Sur la photo : L’émissaire Rav Friedman, aux côtés du Rav de la ville Rav Zion Cohen, de la maire Liat Shochat et du président du conseil religieux M. Danny Shmuel – lors d’une prière spéciale et d’une lecture de la Torah qu’ils ont tenues chez la famille Meïr.

 

L’émissaire du Rabbi à Or Yehuda, le Rav Menahem Mendel Friedman et son épouse, ont accompagné ces derniers mois la famille d’Almog Meïr qui a été enlevé à Gaza et a été miraculeusement libéré Chabbat par les forces de sécurité lors d’une vaste opération pleine d’abnégation. Les émissaires racontent la vérification et la réparation des Tefillines d’Almog, avec lesquels ils sont sortis faire Mivtsaïm, et la Mezouza qui a été trouvée à l’envers dans sa chambre.

 

Almog Meir, 22 ans, originaire d’Or Yehuda, avait été enlevé le 7 octobre dernier lors d’une soirée au club Nova dans la région de Reim. Retenu en otage par le Hamas à Gaza pendant 246 jours, il a été libéré Chabbat avec trois autre otages, lors d’un raid audacieux mené par les Forces de défense israéliennes, en coordination avec Tsahal et le Shin Bet. Son père Yossi Meïr est décédé quelques heures plus tôt d’une crise cardiaque sans avoir su que son fils avait été libéré.

L’émissaire du Rabbi à Or Yehuda, le Rav Menahem Mendel Friedman et son épouse, ont reçu avec émotion l’heureuse nouvelle de la libération de l’otage Almog Meir, un résident de la ville, dont ils ont eu le mérite d’embrasser et d’accompagner la famille au cours de ces derniers mois.

Immédiatement après son enlèvement, le Rav Friedman s’est rendu au domicile de la famille et a vérifié les Mezouzot et les Téfilines de la famille Meïr. Lors d’un premier examen, la Mezouza de la chambre d’Almog était fixée à l’envers (!) et les Téfilines ont été vérifiés et réparés.

Avec les tefillines d’Almog, après leur réparation, le Rav Friedman est sorti pour donner du mérite aux Juifs dans le cadre de la campagne Tefillines, et beaucoup ont accepté de les mettre en raison de l’émotion particulière suscitée par ses Téfilines et pour sa libération proche.

L’épouse du Rav Friedman a écrit au Rabbi avec la mère d’Almog, demandant une bénédiction pour sa libération, et a eu le mérite de recevoir une bénédiction spéciale dans les « Igrot Kodesh ». Dans la lettre, le Rabbi soulève le célèbre dicton « Pense bien et le bien arrivera », et c’est ainsi qu’on mérite de bonnes nouvelles. Mme Friedman a expliqué à la mère d’Almog la signification de ce dicton et lui a expliqué l’importance de la confiance parfaite en D.ieu, comme le Rabbi nous l’enseigne dans ses saints discours.

L’implication dévouée de l’émissaire du Rabbi et de son épouse auprès de la famille du jeune otage aura certainement contribué à maintenir l’espoir et la foi durant ces longs mois d’attente. Leur présence aimante et leurs actions, comme la vérification des Mezouzot et des Téfilines ou la demande de bénédiction au Rabbi, ont apporté un précieux réconfort spirituel.

Le fait que la Mezouza ait été trouvée posée à l’envers dans la chambre de Meïr est particulièrement troublant, mais heureusement ce problème a pu être réglé, ainsi que ses éfilines réparés par un scribe.

Le choix de Rav Friedman d’utiliser les Tfilines d’Almog lors de sa campagne est un beau geste symbolique, permettant de donner du mérite à de nombreux juifs tout en les associant au sort du jeune homme retenu en otage.

Enfin, le message plein d’espoir reçu dans la lettre du Rabbi, à savoir que le Bita’hon, la confiance totale en D.ieu mène à des événements positifs, aura sans doute aidé à garder espoir même dans les moments les plus sombres.

Nous pouvons espérer que la libération miraculeuse d’Almog Meïr Chabbat parachat Bamidbar, grâce à l’abnégation des forces de sécurité, soit le signe que les bénédictions et les actions vertueuses ont porté leurs fruits. Puisse cette heureuse conclusion apporter la paix et la consolation à la famille après cette terrible épreuve et l’espoir du retour de tous les otages le plus rapidement possible.