Le directeur exécutif de ‘Habad-Loubavitch d’Italie, le Rav Gershon Mendel Garelik, est décédé le 13 février Chabbat, après une longue maladie. Il avait 88 ans. Le Rav Garelik et son épouse, Rebbetzin Bassie, étaient parmi les pionniers du mouvement des Beth ‘Habad’.

 

Né en Union soviétique en 1932 du Rav Haim Meir et de Rivka Garelik, Gershon Mendel a été éduqué dans les écoles clandestines de ‘Habad, où son père était enseignant. La vie sous le régime communiste a fait de l’éducation juive et de l’observance religieuse des crimes punissables, et la peur a été une constante dans son enfance.

Après la Seconde Guerre mondiale, lui et sa famille ont été sortis clandestinement d’URSS et se sont installés en Israël. Alors que son père continuait à enseigner, Gershon Mendel, aujourd’hui jeune homme, s’est impliqué dans l’inscription de jeunes enfants dans des écoles religieuses.

Adolescent, le Rav Garelik s’est rendu plusieurs fois à New York, où il a rencontré le Rabbi et assisté à des rassemblements Hassidiques, pour finalement rester étudier en vue de l’ordination Rabbinique dans la Yéchiva du centre de Loubavitch.

En 1958, il épouse Basya Posner, dont les parents dirigent une école Loubavitch à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Moins d’un an plus tard, le Rav nomme les jeunes mariés comme ses émissaires à Milan, en Italie.


Le Rav Garelik lors d’une réunion avec l’ancien Premier ministre italien Giulio Andreotti, 1992. (Crédit photo : Archives Loubavitch)

 

C’était un cri de ralliement : « Allez dans le désert ! » a déclaré le Rav Garelik à propos de sa nomination. Au début, c’était effectivement une région sauvage pour le jeune couple, qui ne parlait pas l’italien et peu l’anglais. Mais cet été-là, ils avaient établi un camp, un restaurant casher, et commencé à nouer des relations avec la communauté juive locale.

Avec ses yeux pétillants, sa patience et son charisme, le Rav Garelik a touché le cœur de nombreux Juifs. « Il était toujours discret, attentif, avec un bon mot pour chacun », dit le président de la communauté juive de Milan, Milo Hasbani.

Le couple Garelik a rapidement créé une école, des programmes pour les femmes et des classes d’éducation pour adultes. Sous sa direction, ‘Habad à Milan s’est développé pour inclure six centres et une maison d’édition juive. Aujourd’hui, une quarantaine de représentants de ‘Habad sont au service des dix mille Juifs de la ville.

Walker Meghnagi, ancien président de la communauté juive de Milan, rappelle le manque de vie juive dans la ville après la Seconde Guerre mondiale : Le Rav Garelik a touché des gens « qui étaient loin de la religion et les a rapprochés de l’observance juive ». Aujourd’hui, note-t-il, la plupart de ceux qui fréquentent la synagogue de Milan le font grâce aux efforts du Rav Garelik. « C’était un homme extrêmement sage ».

Le manque de connaissances des juifs italiens a fait que le Rav Garelik a passé une grande partie de sa vie, comme son père, à enseigner. Et bien qu’il ait fini par créer le Centre Rabbinique d’Europe, fondé une agence de supervision de Cacherout et dirigé un vaste réseau de centres ‘Habad, beaucoup se souviendront de lui comme d’un instructeur aimable et patient. « Il nous a fait découvrir les enseignements des Sages, en particulier ceux du hassidisme et de Maïmonide », a écrit Edoardo Fuchs, professeur à l’Université catholique du Sacré-Cœur, qui a étudié à l’école Loubavitch de Milan lorsqu’il était enfant. « Il était toujours à l’écoute de chacun d’entre nous ».

 

 

 

 

 

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars