Le maire élu a fait le voyage d’une semaine au Ghana pour marquer le 400e anniversaire de l’esclavage aux États-Unis. Proche du Mouvement Loubavitch,  s’est rendu dans le Beth Habad de la capitale.

 

Le maire élu Eric Adams, qui a souvent parlé de la façon dont nous devons « transformer la douleur en un objectif », comme il l’a fait en rejoignant la police de New York pour la changer de l’intérieur, après avoir souffert de la brutalité policière lorsqu’il était adolescent, s’est adressé à la foule, hier soir, dans le Beth ‘Habad de Accra, au Ghana (nation d’Afrique de l’Ouest située sur le golfe de Guinée), et a expliqué comment le Rabbi de Loubavitch l’a inspiré.

« Nous avons tous des blessures ouvertes à refermer », a déclaré M. Adams, qui portait une tunique africaine traditionnelle, lors d’un événement de Hanouccah. « Vous avez les blessures ouvertes de ce qui s’est passé dans l’Allemagne nazie ».

« Je suis venu ici pour refermer la plaie ouverte de l’esclavage et renouer avec mes ancêtres, qui, il y a des centaines d’années, ont quitté ces rivages en esclavage. Je suis revenu en Afrique en tant que maire de New York ».

« C’est parce que, quelle que soit la douleur que nous éprouvons, nous devons transformer cette douleur en un but. »

« Personne n’a mieux incarné cette idée que le Grand Rabbi de Crown Heights, qui a dit aux hommes et aux femmes de sa communauté d’aller à travers le monde et d’ouvrir des Beth Habad, et de répandre l’énergie et l’esprit du judaïsme ».

« Nous regardons les graines qu’il a plantées ».

M. Adams, qui avait précédemment expliqué qu’il se rendait au Ghana « pour y tenir un journal spirituel et prier », a expliqué que la transformation de nos traumatismes en actions positives est « ce que représente le miracle de Hanoucca : l’esprit et l’énergie d’une lumière qui ne s’éteint jamais, le miracle de l’huile qui brûle ».

Adams, qui a visité les camps de concentration en Pologne il y a plusieurs années, a expliqué qu’il comprend la douleur qui découle de l’ampleur de la violence avec laquelle « les hommes traitent parfois d’autres hommes. »

« Mais c’est l’occasion pour cette génération et ces enfants de montrer que nous sommes membres de la plus grande race vivante : et c’est la race humaine. Faisons en sorte que ce soit un Hanoucca sûr pour nos enfants, nos familles et l’humanité.

« Je suis heureux d’être ici, au Ghana, avec vous, pour montrer à quel point nous sommes un grand peuple. »

 

 Le Rav Israek Noach et Majesky et son épouse Alti, sont les Chlou’him du Rabbi à Accra, au Ghana.

Les Majesky et leurs 3 enfants se sont installés en 2015 à Accra de Crown Heights pour établir un nouveau centre Habad qui répond aux besoins juifs des habitants et des touristes de la région.

Ils ont été nommés par le Rav Shlomo Bentolila, Chalia’h en chef en Afrique centrale, en collaboration avec le Rav Moshe Kotlarsky, vice-président de Merkos Linyonei Chinuch.

 


Eric Adams s’était rendu au Ohel du Rabbi de Loubavitch avant son élection à la mairie de New York

%d blogueurs aiment cette page :