De nombreux Juifs sont matériellement riches et sans abri spirituel», dit-il. «Nous essayons de les atteindre avec ouverture.»

Howard Tzvi Friedman, ancien président et président du conseil d’administration de l’AIPAC et actuel président du conseil d’administration de l’Union des congrégations juives orthodoxes d’Amérique, décrit le Rav Shemtov comme l’une des voix les plus influentes de Washington. «Il l’a fait en retournant chaque appel dans l’heure et en aidant chaque personne qui a besoin d’aide», explique Friedman.

Tout aussi impressionnant est la façon dont il se déplace avec aisance parmi les différentes «tribus» de la communauté juive américaine, ajoute William Daroff, directeur général de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines. «C’est un ami très cher et un sage conseiller pour moi et pour beaucoup ici à Washington et dans le monde juif», dit Daroff. «Il tend la main aux orthodoxes, aux conservateurs et aux réformistes et rassemble les gens. C’est quelqu’un à qui tout le monde fait confiance pour faire avancer l’agenda communautaire juif. »

Juste les bons mots
Il ne révélera pas trop sur les missions sensibles qu’il a entreprises au fil des ans, mais il on peut de dire que grâce à ses efforts, il a amélioré la vie des Juifs du monde entier. À titre d’exemple, il raconte l’histoire d’un homme d’affaire qui lui a demandé d’organiser une réunion avec le président d’un comité du Congrès qui envisageait un changement qui aurait un impact profond sur sa communauté. “Peut-être qu’il se sentait un peu inhabituel de tendre la main à un Chaliach ‘Habad”, dit-il. «Mais nous sommes des amis personnels et ma réponse a été:« Nous sommes peut-être venus ici sur des navires séparés, mais nous sommes maintenant dans le même bateau. Nous devons faire attention les uns aux autres. »

«Nous sommes tous les deux venus au Capitole, avons rencontré le président du comité et avons résolu le problème. Lorsque nous sommes sortis de la réunion, il m’a demandé comment j’avais pu organiser une réunion si rapidement. J’ai répondu que le Chalia’h ‘Habad dans le district rural du membre du Congrès est très proche d’un bon ami du membre du Congrès. Et j’avais expliqué au personnel du président que cette affaire était «très importante pour le Klal Israel»… mais en particulier pour le rabbin qui vit dans le quartier. L’appel de suivi de l’ami du membre du Congrès l’a scellé.

“Je pense que c’est un exemple qui illustre très bien la relation entre les différentes communautés en Amérique”, ajoute-t-il. «Chacun a ses divers intérêts et ses visions, bien sûr, mais finalement, lorsque les gens ont besoin de présentations ou de connexions, ils me contactent et j’essaie de faire tout ce que je peux. Je pense qu’ils en feraient de même pour moi. »

Le Rav Shemtov dit qu’il travaille régulièrement avec d’autres grandes organisations juives américaines, y compris Agudath Israël d’Amérique, l’Union orthodoxe et même un certain nombre de groupes et d’organisations non orthodoxes sur des questions d’intérêt commun.

Le Rav Shemtov a également réussi à influencer diverses questions de politique étrangère, parfois de manière détournée. Il y a une dizaine d’années, un envoyé spécial du Département d’État a été nommé pour surveiller et combattre l’antisémitisme et une réception spéciale a eu lieu à Capitol Hill, organisée par cinq organisations et réunissant 160 diplomates.

«Quand est venu mon tour de parler, j’ai remarqué que l’ambassadeur saoudien était arrivé. Vous ne pouvez pas manquer une telle chose, car il n’y a pas d’autre ambassadeur avec autant de gardes du corps, encore plus que l’ambassadeur d’Israël. J’ai réfléchi à la façon de reconnaître son entrée. J’ai décidé de m’adresser directement à lui: «Votre Excellence, vous retournerez sûrement bientôt au royaume et vous parlerez à Sa Majesté. Veuillez lui dire, au nom du peuple juif, que nous n’avons rien en soi contre personne. Mais il y a un problème qui fait rage et qui a commencé comme l’antisémitisme, qui est ensuite devenu un problème d’«État d’Israël» puis un problème «d’Amérique» puis un problème «occidental». Maintenant, il est devenu un problème mondial qui menace même le trône de votre propre royaume. J’espère que vous appréciez que si vous êtes avec nous, nous pourrons peut-être tous mieux atténuer le problème. Peut-être que le moment est venu où vous ne devriez pas nous voir comme des ennemis, mais comme des gens qui veulent, avec vous, atténuer la haine universellement.”

Le Rav Shemtov se souvient du silence dans la salle; les personnes présentes ont estimé que quelque chose d’important venait de se produire. «Quand j’ai fini, je suis descendu de la scène et tous les ambassadeurs arabes sont venus avec impatience me serrer la main.»

En effet, il les connaît bien et leur a dit en privé que la paix et la coopération au Moyen-Orient exigent que le monde considère Israël et le peuple juif non pas comme une récente intrusion occidentale dans la région, mais comme un peuple et un nation qui est là depuis des millénaires.

“Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai partagé le premier Rachi de la Torah – ce qui souligne la souveraineté de Hachem sur le monde, y compris Eretz Israel et nos véritables droits sur celle-ci”, dit-il. “Et devinez quoi? Tant de diplomates arabes avec qui je partage cela sont d’abord intrigués, mais ensuite nous sommes d’accord sur un point émotionnel et religieux.»

Des années plus tard, William Daroff se souvient de cet événement comme du début de l’ouverture entre les États arabes du Golfe et Israël.

“J’étais à une réunion historique avec le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn dans la maison du Rav Shemtov”, ajoute Daroff.

Pourtant, le Rav Shemtov souligne également que ce que l’on ne dit pas est souvent aussi important que ce que l’on fait. «Récemment, un certain ministre arabe des Affaires étrangères est venu dîner chez nous avec quelques autres diplomates arabes. L’un d’eux a vu une œuvre d’art que j’ai achetée à Meah Shearim il y a des années avec le pasuk ‘Im eshkache’h Yeroushalayim tishka’h yemini’, en lettres hébraïques dorées. Il a contempls l’objet pendant un certain temps et a ensuite demandé: «Rabbi, c’est beau, que dit-il ici? J’ai répondu: ‘Je te le dirai une autre fois, c’est un peu compliqué …’. Je savais que si je le lui disais tout de suite, cela conduirait à des disputes inutiles, et j’essaye d’éviter des situations inutiles. Dans mon rôle, vous devez faire preuve de discernement à propos de ces choses, prendre votre temps pour relayer correctement les informations, et pas seulement jeter des affirmation à quelqu’un qui pourrait ne pas l’apprécier ou y être prêt. Avec le temps, n’importe quel message est possible à transmettre, mais vous devez garder à l’esprit le destinataire.»

Présence capitale
Le synagogue du Rav Shemtov est relativement petite, mais elle est comme une résidence secondaire pour de nombreux hauts fonctionnaires. Chaque Chabbat, environ 100 personnes y sont présentes, mais pendant les Yamim Tovim et les Yamim Noraim, quelques centaines peuvent être présents. «Si vous venez pendant le Yamim Noraim, vous ne pourrez guère y entrer», dit-il. «À Pourim l’année dernière, 800 personnes sont venues célébrer la Fête.»

Parmi les anciens responsables qui ont fréquenté la synagogue pendant leur séjour à Washington, on trouve le sénateur Joe Lieberman, le chef de cabinet de la Maison Blanche et plus tard le secrétaire au Trésor Jack Lew, l’ancien secrétaire de presse de la Maison Blanche Ari Fleischer, le secrétaire à l’Agriculture Dan Glickman et d’autres. Parmi les participants actuels du synagogue figurent le secrétaire adjoint au Trésor Moishe Silk, le secrétaire adjoint au Trésor David Eisner et l’assistant du président Avi Berkowitz.

Le Rav et Shemtov et son épouse accueillent régulièrement une grande table de Chabbat dans leur maison. En plus de leurs sept enfants, les Shemtov invitent également des diplomates, des universitaires, des personnalités communales et des responsables gouvernementaux à partager un repas de Chabbat. Et il y a presque toujours des étudiants juifs.

«Nous travaillons beaucoup avec les étudiants juifs et les jeunes professionnels ici parce que je crois qu’ils sont notre avenir», explique-t-il. «Et s’ils sont la génération émergente, alors quoi de plus important pour eux que de voir un vrai foyer juif? Mon sentiment est que si les jeunes voient les Juifs avec fierté dans leur Yiddishkeit, c’est l’une des meilleures choses qui puisse sortir de notre rôle ici. ”

Mme Nechama Shemtov est une puissance à part entière. En plus de s’associer et de soutenir son mari, elle a fondé et dirige Aura Jewish Women, qui œuvre «pour rapprocher les femmes juives de premier plan de la capitale nationale de leur héritage et les unes des autres». Un cours virtuel qu’elle a récemment organisé a attiré près de 4 000 téléspectateurs.

Le Rav et Shemtov et son épouse forment déjà la troisième génération de représentants du Rabbi  à Washington. Leurs gendres et filles sont actifs dans la Chli’hout et leur fils, le Rav Mena’hem Shemtov, les a récemment rejoints après avoir étudié dans un Kollel en Israel.

«À certains égards, je pense qu’il sera meilleur que moi parce que contrairement à moi, qui, enfant, était intéressé mais peu impliqué dans ce qui se passait à Washington, mes enfants savent déjà comment faire ce travail. Ils nous observent de près depuis plus de 25 ans », explique le Rav Shemtov. «Je n’ai pas fait le Seder à la Maison Blanche il y a deux ans – ils l’ont fait. J’ai dirigé le Seder communal dans notre synagogue. Pendant que je faisais cela, mes enfants ont partagé toutes les explications et commentaires au Seder de la Maison Blanche, comme un petit cours. Ensuite, ils ont exécuté le Seder dès que le temps l’a autorisé. Cela a très bien fonctionné.»

Le Rav Shemtov est heureux que ses enfants se sentent si à l’aise avec des personnalités politiques, mais pas pour la raison à laquelle on pourrait s’y attendre. «La vérité, c’est que je ne veux pas qu’ils soient impressionné par le prestige d’un autre être humain», dit-il. «Je pense que l’une des choses fondamentales qui m’aide dans ma Chli’hout est le fait que, Barou’h Hashem, je n’ai vraiment peur de personne et ne vis pas avec un sentiment d’être impressionné par les personnes que je suis privilégié de rencontrer. C’est bien parce que cela m’aide à me protéger des situations où je sentirais que je ne peux pas dire ce qui doit être dit. »

Il réfléchit un instant puis ajoute franchement: «J’aspire à transmettre à nos enfants le sentiment que même lorsque vous êtes entouré des personnes les plus influentes du monde, votre vraie peur ne doit venir que du Roi des rois.»

Il dit que malgré plus de deux décennies au travail, il se sent toujours excité par son travail quand il se réveille chaque matin. «Le jour où je ne ressens pas cela, dit-il, ce sera le jour où Hachem décidera que j’ai terminé ma Chli’hout.»

Comme tout le monde
Ce dernier Yom Kippour, une femme âgée est entrée dans le synagogue du rav Shemtov, et a lentement fait son chemin à travers la section des femmes. Elle marchait difficilement et il n’y avait pas de sièges disponibles (le synagogue du Rav Shemtov offre des sièges gratuits, avec paiement facultatifs.) Mais aucune des femmes ne l’a remarquée – à part Ivanka Trump, qui était assise au premier rang.

«Dès qu’elle a remarqué la femme âgée, elle s’est levée et a renoncé à son propre siège», raconte le Rav Shemtov. «[Ivanka] est restée debout pour le reste de la prière, même si la journée a été rapide. D’autres lui ont offert leurs sièges, mais elle a refusé.

«J’ai été très ému par cet épisode. Il est facile de se comporter correctement lorsque vous êtes sous les reflets des caméras, des lumières et des médias. Mais le faire le jour de Yom Kippour, quand personne ne photographie ou ne vous suit, vous montrez quelque chose sur vos qualités véritables. Plus tard, on m’a dit que cela avait également profondément marqué de nombreuses autres jeunes femmes qui priaient. »

Le Rav Shemtov a déclaré que les Kushners sont arrivés pour la première fois dans le synagogue peu de temps après l’investiture du président Trump et qu’il a été immédiatement impressionné par leur humilité. «Ils ont tendance à éviter les honneurs et à se fondre simplement dans le synagogue avec les autres fidèles. Ils entrent comme tout le monde [leurs importants détails de sécurité maintiennent une distance respectueuse] et prennent le temps de parler à tout le monde, et leurs enfants jouent avec les autres enfants. Ils ne montrent vraiment pas leur statut. Et les gens l’apprécient. ”

Comment faire un toast pendant les neuf jours
Il n’est pas toujours facile d’être juif hassidique à Washington, où il n’y a pas une grande communauté orthodoxe, mais le Rav Shemtov habille toujours le rôle – avec un costume et un chapeau – et est fidèle à la hala’ha en toutes circonstances. Cela a conduit à quelques incidents amusants.

Il y a plusieurs années, pendant la période des Neuf jours, le Rav Shemtov a été invité à un dîner chez l’un des ambassadeurs à Washington. La restauration pour tout le repas était Lamehadrin et le menu comprendrait du poisson et des laitages  ‘Halav Israel, permettant au Rav d’éviter de manger de la viande pendant les Neuf Jours.

Mais quelques jours avant l’événement, il a été informé qu’il devait porter un toast avec du vin mevoushal que le personnel de l’ambassadeur avait commandé pour la soirée. Que faire?

«J’ai contacté l’ambassadeur et je lui ai expliqué que pendant les Neuf jours, je ne boirais peut-être pas de vin, mais je pourrais choisir de faire Le’haim sur du thé glacé. J’ai expliqué en outre que je pouvais faire un Le’haim sur le vin, à une condition. Il faudrait que j’effectue un siyoum pendant l’événement. L’ambassadeur est resté silencieux pendant quelques longs moments, et m’a finalement dit que si je pouvais promettre que le siyum ne prendrait pas trop de temps, et j’expliquerais à tout le monde pourquoi je le faisais, alors ce serait possible.

“Et c’est ce qui s’est passé”, se souvient le Rav Shemtov. «Je suis arrivé au dîner, et environ 30 personnes assez importantes étaient assises autour des tables. Ils ont été très surpris quand j’ai fait un siyum sur un traité que j’avais appris. Je leur ai expliqué que c’était une solution hala’hique qui me permettait de boire du vin, alors que ce serait autrement interdit, et les invités ont écouté attentivement.

«Une demi-année s’est écoulée et un jour, je suis venu à la Maison Blanche pour discuter d’une question internationale très compliquée. Quand ce fut mon tour de parler, j’ai convenu que ce n’était pas une question facile et que je ne savais pas comment le résoudre. Soudain, une des personnes présentes – un haut fonctionnaire qui avait également été invité à ce dîner dans la résidence de l’ambassadeur – s’est tournée vers moi et m’a dit: «Mr le rabbin Vous avez trouvé une solution pour boire du vin un jour où les Juifs ne sont normalement pas autorisés à le faire. Vous ne trouvez pas de solution à ce problème? ‘ ” (Mishpacha, numéro 815)

WhatsApp Vous êtes témoin d'un événement?
%d blogueurs aiment cette page :