Le Premier ministre, les ministres de la défense et de la santé conviennent de ne pas imposer de nouvelles restrictions COVID-19 pendant ‘Hanouccah suite à l’opposition de ministres.

Le gouvernement n’imposera pas de nouvelles restrictions pendant la fête de ‘Hanouccah malgré la hausse continue des cas de coronavirus, a-t-on annoncé jeudi après-midi.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu, le ministre de la défense Benny Gantz et le ministre de la santé Yuli Edelstein ont convenu d’attendre la fin de la fête pour envisager de telles restrictions, suite à l’opposition de plusieurs ministres du gouvernement.

La proposition de couvre-feu de nuit sera retirée de l’ordre du jour et les restrictions prévues par le programme de restriction renforcé du Conseil national de sécurité n’entreront en vigueur que lorsque le nombre de nouveaux cas de coronavirus atteindra 2 500 par jour.

Selon le projet de recommandations du ministère de la santé qui a été soumis aux ministres, du 10 au 18 décembre, de 17h30 à minuit, il aurait été interdit aux citoyens de séjourner dans des maisons autres que leur lieu de résidence dans les localités à majorité juive.

La proposition d’appliquer une interdiction des rassemblements en plein air de plus de 10 personnes, y compris lors des prières, a provoqué la colère des partis haredi et le ministre, le Rav Rafi Peretz, a également déclaré qu’il s’y opposerait sous sa forme actuelle.

Au début de la réunion du cabinet, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que « la morbidité en Israël est parmi les plus faibles du monde entier ».

« Il y a ce qui est dit dans les médias et il y a les résultats sur le terrain. Cependant, nous sommes au début d’une troisième vague », a déclaré M. Netanyahou.

Le ministère de la santé a écrit aux ministres avant que le gouvernement ne discute des restrictions, que « les indices de morbidité fixés pour une plus grande ouverture de l’économie comprenaient des conditions de moins de 500 nouveaux cas par jour, et un taux d’infection de moins de 0,8. Cependant, ces deux conditions sont loin d’être réunies. Israël avance vers une vague de maladies similaires ou plus graves que la deuxième vague ».

%d blogueurs aiment cette page :