Vous me demandez si, de façon générale, il est judicieux de chercher à mieux gagner sa vie.

Il a déjà été répondu, à ce sujet, que l’on prélève, pour la Tsédaka, le dixième de ses gains et qu’il est même préférable de lui en consacrer le cinquième.

Selon Iguéret Ha Techouva et Iguéret Ha Kodech, de l’Admour Hazaken, on peut même y contribuer pour plus que cela (Car, la Tsédaka n’est pas moins qu’un traitement médical, pour lequel aucune limite n’est imposée.).

Il en résulte que, si les institutions ont besoin d’une contribution accrue, la Tsédaka et donc les gains doivent être plus abondants et plus larges.  En outre, les ‘Hassidim doivent avoir une vie large, y compris au sens matériel, car ceci leur apportera l’opulence spirituelle, c’est une évidence.

Le mérite de votre travail à Kfar ‘Habad et pour Kfar ‘Habad, là où D.ieu a ordonné la bénédiction, de même que pour les jeunes de l’association ‘Habad vous protégera et vous pourrez m’annoncer de bonnes nouvelles de tout cela.

Avec ma bénédiction,

LETTRE N° 7086