Lorsque le vol du Rav Levi Sudak entre Londres et New York a été dérouté dans une petite ville de Terre-Neuve, au Canada, il s’est rappelé l’enseignement de Saint Baal Shem Tov selon lequel, partout où vous allez, vous êtes dirigé par la providence divine.

 

Résultat de recherche d'images pour "Levi Sudak"La date était le 11 septembre 2001, une semaine avant Rosh Hashanah. Le Rav Levi Sudak, directeur de Chabad-Lubavitch of Edgware, une ville britannique, située dans le district londonien de Barnet, avait prévu une visite d’une journée à New York. Il atterrirait à l’aéroport JFK, prendrait un taxi pour se rendre au Ohel à proximité, prierait pour une bonne et douce année et prendrait un vol pour Londres le lendemain soir.

Au lieu de cela, le Rav Sudak et 7000 passagers de 38 avions ont été redirigés vers Gander, au Canada. C’était ici, dans cette petite ville d’environ 9000 habitants, où ils devaient rester jusqu’à la réouverture de l’espace aérien américain.

«Tout au long de cette expérience, j’ai continué à me demander: pourquoi suis-je ici? Quel est le but de tout cela? ” . Au cours des prochains jours, il aura la réponse à ses questions.

 

“Come From Away”, spectacle diffusé à Broadway, Dublin et Londres : Le calvaire du Rav Sudak est raconté dans “Come From Away”, une comédie musicale primée par le prix Tony dans laquelle son personnage joue un rôle clé. Le spectacle est toujours diffusé à Broadway et, après une série de spectacles à guichets fermés à Dublin, il a récemment ouvert ses portes à Londres.

L’histoire se déroule dans la semaine qui suit les attentats du 11 septembre et raconte l’histoire vraie de 38 avions qui ont reçu l’ordre d’atterrir de façon inattendue dans la petite ville de Gander, dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador, au Canada, dans le cadre de l’Opération Ruban jaune. Les personnages de la comédie musicale sont basés sur de vrais résidents de Gander (et partagent dans la plupart des cas leur véritables noms) ainsi que certains des 7 000 voyageurs bloqués qu’ils ont été hébergés et nourris.

Les dramaturges se sont basés sur les heures d’histoires qu’ils avaient entendues lorsqu’ils se sont rendus à Gander le 10e anniversaire du 11 septembre, dont plusieurs à propos du Rav Sudak, bien que les trois ne se soient jamais rencontrés.

La comédie musicale a été reçue par le public et les critiques comme un rappel chaleureux de la capacité de bienveillance humaine même dans les moments les plus sombres et du triomphe de l’humanité sur la haine.

Sudak et ses compagnons «d’avionistes», comme les appelaient les habitants de la ville, ont été émerveillés par la gentillesse et la générosité des citoyens de la ville sans prétention. Après avoir appris l’avion dérouté, les habitants de Gander se mobilisèrent, convertissant tous les espaces possibles en abris et mettant en place des centres de communication afin que les passagers puissent contacter leurs familles. Les étagères des épiceries se vidaient alors que les habitants préparaient des repas pour nourrir les “invités” venus de 95 pays. De nombreuses familles ont accueilli des visiteurs dans leurs maisons privées.

Le Rav Sudak faisait partie des 500 personnes hébergées dans une école. Son premier défi fut d’organiser des repas casher. Eithne Smith , instituteur en charge du refuge, l’a aidé à mettre en place une cuisine casher et une salle de classe pour les offices. Comme c’était le mois d’Eloul, le son du Chofar de Sudak résonnait dans toutes les salles et apportait espoir et rappel de la foi en ce moment de panique et d’inquiétude.

Dans les magasins locaux, le Rav Sudak a acheté des ustensiles de cuisine de taille industrielle ainsi que du riz, des légumes et du poisson frais. Il a même trouvé de l’huile avec une certification casher. Le Rav Sudak a retroussé ses manches et, avec l’aide de volontaires, a offert de délicieux repas à 28 passagers qui respectaient la cacherout.

Pendant ce séjour, le Rav Sudak a rencontré Ed Brake, un survivant de l’Holocauste, qui avait caché son identité juive pendant des décennies. Dans l’Allemagne nazie, les parents de Brake l’avaient confié, ainsi que son frère, à une famille britannique, installée à Terre-Neuve. Leur famille adoptive a interdit aux frères d’exprimer quoi que ce soit qui puisse sembler juif à distance. À son retour en Angleterre, le Rav Sudak envoya à Brake des Tefilines, un tallit et un siddour. Il a appris plus tard par le fils de Brake qu’avant sa mort, Ed Brake avait demandé à être enterré dans le cimetière juif de la ville.

À l’approche du premier week-end, Sudak s’est rendu compte qu’il devrait passer un Chabbat à Gander. Il a été surpris de trouver deux bouteilles de vin Manischewitz dans le magasin d’alcool local et des bagels casher comme substituts de Halot. Eiran, un passager qui portait une robe de moine tibétain au safran et qui s’est avéré être le descendant d’une famille juive de premier plan, a passé des heures à éplucher des pommes de terre en chantant Shalom Aleihem . Il a demandé à réciter son propre Kiddouch.

Après Chabbat, Eithne Smith et son mari Carl, désireux d’aider le trio à atteindre une communauté juive pour Roch Hachana, les ont conduits à plus de 300 km pour prendre un vol à destination de New York. Sudak est arrivé chez ses proches à New York sept minutes seulement avant le coucher du soleil, la veille de Roch Hachana.

“Ce qui est le plus marquant ici, c’est l’énorme gentillesse de ces gens à une époque où le reste du monde était en pleine ébullition”, a déclaré le Rav Sudak. «Le message de la comédie musicale est extrêmement sacré. Cela nous enseigne que malgré les ténèbres qui nous entourent, nous sommes toujours des êtres humains, nous pouvons toujours nous soucier, nous pouvons toujours aider  les êtres humains qui nous entourent. ”

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
WhatsApp CONTACTEZ HASSIDOUT.ORG