Parmi les avantages de la Torah , il y a la tranquillité de l’âme, qui est exempte de soucis en raison de sa confiance en D.ieu , tout comme un serviteur est tenu de placer sa confiance en son maître.

La tranquillité de l’âme résultant de sa confiance en D.ieu.

La confiance en D.ieu a son propre avantage inhérent. Le Baal Shem Tov enseigne qu’« une personne doit prier pour que sa confiance soit renforcée, car lorsque D.ieu désire punir, Il commence par enlever la confiance de cette personne en Lui » (Keter Shem Tov 382).

Cela peut être compris à la lumière d’une déclaration du Rabbi Maharach :

« Un Juif ne manque jamais de subsistance ; il est plutôt déficient dans sa confiance en D.ieu. Il y a une abondance de subsistance préparée pour chaque Juif ; cependant, si une personne manque de confiance, la subsistance ne lui parvient pas. » (Torat Shmuel 5626, p. 168).

Le Rabbi de Loubavitch explique que le Bita’hon est comme un robinet :

« lorsque nous avons le Bita’hon, le robinet est ouvert et nos bénédictions s’écoulent. Cependant, lorsque nous en manquons, le robinet est fermé »  (Torat Menachem, vol. 9, p. 124).

Un serviteur est lié à placer sa confiance en son maître. Le premier avantage du Bita’hon dans la vie religieuse est un état de tranquillité, qui nous permet de nous consacrer au service de D.ieu. L’auteur explique cela avec la parabole d’un serviteur qui doit compter sur son maître pour subvenir à tous ses besoins et qui ne se préoccupe que de sa responsabilité envers son maître. De la même manière, en tant que serviteurs de D.ieu, nous avons confiance que D.ieu prendra soin de nos besoins, et nous ne nous préoccupons donc que de l’accomplissement de nos devoirs envers Lui.

EN RÉSUMÉ
Le Bita’hon est comme un robinet : lorsque vous l’avez, le robinet est ouvert et vos bénédictions s’écoulent. Cependant, lorsque vous en manquez, le robinet est fermé.

Car une personne qui ne place pas sa confiance en D.ieu place sa confiance en une entité autre que D.ieu.

Si une personne ne place pas sa confiance en D.ieu pour prendre soin d’elle, elle place de facto sa confiance en une entité autre que D.ieu.

Il y a ceux qui, au lieu de faire confiance en D.ieu, placent leur confiance en eux-mêmes et en leurs propres capacités, en d’autres personnes – par exemple, les « professionnels » – ou dans les constellations, en attendant que leur étoile porte-bonheur brille (Pat Lechem ; Tov Halevanon). Tout cela va à l’encontre de la tranquillité obtenue en ne plaçant sa confiance qu’en D.ieu seul.

D’après une lettre du Rabbi de Loubavitch :

« Vous avez deux choix : jusqu’à ce que vous voyiez la réalisation de la bénédiction, vous pouvez être anxieux, craignant que, Dieu nous en préserve, la bénédiction ne se réalise pas. Même après que la bénédiction s’est réalisée, vous continuerez à vous inquiéter, vous demandant pourquoi vous avez gaspillé tant d’énergie à vous tracasser pour rien.
En alternative, vous pouvez avoir une foi et une confiance solides en Dieu, croyant qu’Il vous guidera sur le bon chemin et accomplira toutes les bénédictions qui vous ont été accordées. Puis, lorsque vous verrez la réalisation de ces bénédictions, vous pourrez vous dire : Regardez comment j’ai bien agi en ne m’inquiétant pas pour des choses qui ne méritaient pas d’être source d’inquiétude ! » (Iguerot Kodech du Rabbi de Lubavitch, vol. 4, p. 255).

EN RÉSUMÉ
Placez votre confiance en D.ieu et cette tranquillité d’esprit vous permettra de vous consacrer au service divin.

Si une personne place sa confiance en autre chose qu’en D.ieu, alors D.ieu retire Sa Providence divine de cette personne et la laisse entre les mains de l’entité en laquelle elle a placé sa confiance.

 

Cinq versets qui montrent comment :
1) une personne qui ne se fie pas à D.ieu doit se fier à une autre entité ;
2) en le faisant, elle amène D.ieu à retirer Sa Providence divine de cette personne.

Si une personne place sa confiance en autre chose qu’en D.ieu, alors D.ieu retire Sa Providence divine de cette personne, etc. Dans Moreh Nevuchim (III:51), Rambam explique que lorsque nous sommes séparés de D.ieu, Il est également séparé de nous, nous laissant exposés à tout malheur qui pourrait nous arriver.

C’est le sens du verset : « Et Je cacherai Mon visage devant eux, et ils seront dévorés, et de nombreux maux et troubles les atteindront. En ce jour-là, ils diront : ‘Ces maux ne nous arrivent-ils pas parce que notre D.ieu n’est pas parmi nous ?' » (Deutéronome 31:17). Il est clair que nous sommes la cause du voile divin, et que la séparation qui nous sépare de Lui est de notre propre fait.

Kli Yakar explique de manière similaire le sens du verset :

« Si vous traitez Mes commandements avec indifférence, alors Je vous traiterai avec indifférence dans Ma vengeance » (Lévitique 26:23-24). D.ieu dit que sa réponse à l’indifférence du peuple juif sera également Son indifférence. En d’autres termes, le retrait de la Providence divine de D.ieu d’une personne qui fait confiance à d’autres plutôt qu’à D.ieu n’est pas une punition, mais une conséquence naturelle.

L’existence d’une personne dépend de la Providence et de la bienveillance de D.ieu. Lorsqu’elle choisit de ne pas reconnaître cela et de placer sa confiance en quelque chose d’autre que D.ieu, alors D.ieu, pour ainsi dire, répond de la même manière : « Si tu ne reconnais pas cette réalité et que tu n’as pas besoin de Moi, alors Je retirerai effectivement Ma Providence de toi, et ton destin sera entre les mains de ce en quoi tu places ta confiance. »

Cela ne signifie pas que D.ieu retire véritablement Sa Providence de la personne ; plutôt, Il obscurcit Son implication.

Bien que tout dans le monde vienne de D.ieu, il existe deux niveaux de Providence divine :

  1. Providence interne. Dans cette couche supérieure, l’implication de D.ieu n’est pas cachée dans les phénomènes naturels, et Ses « empreintes digitales » sont tout à fait apparentes. La personne peut détecter une force surnaturelle qui guide sa vie.
  2. Providence externe. Dans cette couche inférieure, D.ieu est également la source ultime (car tout vient de D.ieu). Cependant, cela est dissimulé par des entraves naturelles. La personne ne peut pas détecter que D.ieu est impliqué et elle a l’impression de mener sa propre destinée – « une vie indépendante » – soumise aux caprices de la nature. Cela est dû au fait qu’elle a choisi de placer sa confiance dans des éléments changeants plutôt que dans D.ieu Lui-même (Likoutei Sichot, vol. 31, p. 171 et suiv. ; vol. 18, p. 199).

EN RÉSUMÉ
Pourquoi choisir l’anxiété quand vous pouvez choisir la tranquillité ? Choisissez le Bita’hon !

Et la personne qui place sa confiance en quelque chose d’autre que D.ieu sera comme celui dont il est dit (Jérémie 2:13) : « Car Mon peuple a commis deux maux : Ils M’ont abandonné, Moi, la source des eaux vives, pour se creuser des citernes, des citernes fissurées qui ne retiennent pas l’eau. »

Ce verset implique qu’une personne qui ne place pas sa confiance en D.ieu place automatiquement sa confiance en une entité autre que D.ieu. De plus, cela implique que tout comme les citernes fissurées ne retiennent pas l’eau, elle finira par perdre les bénédictions. C’est une source pour le concept avancé par l’auteur selon lequel la Providence divine de D.ieu est retirée de ceux qui ne se fient pas à Lui.
Car Mon peuple a commis deux maux. Ce verset met en évidence la double folie de se détourner de la confiance en D.ieu, qui est la source de tout. Une personne qui ne place pas sa confiance en Lui abandonne essentiellement la source – la source de l’eau dans les citernes – et place plutôt sa confiance en quelque chose d’autre que D.ieu. Ces « autres » ne sont que de simples « récipients » par lesquels D.ieu pourvoit à Son peuple et sont, sans la providence de D.ieu, des citernes fissurées (Tov Halevanon).

EN RÉSUMÉ
Comptez sur D.ieu et recevez Sa Providence.

D.ieu. L’eau dans le verset fait référence aux bonnes choses qui nous sont accordées. D.ieu est appelé la source des eaux vives, car le bien qui vient directement de D.ieu est comme de l’eau vive, qui
1) provient directement de la source et
2) n’est soumise à aucune interruption.

Cela contraste avec l’eau qui se trouve dans les citernes fissurées, qui fait référence au bien que la personne reçoit en se fiant à une entité autre que D.ieu.
Tout comme l’eau qui se trouve dans les citernes fissurées
1) ne provient pas de sa source et
2) ne peut pas être contenue par la citerne, de même, le bien que la personne reçoit des entités autres que D.ieu
1) ne provient pas directement de sa source – D.ieu – et
2) finira également par cesser d’exister.