A-t-on les moyens de maitriser sa pensée ? La Hassidout nous dit que nous pouvons au moins l’occuper par des pensées positives.

Ce petit récit nous éclairera sur cette question : Un homme vint, un jour, chez le Maguid de Mézéritch pour demander conseil. Il se plaignait de ne pouvoir se libérer des mauvaises pensées qui l’assaillaient et le gênaient pendant la prière.

Le Maguid lui conseilla de rendre visite au Tsaddik, Rabbi Zéev de Zitomir. Rabbi Zéev était, à cette époque, propriétaire d’une auberge.

L’homme dirigea ses pas vers le village de Zitomir et arriva à destination en pleine nuit. À sa grande surprise, personne ne répondit lorsqu’il frappa à la porte. Il attendit quelques minutes et frappa à nouveau, mais personne ne répondit. Il insista et comme il faisait très froid, il se mit à crier pour que quelqu’un vienne ouvrir : « Comment n’avez-vous pas pitié d’un pauvre homme ? »

Au lever du jour, la porte s’ouvrit. Il entra et séjourna là quelques jours. Pourtant, il ne comprit toujours pas pourquoi le Maguid l’avait envoyé chez Rabbi Zéev. Se décourageant, il décida de rentrer chez lui. Avant de quitter les lieux, il interrogea Rabbi Zéev et lui dit : « Je ne comprends pas ce que je suis venu faire ici ! Pourquoi notre maître m’a-t-il conseillé de venir chez vous ? » Rabbi Zéev sourit et répondit : « Je vais tout te dire : je voulais justement t’enseigner que l’homme est le seul maître chez lui. S’il ne veut pas la visite de l’étranger, il a la possibilité de l’empêcher de rentrer. Sache qu’il en est ainsi pour tes pensées ! »

Une Histoire Pour Samedi Soir Une anthologie d’histoires à partager Motsaé Chabbat Compilée Rav Eliahou DAHAN, Lille

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :