Boris Johnson, né en 1964 à New York, est un homme politique britannique, secrétaire d’État des Affaires étrangères et du Commonwealth de 2016 à 2018 et Premier ministre du Royaume-Uni depuis 2019.

Boris Johnson a remporté mardi le combat pour diriger le parti conservateur britannique au pouvoir et deviendra le prochain Premier ministre du pays, chargé de remplir sa promesse de conduire le Royaume-Uni hors de l’Union européenne.

Johnson a battu son rival Jeremy Hunt, remportant les deux tiers des suffrages sur environ 160 000 membres conservateurs. Il deviendra Premier ministre lors du transfert officiel de Theresa May mercredi.

Dans un bref discours mardi destiné à rassembler les fidèles du parti, Johnson a fait preuve d’optimisme et s’est engagé à mettre en place le Brexit, à unifier le pays et à vaincre l’opposition travailliste.

« Je pense que nous savons que nous pouvons le faire et que les gens de ce pays nous font confiance et nous savons que nous le ferons », a-t-il déclaré.

L’ancien ministre des Affaires étrangères et maire de Londres entretient des liens étroits avec la communauté juive britannique et est perçu comme un très grand ami d’Israel.

Dans les années 1980, alors qu’il n’avait que 16 ans, Boris Johnson s’est même porté volontaire dans le Kibboutz Kfar Hanassi, en Haute Galilée et a déclaré qu’Israël est un pays merveilleux qu’il admire.

Le mouvement de kibboutz israélien félicite Boris Johnson pour son élection au poste de Premier ministre – notant qu’il avait été volontaire dans un kibboutz situé dans le nord d’Israël.

Qualifiant Johnson de « véritable ami d’Israël », le secrétaire général de la fédération du mouvement des kibboutzim, Nir Meir, a annoncé qu’il inviterait Johnson à la conférence annuelle de cette organisation.

Johnson a fait du bénévolat au kibboutz Kfar Hanassi, au nord de la mer de Galilée, dans les années 1980, explique la déclaration de Meir à la presse. « Il a même travaillé dans les champs », assure le communiqué.

« Je suis convaincu que son passage au Kibboutz Kfar Hanassi dans le cadre du célèbre programme de volontaires a laissé une place chaleureuse dans son cœur pour Israël en général et les kibboutzim en particulier », a déclaré Meir, qui en a profité pour appeler le gouvernement à augmenter les fonds alloués aux kibboutzim, qualifiés d’outils de diplomatie publique « le plus efficace » dans l’arsenal israélien.

 

Avec les Chlou’him à Londres Rav Leivi et Rav Zalman Sudak

.

 

Abonnez-vous à Hassidout.org par Email

Saisissez votre adresse e-mail pour recevoir tous les nouveaux articles dans votre boite e-mail.

 
Widget not in any sidebars