D’importants Rabbanim orthodoxes ont décidé que l’on doit éviter d’aller dans les hôpitaux et autres lieux publics où des tests de température sont effectués aux entrées, même si cela se fait avec une caméra thermique informatisée et sans intervention humaine. Cependant, ils ont précisé qu’il est permis de violer cette directive s’il existe un danger.

Des Rabbanim orthodoxes et des poskim (législateurs juifs) renommés ont décidé d’interdire l’accès aux lieux publics où des contrôles manuels ou automatiques de la température sont effectués pendant le Shabbat, car cela pourrait impliquer une profanation du jour saint. L’interdiction ne permet pas non plus de fréquenter les centres médicaux – sauf si la personne personne est en danger.

Pour résoudre le problème, les Rabbanim et les poskim ont indiqué que pour se rendre dans ces lieux, des employés non juifs devaient effectuer ces tests.

Une lettre publiée par cinq grands Rabbanim et poskim de Jérusalem et de Bnei Brak, dont le Rav Shariel Rosenberg, le Rav Zvi Rosenblatt et le Rav Itzchak Mordechai Hacohen Rubin, se lit comme suit: «Concernant le contrôle de la température des personnes entrant dans les hôpitaux et dans d’autres lieux publics, l’interdiction de transgresser le Chabbat suscite des inquiétudes.

Les chefs religieux ont noté qu ‘ »il y a une interdiction lorsque le test est effectué manuellement par le gardien à l’entrée du site et pour les endroits où il y a un système de « caméra thermique et où la température apparaît sur un écran »

La lettre indiquait également que « bien que l’accès à ces sites le jour du Chabbat soit interdit, les personnes dont la vie est en danger sont autorisées à se rendre dans ces endroits ». Et ils ont ajouté: « La bonne façon d’agir pour que ceux qui ne sont pas en danger puissent entrer sur le site est qu’un garde non juif à l’entrée effectue les tests de température. »

Le Rav Abraham Reznikov, Rav de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv, était en désaccord avec l’interdiction des chefs religieux. « D’un point de vue hala’hique, à la fois l’autorisation d’utiliser des caméras de sécurité dans le quartier juif de Jérusalem et les caméras thermiques qui montrent la température d’une personne dépassent la norme. »

Le Rav Abraham Reznikov a ajouté que l’autorisation des tests de température représente une violation moins grave, car contrairement aux caméras de sécurité, les caméras thermiques ne stockent pas d’informations.

%d blogueurs aiment cette page :