Les islamistes ont déclaré la guerre à la France, a déclaré un haut responsable des Juifs français à la suite de multiples agressions, dont le meurtre de trois personnes dans une église de Nice.

 

Gil Taieb, vice-président du CRIF, a fait ces commentaires jeudi sur son compte twitter en référence à la décapitation d’une femme et au coup de couteau mortel de deux autres personnes dans une église de Nice.

L’agresseur criait «Allah hu akbar» – en arabe avant d’être blessé par la police et transporté d’urgence à l’hôpital, a rapporté Le Monde.

Jeudi également, un autre homme a tenté de poignarder des policiers aux cris de «Allah hu akbar» à Avignon, une autre ville du sud de la France située à environ 120 miles à l’ouest de Nice. Il a été abattu et est mort des suites de ses blessures, a rapporté Europe1 . Les rapports initiaux ne précisaient pas si les autorités pensaient que les incidents étaient liés.

«Les islamistes nous font la guerre!» a écrit Gil Taïeb sur Twitter. «Nous sommes unis contre la barbarie islamiste.»

Les incidents font suite à des manifestations dans le monde musulman contre un plan d’action contre l’islam radical poussé par le président français Emmanuel Macron. Il comprend l’interdiction de l’enseignement à domicile pour éliminer les écoles islamistes clandestines et la limitation du financement étranger pour les lieux de culte, a déclaré Macron.

Par ailleurs, des violences ont éclaté mercredi dans au moins trois banlieues de la ville de Lyon, situées à environ 120 miles au nord d’Avignon. Des centaines de jeunes hommes d’origine turque ont agressé des habitants de banlieues à forte population arménienne, a rapporté France Bleu.

Les affrontements étaient liés aux combats meurtriers entre l’Azerbaïdjan, une nation à majorité musulmane dont les résidents ont des liens culturels et linguistiques avec la Turquie, et l’Arménie.

Le CRIF a condamné les auteurs de ces agressions et a déclaré sur Twitter que l’incitation perçue par le président turc Recep Tayyp Erdogan y avait un rôle. Erdogan a déclaré que Macron avait besoin d’un «traitement mental» et a évoqué l’Holocauste pour condamner le plan anti-islamiste de Macron. JTA

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :