WHATSAPP : 00972 587 358 770 hassidout.org@gmail.com

Par Hershel Rosenbluh pour Anash.org

Le jeune Tsema’h Halevi Gurevitch est devenu orphelin à l’âge de douze ans environ. Son père, le ‘Hassid Reb Itché der Matmid, voyageait souvent pour ramasser le Maamad et enseigner à ‘Hassidout . Quand il était «chez lui», il passait la majeure partie de la journée à apprendre.  Tsema’h le rejoignait souvent lors de ses voyages.

Pour Tichri 5678/1917, Tsema’h s’est rendu à Rostov pour se rendre chez le Rabbi Rachab. Il se souvient qu’environ 300 personnes étaient entassés dans une pièce pouvant à peine en contenir 50, et que de l’eau ruisselant des murs et du plafond en raison de la chaleur. Il ne méritait d’entrer en Ye’hidout que pendant le mois de Tichri et se rappelait toujours que le Rabbi Rachab lui avait dit le verset «Ki Leka’h Tov Natati La’hem». Ceci, après que son père se soit plaint au Rabbi Rachab que son fils  n’aimait pas apprendre.

Tsema’h avait déjà été envoyé à la Yeshiva à l’âge de 10 ans. Au cours des années suivantes, il étudia à la Yeshiva de Rostov, Krementchug et Nevel. En 5690/1930, il fut nommé Machgia’h à la Yeshiva de ‘Herson.

En 5693/1933, il épousa Hanna Rivkah, fille de Reb Aron Tumarkin, Rav de Kharkov. Au cours des prochaines années, il réussit à éviter le Hilloul Chabbat en travaillant chez lui en fabriquant des pulls. Les années suivantes passèrent relativement tranquillement pour Reb Tsema’h et sa famille.

À Chouchan Pourim 5699/1939, Reb Tsema’h a été arrêté avec plusieurs autres ‘Hassidim de Kharkov. Ceci, après que beaucoup d’entre eux se soient cachés et n’aient pas dormi chez eux par peur d’être arrêtés. Ce jour-là était un jour férié et ils ont pensé qu’il était sécuritaire pour eux d’être à la maison, mais le KGB a choisi ce jour-là intentionnellement, sachant qu’ils seraient une proie facile.

Bientôt, la Fête de Pessah allait arriver et il n’y avait pas de Matsot, de vin ou de nourriture casher pour la fête. Reb Tsema’h a donc du jeûner pendant les huit jours, à l’instar de certains autres prisonniers. Plus tard au cours de la même année, après de nombreux interrogatoires et tortures, il a été condamné à des travaux forcés de trois à quatre ans en Sibérie.

Au cours des années suivantes, il fut sauvé plusieurs fois de la mort et, en 1946, après avoir retrouvé sa famille qui s’était échappée à Samarcande, il faisait partie des Eshalonim (caravanes) qui avaient fui la Russie avec un passeport polonais. En tant que condamné évadé, il était particulièrement recherché,mais, par miracle, son train ne s’est pas arrêté à la frontière comme les autres, de sorte que la police soviétique n’a pas pu l’attraper.

De là, il a rejoint un groupe de Cho’htim qui s’est rendu en Irlande pour se rendre ensuite en Erets Israel. Lui et sa famille ont rejoint un groupe qui s’est rendu en France, mais au lieu de rejoindre les groupes dirigés vers les États-Unis et Erets Israel, il s’est rendu à Cuba, où le gouvernement encourageait l’immigration et accordait des avantages très intéressants à ceux qui allaient vivre. Là.

Après avoir constaté la situation difficile concernant le Judaisme, Reb Tsema’h et son épouse étaient prêts à partir peu de temps après. Mais le Rabbi précédent  y voyait une occasion de diffuser le Judaisme parmi les 10 000 juifs qui n’avaient que très peu de services religieux. Pendant environ deux ans, il travailla comme Cho’het et réparait le Mikve qui était encore en service là-bas. Son travail a porté ses fruits et beaucoup ont été influencés à vivre une vie de Torah et de Mitsvot .

Reb Tsema’h souhaitait beaucoup que ses filles reçoivent une éducation qui leur manquait tant; il a donc demandé et obtenu du Rabbi precedent l’autorisation de le rejoindre à New York. Le Rabbi précédent a demandé l’aide de son secrétaire, Reb Moshe Leib Rodshtein, qui était aussi l’oncle de Tsema’h pour organiser les documents nécessaires. Malheureusement, le Rabbi précédent quitta ce monde le 10 Chevat et Reb Tsema’h et sa famille ne sont arrivés qu’en Adar 1950. Après son arrivée à New York, il a travaillé pendant de nombreuses années comme Cho’het .

L’attachement  de Reb Tsema’h au Rabbi était unique. La veille de Roch Hachana 5711/1950, il était l’un des rares à accompagner le Rabbi au Ohel du Rabbi précédent sous une pluie battante. Il évitait de demander au Rabbi le Kos Shel Bra’ha, affirmant qu’il ne souhaitait pas « voler le temps précieux du Rabbi ». Ce n’est que beaucoup plus tard qu’il accepta de s’assoir à deux rangées seulement. derrière le Rabbi pendant les Farbrenguen.

Après avoir pris sa retraite, il passait son temps à étudier; Il a très peu parlé de son passé, malgré ses grandes réalisations dans la sphère publique, ainsi que ses réalisations personnelles.

Il a quitté ce monde le 18 Tammuz 5761/2001 à l’âge de 94 ans.

 

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP