WHATSAPP : 00972 587 358 770 [email protected]

Professeur de droit privé, alors inconnu de la scène politique,Giuseppe Conte est nommé président du Conseil des ministres en mai 2018 dans le cadre de l’alliance entre le M5S et la Ligue à la suite des élections générales. Après une période d’incertitude, due notamment au désaccord sur le choix du ministre de l’Économie, il constitue son gouvernement.

Le président du Conseil, Giuseppe Conte, a rencontré un groupe de jeunes juifs de la Communauté d’États indépendants de la Fédération de Russie, d’Azerbaïdjan, de Biélorussie, du Kazakhstan et d’Ouzbékistan, à la grande synagogue Maggiore de Rome. Le groupe de garçons est arrivé en Italie pour se souvenir de Primo Levi, l’année du centenaire de la naissance de l’écrivain italien.

L’initiative de ce projet revient à l’organisation Ya’had, présidée par Mikhaël Kaplin, qui œuvre pour rapprocher du judaïsme les jeunes juifs de Russie. Le groupe était formé de jeunes venus d’une cinquantaine de villes russes qui ont effectué un « Parcours de l’Exil », allant de l’Italie à la Pologne pour finir en Russie.

 

LE DISCOURS DE GIUSEPPE CONTE

Je voulais vraiment vous rencontrer. Quand j’ai appris que vous traversiez Rome, le grand rabbin de Russie le sait, j’ai immédiatement confirmé le désir de vous rencontrer et de vous parler. Je vous souhaite vraiment la bienvenue dans notre ville, sur notre terre. Je reviens également dans le temple majeur de Rome après quelques mois. Et l’excitation de la visite de janvier dernier est toujours très vive pour moi. 

L’accueil que j’ai reçu est gravé dans ma mémoire, le climat d’harmonie humaine et profonde qui s’est créé immédiatement, dans le contexte du souvenir émouvant de l’immense tragédie de l’Holocauste. Comme je l’ai alors affirmé, le mal que cette génération a vécu sous ses formes les plus aiguës est devenu un souvenir en questionnant les consciences de ceux qui ont vécu par la suite.

Encore aujourd’hui, en célébrant le centenaire de la naissance du grand écrivain italien Primo Levi, l’horreur des camps d’extermination, les souffrances endurées par des millions de déportés dans toute l’Europe, la violation grave et incompréhensible et intolérable des droits de la personne refont surface à la compression complète des biens primaires: liberté, intégrité physique, dignité, vie.

Le témoignage extraordinaire que Primo Levi a transféré sur des œuvres qui font maintenant partie de l’héritage de la littérature universelle montre, dans la mesure la plus intense qui soit, à quel point l’art, dans toutes ses expressions, sait comment exprimer les sentiments et les émotions des peuples. L’art parvient à « faire mémoire » au sens le plus élevé du terme; capable d’exprimer l’inexprimable, nous permettant de voir « l’essentiel ». 

Primo Levi a été capable de raconter, peut-être comme bien d’autres, la condition humaine dans les camps d’extermination, en utilisant une écriture essentielle mais en même temps évocatrice, avec un style qui excite encore de nos jours avec naturel: des descriptions sèches, dans lesquelles chaque mot poids d’un drame vécu personnellement et que – et comme beaucoup d’autres survivants – il est difficile de se rappeler,

Dans le premier chapitre de son chef-d’œuvre, Levi écrit: « Nous avons donc compris pour la première fois que notre langage manquait de mots pour exprimer cette offense, la démolition d’un homme. Plus rien ne nous appartient: ils ont enlevé nos vêtements, nos chaussures et même nos cheveux; si nous parlons, ils ne nous écouteront pas et s’ils nous écoutent, ils ne nous comprendront pas. Ils nous enlèveront également notre nom: et si nous voulons le conserver, nous devrons trouver en nous la force de le faire, pour que derrière le nom il reste quelque chose de nous, de nous comme nous étions ».

Vous voyez, la présence, dans ce temple, d’étudiants universitaires et de jeunes professionnels juifs, originaires de la Fédération de Russie, d’Azerbaïdjan, de Biélorussie, du Kazakhstan, d’Ouzbékistan, accompagnés du grand rabbin de Russie Berel Lazar, pour se souvenir Primo Levi confirme à quel point cet écrivain italien est reconnu – partout dans le monde – pour sa grandeur, pour la polyvalence littéraire avec laquelle il a pu parler au monde, combien il est aimé encore aujourd’hui, de nombreuses années après sa mort.

Dans son autre livre, La trêve, Levi, en décrivant la libération, rappelle les moments où les soldats russes sont entrés dans le camp d’Auschwitz. Le 27 janvier 1945, il raconte avec une tragédie nue l’arrivée des premiers soldats de l’Armée rouge: « Quatre jeunes soldats montaient à cheval, procédant prudemment, mitraillettes au bras, le long de la route qui limitait le champ. Arrivés près du fil de fer barbelé, ils se sont arrêtés pour regarder, échangeant des mots courts et timides, et se retournant, attachés par un étrange embarras aux cadavres brisés, à des cabanes ébranlées et à nous, quelques-uns encore vivants. « 

Le travail de Primo Levi, comme celui d’autres écrivains d’origine juive, a été un élément qui a animé l’identité européenne, apportant une contribution précieuse à la culture dans laquelle nous sommes immergés, offrant à l’humanisme européen le cadeau de toujours nouveau, fleurs originales. Comme je l’ai également mentionné lors de ma visite précédente, en janvier, l’homme européen ne serait pas ce qu’il est sans le judaïsme et sans tout ce que cette religion extraordinaire a produit. 

Je crois que le souvenir de la guerre vécue en Europe, dans la grande nuit de l’humanité, s’est enraciné dans la culture européenne, dans le sous-sol de notre conscience collective de notre continent, un sentiment d’appartenance commune qu’aucune division n’a pu totalement annuler.

Certes, le sentiment national a toujours été très fort et enraciné. Nous avons expérimenté dans certaines régions d’Europe, en particulier dans les années 90 du siècle dernier, l’expérience des guerres également influencée par des facteurs raciaux et religieux. Cependant, sur le terrain de la culture, les Européens ont pu se reconnaître dans certaines valeurs prééminentes de la civilisation. 

Votre présence ici aujourd’hui m’offre l’occasion de réfléchir précisément au rôle de la culture en tant que vecteur de la transmission des valeurs universelles, en tant qu’outil capable d’élargir l’horizon de nos vies, de franchir les frontières, de s’unir.

Je souhaite que cette visite à Rome rappelle non seulement – j’espère – un voyage extraordinaire, qui associe culture et mémoire, à la mémoire de Primo Levi, mais aussi le sentiment d’appartenance à une humanité placée sous le signe de la culture. se sentir empêtré dans un destin commun. La littérature, l’art, la musique et même le cinéma (je pense, parmi tant d’autres, du chef-d’œuvre extraordinaire de Roman Polanski, le pianiste) nous montrent bien comment, au-delà de l’origine géographique, les différentes appartenances linguistiques, religieuses et nationales il est possible de trouver des traces d’une racine commune de l’humanité, de la civilisation.

Par contre, pour moi personnellement – mais je pense pouvoir bien interpréter la pensée de nombreux compatriotes présents aujourd’hui – la rencontre avec la grande littérature russe a été décisive, non seulement pour sa force narrative puissante et incomparable, contribution qu’elle a apportée à ma formation, comme à celle de nombreuses générations d’Européens.

Toute citation, à cet égard, risque d’être superflue ou partielle. Mais je me souviendrais au moins des pages extraordinaires, contenues dans le grand chef-d’œuvre de Dostoïevski, Les Frères Karamazov, sur la légende du « Grand Inquisiteur », peut-être une des réflexions les plus élevées jamais exprimées dans la littérature de tous les temps sur la liberté humaine, un « terrible » cadeau Dieu a voulu offrir aux hommes et cela nous rend tous responsables – toujours – des actes que nous accomplissons, comme nous le rappelle le grand philosophe juif Jonas, grand érudit agnostique.

La responsabilité, fruit le plus mûr de notre condition naturelle de liberté, requiert la plus grande attention et la plus grande détermination afin que l’humanité ne revive jamais les fantômes du passé. Plus on s’éloigne des années de la Seconde Guerre mondiale, plus la génération de témoins directs de la tragédie de l’Holocauste disparaît – aujourd’hui, devant moi, il y a un survivant, un témoin -, plus notre responsabilité personnelle doit s’accroître. et collective, à tous les niveaux, pour animer la mémoire.

L’oubli, le plus meurtrier – rappelons-le – allié de la haine, risque de raviver, même s’il revêt différentes formes, les horreurs de ce passé. Nous devons être vigilants face à la résurgence de formes – latentes ou explicites – d’antisémitisme. La perte de la raison collective, que nous avons connue au siècle dernier, n’est pas dissipée pour toujours. Malheureusement, même aujourd’hui, dans différents pays européens, même en Italie, dans la même ville qui nous accueille aujourd’hui, nous assistons à des épisodes de violence répréhensible, qui sont le symptôme d’un retrait progressif des principes de la civilisation, d’un affaiblissement dramatique de la société civile. sensibilité collective à l’émergence d’anciennes et de nouvelles formes de racisme, souvent de nature antisémite.

Les constitutions démocratiques contiennent des principes fondamentaux, des droits de liberté qui protègent au maximum la personne, le centre et la fin du système juridique. Cependant, nous devons faire preuve de prudence et de vigilance, car même dans un cadre juridique de garanties aussi sophistiqué, chacun doit faire preuve de la plus grande fermeté et de la détermination la plus tenace. 

Je commence à conclure, dans l’exercice de mes fonctions de président du Conseil, en exprimant la ferme condamnation d’épisodes répréhensibles qui se sont malheureusement intensifiés ces derniers temps. Je souhaite – de ce lieu évocateur – réaffirmer l’engagement des L’Italie, en Europe et dans le monde, doit protéger et promouvoir la liberté de religion et le dialogue et lutter sans hésitation contre toutes les formes de discrimination et d’intolérance.

Comme je l’ai également mentionné lors de ma visite de janvier, l’antisémitisme d’hier et même d’aujourd’hui est un suicide de l’homme européen parce que l’homme européen méprise et rejette le Juif, méprise et refuse de mépriser et se rejette, et nie une partie fondamentale de son identité. Merci beaucoup, bienvenue à Rome et j’espère vraiment que vous pourrez profiter de notre ville.

 

 

 

WhatsApp CONTACTEZ-NOUS PAR WHATSAPP